Archives de la catégorie ‘Films’

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald est un film britanico-américain sorti en 2018, réalisé par David Yates (réalisateur des Harry Potter 5, 6, 7-1 et 7-2) et scénarisé par JK Rowling. C’est une suite directe du premier film  Les Animaux Fantastiques  et le onzième film de la franchise Harry Potter.

Quelle est l’histoire ?

Nous sommes quelques mois après les événements de New York. Grindelwald, le sorcier extrémiste s’est enfui et se rend à Paris pour lever une armée. Norbert Dragonneau voyage jusqu’à la capitale française pour éviter que le puissant sorcier Croyance, toujours en quête de son identité, rejoigne les rangs du criminel.

Et les archives dans tout ça ??

Pour vérifier une théorie selon laquelle Croyance serait un membre de la famille Lestrange, Norbert Dragonneau se rend avec Tina Goldstein, une Auror, aux archives. Il s’agit des archives du Ministère des affaires magiques, le gouvernement magique français.

Ils doivent, pour entrer, passer Mélusine, la gardienne de la salle des archives. Et premier cliché c’est une vieille femme. Norbert déclare que Tina est une Lestrange et qu’il est son fiancé et Mélusine les laisse entrer. C’est donc une archiviste pas très professionnelle : elle ne demande ni preuves d’identité ni les raisons de la consultation. Elle épie les visiteurs derrière les fers forgés .

Mélusine l'archiviste

Mélusine l’archiviste

Norbert et Tina se trouvent dans des rayonnages magnifiques ! Je pense que tous les archivistes souhaiteraient avoir des rayonnages avec un style art déco.

Grindenwald_1

magnifiques rayonnages !

Mais les protagonistes n’ont pas le temps de chercher car Leta Lestrange entre dans la salle et énonce son nom à voix haute. Elle cherche elle-même les archives sur la famille Lestrange. Les rayonnages se mettent en branle pour lui amener la boîte contenant les archives demandées. On peut dire que les recherches sont quand même plus faciles avec la magie ! Et là c’est la déception, puisqu’elle n’y trouve qu’un message « Archives transférées au caveau des Lestrange au Père-Lachaise ».

Grindenwald-2

Le contenu des archives Lestrange

Comprenant que Norbert et Tina sont des menteurs et n’ont pas le droit d’accéder aux archives, Mélusine lance à leurs trousses les Matagots, les génies familiers, gardiens du ministère.

Grindenwald_3

Les Matagots, gardiens du ministère

Les archives, lieu d’enquête, sont magnifiques et bien mises en valeur par l’ambiance art déco au sein du Ministère des affaires magiques. Archivistes et chercheurs rêveraient d’un système de recherche aussi pratique !

Mais on peut clairement dire que la politique de gestion des archives au sein du Ministère est catastrophique. L’archiviste Mélusine est clairement incompétente et laisse rentrer n’importe qui dans la salle. En outre, je ne sais pas si dans le monde des sorciers, il y a un distinguo public/privé. Mais il paraît quand même invraisemblable qu’un Ministère, une puissance gouvernementale, puisse se séparer des archives. Pourquoi les transférer ? et encore plus dans un caveau ? Quelle est la logique à part celle d’emmener les personnages dans ce lieu pour le scénario ?

En bref, les archives dans Les Animaux Fantastiques 2 sont un bon exemple de mauvais écriture : écrin magnifique, elles ne sont qu’un ressort scénaristique au détriment de la logique à la fois universelle et archivistique.

Marc Scaglione

Publicités

Hitman_47_1Hitman Agent 47 est un film de 2015 réalisé par Aleksander Bach, avec dans le rôle-titre Rupert Friend (Homeland). Il s’agit de la seconde adaptation cinématographique de la licence vidéoludique à succès Hitman, lancé en 2000.

Quelle est l’histoire ?

Une organisation appelée le Syndicat projette de fabriquer génétiquement des agents surpuissants, capables de tuer n’importe qui. Pour ce faire, ils veulent retrouver le scientifique ukrainien qui est à l’origine des premiers agents, vingt-cinq ans auparavant. Dans ce but, ils essaient de mettre la main sur la fille du scientifique. L’agent 47, fruit des premières expériences, est là pour empêcher la création de ces nouveaux surhommes.

Et les archives dans tout ça ??

Le film présente les différents protagonistes en 3 actes : les Agents et le scientifique Litvenko dans une scène flashback reprenant des photos d’archives, le Syndicat dans une scène d’action, puis  Katia van Dees la fille du scientifique.

Nous la rencontrons alors dans un service d’archives anonyme (probablement les archives de la Stasi) à Berlin. Elle tente de reconstituer des documents déchirés. On s’étonne déjà qu’elle se trouve non pas dans une salle de lecture mais directement dans le magasin d’archives.

Hitman_47_2

y a du monde dans les rayonnages !

Sûrement pour donner un aspect plus pittoresque et gargantuesque à la quête de l’héroïne. Elle adresse la description de sa quête à l’archiviste : elle recherche un homme blond d’1m74, 75kg, d’environ 49-50 ans, ayant vécu à Berlin entre 1989 et 1990, dont elle a une photo floue. Elle recherche l’identité de cet homme dont elle n’a pas le nom. L’archiviste indique que sans nom et sans adresse, il est impossible de trouver une identité dans le flot d’informations car des millions de personne ont vécu à Berlin à cette époque.

Hitman_47_3

Une lectrice dans les magasins d’archives

Katia de répliquer alors « Vous ne parlez que de votre impuissance », qu’il suffit de fouiller dans les documents des personnes correspondantes au profil décrit soit très exactement « 71 291 personnes ». L’archiviste est médusée et répond qu’elle ne peut rien. Katia quitte les lieux passablement énervée et dépitée.

Dans ce film, nous retrouvons l’archétype du chercheur avec une quête personnelle forte, qui n’a pas les bonnes clefs de recherche et qui pense que l’archiviste est à son service pour effectuer des investigations monstrueuses. Des chercheurs qui ne comprennent pas toujours malgré les explications. Des profils qui marquent et que de nombreux archivistes ont croisé dans leur carrière !

Marc Scaglione

Blade est le premier film d’une trilogie, réalisé par Stephen Norrington et sorti en 1998. Il s’agit d’une adaptation du comics créé dans les années 70 par Marv Wolfman et Gene Colan. Wesley Snipes joue le rôle-titre.

Quelle est l’histoire ?

Blade_1

Blade, dont la mère a été mordue pendant sa grossesse, est un homme, mi-humain mi-vampire. Il peut marcher face au soleil, ce qui lui vaut le surnom de « diurnambule » (daywalker en VO). Aidé par Abraham Whistler qui l’a recueilli lors de son adolescence, il combat les vampires ennemis, dont Deacon Frost, qui veut devenir le vampire le plus puissant du monde.

 

Et les archives dans tout ça ??

Le film conduit le spectateur par deux fois dans les archives vampiriques. Ces dernières sont à la fois numériques et numérisées et sont stockés dans des serveurs informatiques dans un sous-sol. Ce qui fera dire au Dr Janson que « c’est très high-tech » ! Nous ne sommes qu’en 1997, rappelons-le.

Blade_2

la salle des archives

La première fois, nous suivons Gaetano, un Aîné vampire de sang pur, membre du Conseil qui rend visite à Deacon Frost. Ce dernier est en salle de consultation. Gaetano s’insurge d’abord de sa présence : « Ces archives sont réservées au membre du Conseil ». Puis voyant que Deacon consulte des pages numérisées d’anciens textes, il se moque de lui. En effet, la langue de ces manuscrits semble oublier. Après une altercation, au cours de laquelle Deacon rappelle le besoin de silence (« Chut on est dans une bibliothèque » hum hum), ce dernier retourne s’asseoir dans un coin, pendant que Gaetano quitte la pièce drapé dans sa dignité. En effet, Deacon ne travaille pas vraiment, mais il utilise un logiciel qui décrypte les pages du manuscrit, en détectant les caractères et en les traduisant afin de révéler le secret qu’il convoite. Le travail de l’IA avant l’heure, une IA que cherchent à créer des chercheurs à l’heure actuelle pour traiter et exploiter les textes anciens. Blade fait donc dans l’anticipation ! Mais au-delà de cet élément, c’est avant tout le rôle des archives comme enjeu de pouvoir qui est retranscrit dans cette courte scène.

Blade_3

L’intelligence artificielle en plein travail

La seconde fois, Blade pénètre avec le Dr Janson dans les archives à la recherche des objectifs de Deacon. Ils font la rencontre de Pearl, l’archiviste vampire androgyne. Son aspect est peu ragoutant. Il faut dire que le personnage a été créé pour ajouter du contenu noir et mature au film. Pearl est un vampire obèse qui est dans l’incapacité de se déplacer. Il vit entouré d’ordinateurs. Il est torturé par Blade afin de connaître l’objectif du complot de Deacon. L’archiviste est ici un allié indéniable pour la conquête du pouvoir de Deacon. Sans la complicité du gardien, pas d’accès aux infos !!

Pearl l'archiviste

Pearl, l’archiviste

Bien que l’archiviste ne soit pas très attrayant, les archives renvoient une perception plutôt positive. Patrimoine de l’espèce vampire, elles sont aussi enjeu de pouvoir et donc de luttes.

Marc Scaglione

Le retour de Mary Poppins est un film américain de Rob Marshall (Chicago, Mémoires d’une geisha) sorti en décembre 2018. Il s’agit d’une suite au film de 1964, lui-même adapté d’un roman éponyme de Pamela L. Travers.

mary_poppins_1

Quelle est l’histoire ?

1929. La Grande Dépression frappe le monde et donc l’Angleterre. Michael Banks, peintre et guichetier de banque à mi-temps, est veuf depuis un an. Il doit élever ses trois enfants : John, Annabel et Georgie. Un beau matin, il apprend qu’il doit rembourser son prêt dans un délai de cinq jours (d’un montant équivalent à plus d’une année de salaires), faute de quoi sa maison sera saisie. C’est à ce moment que Mary Poppins réapparaît dans la vie des Banks.

Et les archives dans tout ça ??

Les archives apparaissent rapidement dans le déroulé de l’intrigue. Alors que Michael sombre dans le désespoir à l’idée de perdre sa maison de famille, sa sœur Jane lui rappelle que leur père George Banks leur a légué des actions dans la banque dans laquelle il était associé. Et c’est le moment de partir en quête du certificat d’actions ! Une quête que les personnes qui ont perdu un proche connaissent bien : trouver un document parmi les affaires d’un disparu. Mélancolie, nostalgie, joie et désespoir face à cet ensemble, vestiges d’une vie. Michael et Jane retournent la maison, en démarrant par le grenier (évidemment), mais ne trouvent pas le susdit document. Ils en profitent pour évoquer de vieux souvenirs et jeter ce qui est considéré comme obsolète.

mary_poppins_3

un peu de tri au grenier

Mary Poppins apparaît à ce moment-là. Et sa première action est de mettre un peu d’ordre dans ce capharnaüm. Et évidemment en faisant un peu de magie, si possible. Ainsi fait-elle voler les papiers, non pour les classer (ce serait trop facile) mais pour les déposer dans une caisse, destination la poubelle. Il s’avérera que le certificat d’actions était dans cette caisse et sera sauvé in extremis sans le vouloir. La preuve que la magie, c’est bien pratique pour faire des tas et épater les enfants, mais ça ne permet pas de faire un vrai travail d’identification !

mary_poppins_2

faire voler des archives, ce n’est pas trier !

Plus tard, Michael Banks rencontre le directeur de la Banque, William Wilkins (incarné par Colin Firth), pour demander un délai. Il évoque les actions que son père lui a légué. Le Président Wilkins demande le registre des actionnaires, le consulte mais déclare ne rien trouver et donc ne rien pouvoir faire pour les Banks. Mais c’est un mensonge. Après que Michael, penaud, a quitté la pièce, le directeur déchire les pages du registre au nom des Banks et les jette dans le feu, puis demande à ce qu’on lui amène les archives de Georges Banks. Nous ne connaîtrons pas la suite, mais il est fort à parier que les archives compromettantes aient connu un sort funeste.

mary_poppins_4

Un inquiétant banquier destructeur d’archives

Preuves d’un droit, les archives sont ici essentielles, et objets de maintes convoitises (qui vont jusqu’à la destruction). Elles sont aussi la trace d’une vie passée, à la fois douleur et joie pour les survivants. Dans tous les cas, la pensée magique, les chansons et les claquettes ne fonctionnent pas avec les archives ! Hélas !

Marc Scaglione

Mammuth_1Mammuth est un film sorti en 2010. Au scénario et à la réalisation, le duo créatif Gustave Kervern et Benoît Délépine connus pour leurs films (Saint-Amour, Le Grand Soir, Louise Michel) mais aussi leurs participations en tant qu’auteurs et acteurs de l’émission Groland. Le casting fait la part belle à leurs collaborateurs réguliers : Yolande Moreau, Gérard Depardieu, Bouli Lanners, Benoît Poelvoorde, etc.

Quelle est l’histoire ?

Serge Pilardosse, surnommé Mammuth à cause de sa carrure mais aussi de sa moto, part en retraite. Il s’avère qu’il lui manque des documents justificatifs pour obtenir la pension à taux plein. Il enfourche sa moto et part donc en quête de ses « papelards ».

Et les archives dans tout ça ??

La quête du personnage se présente initialement comme étant la quête des archives nécessaires à son taux plein. Il ne s’agit là que d’un prétexte au voyage intérieur et extérieur du personnage. Néanmoins, il nous offre un panorama rapide et survolé des situations d’archives des petites et moyennes entreprises françaises.

Ainsi Serge rencontre plusieurs cas : des ex-employeurs qui refusent de lui faire un justificatif, des sociétés qui ont disparu laissant des locaux vidés et abandonnés de tout (même d’archives), des entreprises disparues dont les locaux sont occupés par d’autres et enfin des archives conservées bon an mal an par leurs producteurs. Ce sont sur ces deux derniers cas intéressants que nous allons nous arrêter.

Serge Pilardosse retourne dans un bar-discothèque dans lequel il a été videur 30 ans plus tôt en 1978. Le patron est absent et il est jeté dehors sans ménagement par le vigile. Il s’introduit subrepticement dans les bureaux et fouille les placards en quête de ses papiers. Finalement, il découvre une alcôve remplie de grands cartons avec pour seules mentions des fourchettes de dates. Il fouille dans celui qui l’intéresse et ne découvre qu’un grand vrac. Il décide d’embarquer le carton pour le dépouiller méthodiquement plus tard.

L'alcôve aux archives

L’alcôve aux archives

Toujours dans sa quête, Serge retourne à la minoterie où il a travaillé trois ans au début des années 1970. S’engage alors un dialogue de sourds avec une hôtesse/secrétaire via l’interphone. Serge ne comprend pas que la minoterie n’est plus et qu’une autre société occupe les locaux. La secrétaire, clairement ignorante de l’histoire des lieux (en même temps qui connaît l’histoire d’un site industriel à part les historiens amateurs et l’archiviste du cru ?) ne comprend pas la démarche de Serge. Celui-ci finit par lui dire « il doit bien vous rester des papiers, allez voir au silo ou à la cave, c’est là où ils étaient à l’époque » et la secrétaire de répondre « nous n’avons pas de papier, tout est informatisé ». Clichés et méconnaissances sont les reflets d’une réalité que les archivistes connaissent bien.

Dialogue de sourds à la minoterie

Dialogue de sourds à la minoterie

Ainsi si les archives sont essentielles pour prouver ses droits et exister aux yeux de l’administration, le panorama qu’en fait Mammuth en montre toute la fragilité. Abandonnées, délaissées dans un coin, disparues, les archives ne sont que le reflet de leur producteur, des petites structures fragiles et fugaces.

Marc Scaglione