Archives de la catégorie ‘BD, comics, manga’

Le sanctuaire des Titans est le premier volume d’une série intitulée le Musée de l’Etrange, oeuvre du scénariste et dessinateur Régric – Frédéric Legrain – qu’on connaît par ailleurs pour son travail sur Lefranc. Héritier d’Hergé et de la ligne claire, Régric démontre ici tout son amour pour ses maîtres qu’il s’agisse du père de Tintin auquel l’auteur rend de multiples hommages dans ce titre, d’Edgar P. Jacobs ou encore de Jacques Martin. Le titre est paru aux éditions du Long Bec en 2018.

Quelle est l’histoire ?

musée_étrange_1L’histoire se déroule à Paris durant le terrible hiver 1954. Le tout-Paris journalistique est invité à l’inauguration de l’étonnant Musée de l’Etrange crée par Henry Penaud, célèbre constructeur automobile – un subtil mélange entre Louis Renault et de l’industriel et collectionneur d’art François Pinault. Ce musée privé est destiné à regrouper les collections du grand explorateur Gaston Rocas qui, au cours de ses voyages, a rassemblé ce que les différentes civilisations ont pu laisser de plus étrange. Géré par M. Larcin, un directeur ex comptable pingre et peu cultivé, M. de Haute-Lutte, un conservateur de Musée complètement déconnecté, Elsa Blanquette et Victor Galopin, deux archivistes passionnés, le Musée va vite révéler des secrets surprenants comme le désopilant M. 220, un robot datant de la Première Guerre mondiale ou un tibia géant provenant d’une mystérieuse civilisation dont les derniers représentants semblent bien décidés à s’emparer.

Et les archives dans tout ça ??

Incroyable mais vrai, ce récit met en scène non pas un héros archiviste mais deux ! Elsa Blanquette et Victor Galopin sont archivistes du musée de l’Etrange et semblent être dans l’équipe, les deux seuls à travailler. Le directeur ne s’occupe que de coller aux basques de son PDG et de rogner sur les budgets, quant au conservateur du Musée, il est aux abonnés absents. Si Victor Galopin répond à certains clichés de l’archiviste – petites lunettes, look rétro – il donne cependant une image consciencieuse et dynamique. Un seul problème, il est allergique à la poussière ! Elsa Blanquette est, pour sa part, une archiviste enthousiaste et déjà très émancipée, qui ne rêve que d’aventures. Les deux archivistes flirtent gentiment tout au long du récit tout en partageant leurs découvertes.

musée_étrange_4

Les deux archivistes sont extrêmement consciencieux puisque, le soir même de l’inauguration, alors que tous les autres membres de l’équipe s’en vont, Victor et Elsa restent pour commencer l’inventaire des collections du Musée – dont le conservateur permanenté se moque complètement. Quant au directeur financier, il précise bien que les archivistes ne seront pas payés en heures supplémentaires pour ce travail nocturne… Ah, la passion du métier… combien d’entre nous connaissent cette situation : ne pas compter ses heures et se voir presque reprocher d’être rémunéré pour exercer un métier souvent vu comme un divertissement.

musée_étrange_3

Lors de leur rangement des réserves, les deux archivistes s’aperçoivent bien vite que les objets ne correspondent pas toujours aux étiquettes qui les accompagnent. Il faut donc réattribuer les bonnes analyses aux objets, un travail titanesque. C’est ainsi que les archivistes réveillent M.220, un automate parlant en forme d’obus et tombent sur un os de géant. Pour savoir de quoi il retourne, les deux comparses confrontent les objets avec les carnets du collectionneur qui a amassé les objets : un retour aux sources tout naturel pour ces deux archivistes. Cette découverte leur donne l’idée d’une prochaine thématique pour leur exposition et d’une expédition de recherche. Evidemment, le directeur financier oppose une fin de non recevoir douchant immédiatement leur enthousiasme. Là encore, combien d’entre nous se sont présentés, persuadés d’être suivis dans leurs projets et ont reçu une fin de non recevoir ? Pourtant, le PDG va finalement se laisser convaincre et financer une expédition qui ressemble à croisière jaune de Citroën.

musée_étrange_2

Même si la suite des aventures conduit nos archivistes à rencontrer des extra-terrestres au fin fond d’un pays d’Amérique du Sud imaginaire, ils restent au cœur du récit dont ils sont les héros. Personnages engagés, passionnés par leur métier, assoiffés d’aventures, ces deux archivistes sont des figures positives dont on attend donc la suite des aventures avec impatience !

Sonia D.

 

Publicités

Le-Seigneur-Noir-des-SithS’il est bien une saga qui met en valeur les archives et les archivistes, c’est bien Star Wars. Que ce soit au cinéma avec l’Attaque des Clones ou Rogue One ou dans les adaptations en comics comme Clone Wars et Docteur Aphra, les archives font partie intégrante du récit. Mais, si on peut souvent voir les documents, on aperçoit plus rarement les archivistes comme Jocasta Nu présentée comme un personnage particulièrement revêche dans son apparition cinématographique.

Pourtant, c’est un tout autre visage que Jocasta Nu présente dans le titre que nous allons présenter ici. Dark Vador, le seigneur noir des Sith est un titre scénarisé par Charles Soule et illustré par Giuseppe Camuncoli. C’est le deuxième tome intitulé Les Ténèbres étouffent la lumière qui nous intéresse ici. Le titre est publié en 2018 chez Panini Comics.

L’histoire se déroule juste après les événements du film La revanche des Sith. Anakin Skywalker est devenu Dark Vador mais il n’a pas encore acquis sa légitimité auprès des soldats de l’Empire. Peu à peu, l’Empereur Palpatine lui confie des missions et l’encadrement des troupes ce qui ne se fait pas sans douleur. Dark Vador doit désormais encadrer les Inquisiteurs, d’anciens Jedi qui traquent désormais les Jedi survivants. Lorsque Vador découvre la liste des individus recherchés, un des noms placés en tête de liste l’intrigue : pourquoi la traque d’une archiviste semble-t-elle être si importante pour l’Empereur ?

Et les archives dans tout ça ??

Attention, cette partie risque de vous révéler quelques éléments clefs de l’histoire.

spoiler

Dans Les Ténèbres étouffent la lumière, les archives et l’archiviste sont vraiment au cœur du récit. La mission de Dark Vador est de trouver Jocasta Nu, l’ancienne directrice des Archives Jedi. Le seigneur noir des Sith ne semble pas comprendre pourquoi l’Empereur la place en tête de sa liste noire, elle qui n’est pas une guerrière de premier plan. Lorsqu’il questionne son supérieur, Palpatine répond à Vador qu’il traque Jocasta Nu « parce qu’elle sait tout » et qu’elle s’est emparée, au nom de l’Ordre Jedi des secrets du côté lumineux de la Force mais également des secrets appartenant aux Sith.

seigneur_Sith_archives_2

On voit donc que l’archiviste est considérée comme une gardienne mais également comme quelqu’un qui détient le savoir, y compris un savoir que certains estiment ne pas devoir lui appartenir. Cela pose la question de la légitimité du lieu de dépôt des archives : l’Ordre Jedi a-t-il le droit de s’arroger la conservation d’archives qui ne concernent pas les Jedi mais les deux aspects de la Force : l’Ombre et la Lumière. Qui décide du lieu de conservation ? Qui décide de leur communication ? Ce comic-book pose donc des questions de fond, tout à fait prégnantes en cette période de revendications de bien culturels tous azimuts.

Le rôle de l’archiviste Jedi a, en apparence, pris fin avec la chute de l’Ordre, massacré par Vador et l’armée des Clones. Pourtant, Jocasta Nu, terrée dans un endroit secret, utilise sa mémoire pour reconstituer les archives désormais sous bonne garde de l’Empire. Aidée d’un assistant, elle grave des holocrons qui contiennent l’essentiel de son savoir, permettant ainsi à de futurs Jedi de pouvoir avoir accès aux archives malgré leur confiscation par le pouvoir en place. La connaissance est donc jugée essentielle, méritant qu’on se batte pour la transmettre, y compris à ceux à qui on en interdit l’accès pour des raisons politiques. L’archiviste joue ici le rôle de passeur, elle est seule à maîtriser le contenu des archives et seule à pouvoir les reconstituer. L’Empereur la traque également car elle dispose d’informations primordiales pour l’avenir, c’est pourquoi il veut absolument mettre la main sur l’archiviste.

seigneur_Sith_archives_1La relation entre le Grand Inquisiteur et Jocasta Nu est aussi très intéressante. L’Inquisiteur se souvient avec amertume de son expérience de consultation aux archives car Jocasta Nu l’a toujours méprisé. Il raconte avec colère qu' »elle ne m’a jamais donné accès total aux archives et lorsqu’elle me permettait de lire un fichier ou deux, elle ne cessait de me surveiller« . Un peu plus loin, l’Inquisiteur précise : « Jocasta Nu estimait que l’éducation devait être réservée aux élites ». Vieux débat qui agite la communauté archivistique depuis des décennies : les archives doivent-elles être accessibles au plus grand nombre ou si on doit privilégier les lecteurs les plus érudits ? Même si les tenants de la première option ont sans doute gagné le terrain, il n’en reste pas moins qu’on a tous entendu des récits d’archivistes revêches ou hautains qui ne donnaient pas envie de franchir la porte d’un service d’Archives. Si Jocasta Nu est une archiviste consciencieuse dans sa mission de conservation, il semble que ses méthodes de communication sont plus obscures et ont conduit le Grand Inquisiteur à devenir aigri et haineux envers les archivistes. Pourtant, plus loin, Jocasta Nu donne la raison de son refus d’accès à certaines archives : « si je t’en ai refusé l’accès, c’est que je ne t’estimais pas prêt ! » Cette réflexion montre ainsi que les archives peuvent être accessibles à tous à la condition d’avoir les clefs de compréhension pour manier les informations qu’elles recèlent. Le fil est mince entre l’accès illimité sans filtre à tous types d’archives et l’interdiction trop stricte… exercice délicat s’il en est qui rappelle des débats autour des archives de Paris qui ont resurgi à l’annonce de la mort de Brigitte seigneur_Sith_archives_4Lainé.

Lorsqu’il pénètre d’ailleurs dans les archives Jedi, l’Inquisiteur indique avoir « attendu ma vie entière pour ça », c’est dire si l’accès aux archives lui tenait à cœur ! Il s’installe lors comme un pacha, seul au milieu des archives qu’il balance les unes après les autres dans un geste rageur. C’est d’ailleurs la vision de l’Inquisiteur brutalisant ses documents qui fait sortir Jocasta Nu de ses gonds et la fait repérer par Vador. Elle sait fort bien pourquoi celui-ci veut mettre la main sur elle : « vous voulez connaître mes secrets et ceux des archives. Après tout, elles sont trop vastes pour s’y retrouver sans aide ». Il est en effet étonnant que l’Empire ait fait main basse sur les Archives sans avoir aucun personnel capable de se repérer dans les rayonnages… Dans un dernier geste de désespoir, Jocasta Nu détruit les archives afin d’éviter que l’Empire ne mette la main sur leur contenu. Là encore cela soulève un point délicat : que faut-il faire des archives lorsqu’on sait qu’elles peuvent tomber entre les mains d’oppresseurs impitoyables ?

seigneur_Sith_archives_3

Une archiviste, des fois, c’est pas commode !

Ce récit, une véritable bataille au cœur des archives Jedi, permet de se questionner sur le rôle de l’archiviste, ses méthodes de conservation et de communication, son statut de passeur de mémoire. L’archiviste est celui qui donne accès aux archives. Le premier contact que le lecteur a avec les documents passe par sa médiation, il est donc primordial de ne pas le rebuter afin de ne générer de situations de frustration ou de rejet alors que les archives sont susceptibles d’intéresser chacun d’entre nous avec un accompagnement personnalisé.

L’archiviste Jedi ressemble à ses collègues humains, passionnée, exigeante et faillible. Que la Force soit avec nous !

Sonia Dollinger

 

Tenjin_1Tenjin, le dieu du ciel est un manga scénarisé par Yoichi Komori et Muneaki Taoka dessiné par Tasuku Sugie. Le titre est publié chez Kana à partir de 2017. Ce récit conte les aventures du jeune Riku Sakagami qui rêve de devenir pilote de chasse, comme son père avant lui, afin de rencontrer Tenjin, le dieu du ciel.

Si Riku n’est pas très fort dans les matières théoriques, il se montre doué d’un instinct exceptionnel dès qu’il se trouve aux commandes d’un avion, au point de rivaliser avec le plus brillant élève de la promotion, Hayari. Malgré cette réussite, une ombre pèse sur le jeune Riku, son père ayant été déshonoré après une mission qui s’est mal passée. La vocation de pilote du jeune homme est-elle due au fait qu’il veuille venger l’honneur de son père ou à son rêve merveilleux de pouvoir enfin rencontrer Tenjin, le dieu du ciel ?

Et les archives dans tout ça ??

Riku Sakagami reste profondément marqué par ce qui est arrivé à son père treize ans auparavant. En effet, le pilote se serait enfui, mettant en péril des civils et des élèves. Riku, qui adulait son père, est anéanti mais souhaite malgré tout devenir pilote de chasse. Tout en intégrant l’école militaire, le jeune homme cherche à comprendre ce qui s’est réellement passé. Quoi de mieux pour tenter de retracer les événements que d’accéder aux archives de la base aérienne de Hyakuri pour y lire les transcriptions des communications de vol ? Riku adopte la démarche d’un enquêteur et d’un historien : pour comprendre, il tente d’interroger les témoins et de se référer aux sources écrites. Notons au passage qu’il ne semble pas y avoir de restrictions de communication et que n’importe quel élève a accès aux archives. Cela semble se confirmer un peu plus tard lorsqu’un autre étudiant, particulièrement brillant, évoque les liens de parenté de Riku et l’affaire ayant entaché son père, tout simplement parce qu’il est tombé dessus au détour des archives.

Ten Jin 3

recherche dans les archives militaires ©Kana

On voit d’ailleurs Riku consulter les documents dans la salle de consultation des archives dans le bureau de la défense, une salle de lecture particulièrement ordonnée, peuplée de rayonnages mais pas d’archiviste. Les élèves semblent pouvoir regarder les documents sans grande surveillance apparente. La salle de consultation permet aux étudiants de préparer leur mémoire de fin d’étude ce qui, dans le cas de Riku se justifie parfaitement puisqu’il a chois comme sujet : « retour sur 50 ans d’opérations des forces aériennes d’autodéfense », un sujet d’histoire militaire qui se prête parfaitement à la consultation d’archives… et à une enquête approfondie sur l’incident qui a déshonoré son père.

Tenjin_2

Une salle de lecture très ordonnée ©Kana

L’accès assez large aux archives au sein même du laboratoire de défense semble assez problématique puisqu’il peut porter atteinte à la réputation d’un pilote ou rappeler une affaire douloureuse. Cependant, pour comprendre les erreurs des missions militaires passées et permettre aux élèves de les étudier pour les éviter, il semble nécessaire de pouvoir consulter les documents.

On touche là une problématique essentielle des archives que l’on retrouve dans toutes les disciplines : permettre la recherche et l’étude scientifique sans porter atteinte à la vie privée d’un individu. Un travail d’équilibriste que les archivistes connaissent bien !

Sonia Dollinger

 

Aphra_PaniniL’univers étendu de Star Wars est riche en mentions d’archives, nous avons déjà évoqué plusieurs références aussi bien dans les films que dans les séries dérivées. Docteur Aphra ne fait pas exception à la règle. Aphra est une archéologue aux méthodes peu orthodoxes qui rappelle Indiana Jones par bien des aspects. Après s’être mis au service de Dark Vador et avoir frôlé la mort, elle décide de reprendre ses activités de pilleuse et de vendeuse d’artefacts rares. Aphra est accompagnée dans sa quête par deux droïdes tueurs et un wookie chasseur de primes du nom improbable de Krrsantan.

Le récit Docteur Aphra est scénarisé par Kieron Gillen et illustré par Kev Walker, le premier volume est sorti chez Panini Comics en 2017. Dans ce tome, Aphra a quelques soucis puisque son doctorat est momentanément suspendu suite à une enquête interne qui révèle qu’elle a quelque peu falsifié ses recherches. Pour lever l’interdit, Aphra va devoir aider son archéologue de père à retrouver une civilisation disparue de Jedi hérétiques, l’Ordu Aspectu qui aurait eu pour projet de conquérir l’immortalité. Pour mener à bien sa quête, le petit groupe va devoir lutter contre l’armée impériale et des ennemis inattendus. Outre les références aux archives, je vous recommande ce titre bien écrit et intéressant.

Et les archives dans tout ça ??

34,35,295,302.454285La première mention des archives concerne l’histoire même de l’Ordu Aspectu. En effet, son histoire n’est pas très claire et plusieurs interprétations se chevauchent selon les documents dont on dispose. Aphra suggère même que la quête de l’Ordu ne concernerait pas la vie éternelle mais tout autre chose et que tout cela n’est qu’un débat de grammairiens. Elle nous met ici en garde contre les informations partielles livrées par les archives et les multiples interprétations qui peuvent être faites par des chercheurs qui peuvent se trouver dirigés vers des pistes très différentes selon l’interprétation qu’ils font des Aphra_2sources à leur disposition.

Lorsqu’Aphra et son père se retrouvent enfin sur la planète de l’Ordu, leurs constatations ne correspondent pas aux informations dont ils disposaient jusqu’à présent. Le réflexe du père d’Aphra est donc de vouloir accéder aux archives pour comprendre ce qui s’est vraiment passé entre les Jedi et l’Ordu et connaître enfin la vérité puisqu’elles sont qualifiées de « mine d’information ». Evidemment, l’accès aux archives est semé d’embûches et ne peut se faire qu’en 35,35,309,323.413879relançant un ordinateur et en retrouvant les pièces nécessaires à son fonctionnement. La complexité de la conservation et de la consultation des supports numériques est ainsi directement évoquée : l’information reste bien présente mais, comment la lire ?

 

 

L’ordinateur est, en réalité, devenu une entité dotée d’une intelligence artificielle et d’une forte personnalité dont le but initial était de copier son intellect afin de préserver éternellement ses connaissances. L’archivage de soi-même comme but ultime en quelque sorte !

29,28,358,383.427979

Sonia Dollinger

Guy Lefranc est un personnage de bande dessinée créé par Jacques Martin en 1952. Ce dernier ayant travaillé au Journal de Tintin, il y côtoie Hergé et Edgar P. Jacobs, il fait également partie de ce qu’on a appelé l’Ecole de Bruxelles. Parmi ses autres œuvres les plus célèbres figure la série Alix qui se déroule sous l’Antiquité.

Lefranc est un reporter qui sillonne le monde et résout des enquêtes souvent dangereuses. Jacques Martin en profite pour évoquer des thématiques qui lui sont chères comme la technologie muselée pour des raisons politico-financières, les complots en tous genres et les voitures pour lesquelles il se passionne. Après la mort de Jacques Martin en 2010, le personnage est repris par d’autres scénaristes et dessinateurs.

Lefranc_1Le Principe d’Heisenberg est le vingt-huitième tome des aventures de Lefranc. Il est scénarisé par François Corteggiani et illustré par Christophe Alvès. Le titre sort en 2017 chez Casterman. Les deux artistes prennent soin de respecter le goût de Jacques Martin pour la précision, notamment lorsque Lefranc prend la route et traverse la France, ce qui est décrit de manière assez précise. Le Principe d’Heisenberg est à la fois un très bon récit policier et un formidable voyage à travers les provinces françaises que je vous conseille vivement.

Un triple meurtre est commis en plein cœur de l’Aubrac, s’agit-il de l’oeuvre d’un détraqué ? Pourquoi, dans ce cas tenter d’éliminer l’inspecteur Renard qui tenait un témoin ? Lefranc ne peut rester indifférent à une enquête pareille !

Et les archives dans tout ça ??

Guy Lefranc est un journaliste enquêteur, un fin limier qui combine les méthodes d’investigation du reporter et celles des policiers qu’il côtoie régulièrement. C’est pourquoi, il ne se contente pas des apparences. Ainsi, lorsque l’inspecteur Castenholz lui présente un morceau de caillou qui s’avère être de la monazite, une pierre contenant du thorium pouvant servir de combustible nucléaire, le reporter se dépêche d’aller effectuer des recherches complémentaires.

20180427_174232Où va-t-il ? Aux archives évidemment ! Il s’agit ici des archives du journal Le Midi-Libre. Lorsqu’il se présente à la secrétaire en demandant à consulter les archives, cette dernière lui répond qu’elles sont classées par thèmes et non par date. On peut s’en étonner, les journaux conservant souvent une collection classée chronologiquement, mais il est vrai que le classement thématique peut avoir du bon. Encore faut-il savoir quelles thématiques sont utilisées.

Lefranc rejoint donc un archiviste encravaté d’âge moyen, vêtu d’une blouse et plutôt compétent. En effet, Lefranc est bien embêté avec le classement thématique : comment chercher des articles en rapport avec cette fameuse monazite ? Après deux heures, il fait chou blanc. Faisant part de son désarroi à l’archiviste, ce dernier lui répond : « monazite !? Ça me dit quelque chose, vous auriez pu le dire plus tôt ». Il se tourne alors au rayon faits divers et non géologie où cherchait Lefranc et trouve immédiatement un article sur le sujet.

20180427_174242

Ce problème de classement thématique nous interpelle sur la pertinence des choix effectués : une thématique qui paraît logique à celui qui classe et qui indexe peut paraître insuffisante au chercheur qui vient dans un but précis qui n’est pas forcément celui qu’on avait en tête lors de l’élaboration du classement ou du thesaurus. Evidemment, depuis la recherche en plein-texte, la numérisation et l’océrisation, la recherche est grandement facilitée. Reste que le classement effectué n’est pas sans conséquence sur la manière dont un fonds peut être appréhendé.

Sonia Dollinger