Archives de la catégorie ‘Séries’

Shadow and Bone : La Saga Grisha est une série télévisée de fantasy américaine diffusée en 2021 sur la plateforme Netflix. Créée et produite par Eric Heisserer, connu pour les films Bird Box et Premier Contact, elle est une libre adaptation d’une série littéraire pour jeunes adulteq, publiée depuis 2013 et écrite par Leigh Bardugo.

Quelle est l’histoire ?

Le royaume de Ravka est divisé depuis plusieurs siècles par le Fold, une brume ténébreuse emplie de monstres, érigée par l’Héritier des Ténèbres. Nous suivons Alina Starkov, une orpheline métisse, cartographe dans l’armée, qui va se découvrir le pouvoir d’invocation de lumière, un pouvoir légendaire qui permettrait de faire disparaître le Fold, faisant d’elle une Grisha, une sorcière. Alina va se retrouver alors au milieu d’une guerre d’influence et de pouvoir, dont elle ne sortira pas indemne.

Et les archives dans tout ça ??

Alors qu’Alina se trouve au Little Palace, le palais annexe de la capitale du royaume, réservé aux Grishas (les sorciers), un dirigeant de casino, Kaz, grâce à l’aide de deux comparses projette de l’enlever dans le cadre d’un contrat. Leur première solution pour pénétrer dans le Little Palace n’étant plus viable, Kaz doit trouver un second plan. La situation se corse d’autant plus qu’une fête gigantesque « la Fête des neiges » doit s’y dérouler, sous haute surveillance. Kaz trouve néanmoins une alternative. Il suffit de voler les plans du palais, conservés aux archives de Kribirsk pour trouver un moyen d’entrer et de sortir. Ils décident donc de mener un casse aux archives royales.

Le bazar des Archives

Kaz se fait passer pour M. Ivanovski, un sculpteur mandaté pour des réalisations exposés lors de la Fête des Neiges. Il argue avoir besoin des tailles des portes du Little Palace, pour éviter que les statues ne passent pas l’encadrement. L’archiviste, un quadra peu enthousiaste aux petites lunettes et au costume élimé, se plaint de cette Fête qui lui vaut de sortir les plans chaque jour.

l’archiviste circonspect face à l’accoutrement de Kaz

Mais l’objectif n’est pas de récupérer le plan lors de sa communication. En insérant discrètement un dispositif de traçage au phosphore sur l’archiviste, Kaz souhaite localiser le lieu exact de conservation des plans. Le soir venu, Inej, l’acolyte de Kaz, doit se faufiler pour localiser et copier les plans. Pourquoi ne pas simplement les voler ? Les plans étant utilisés quotidiennement, leur disparition serait remarquée et lancerait une alerte de sécurité. Le casse, malgré une petite frayeur, se déroule bien, déjouant les dispositifs de sécurité mis en place.

Un peu plus tard dans la série, on découvre les quelques heures qui ont précédé la création du Fold. L’Héritier Noir est alors traqué, ainsi que tous les Grishas. Ce dernier, cherchant un moyen d’augmenter sa puissance pour défendre les Grishas, souhaite créer une armée magique grâce aux invocations du premier des Grishas. Sachant que les journaux de ce puissant sorcier sont aux archives, l’Héritier fouille les lieux afin de les trouver. Il est difficile d’appeler ça « archives », contrairement aux archives royales vues précédemment, il s’agit ici d’un lieu de stockage en vrac, où les caisses ouvertes occupent les tables. L’Héritier après une longue fouille finira cependant par trouver ce qu’il cherche au fond d’une caisse.

Le mystique journal du premier des Grishas

Malgré un personnage d’archiviste assez cliché, renvoyant l’mage d’un tâcheron blasé, les archives sont valorisées. Elles sont, comme souvent, le lieu de dénouement des situations, lieu de savoir et donc lieu de pouvoir, mais lieu mystique à l’accès difficile, bien gardé ou bordélique.

Marc Scaglione

Utopia Falls est une série canadienne diffusée sur la plateforme Hulu. Créée par R.T. Thorne et Joseph Mallozzi (Stargate SG-1), il s’agit d’une histoire dystopique mêlant science-fiction et hip-hop, à mi-chemin entre Divergente et Glee.

Quelle est l’histoire ?

Dans un futur lointain, après une guerre apocalyptique, une colonie de survivants est fondée : New Babyl, la dernière ville du monde, protégée par un bouclier. Plusieurs centaines d’années passent. Chaque année se déroule le concours de danse et de chant : l’Exemplaire. Chaque secteur de New Babyl envoie des candidats dans l’espoir de voir leur représentant devenir champion. Les jeunes candidats Aliyah 5, Bodhi 2 et Tempo 3 vont alors découvrir que le monde dans lequel ils vivent n’est pas ce qu’il paraît être.

Et les archives dans tout ça ??

Le soir de leur arrivée à l’Académie de l’Exemplaire, les candidats reçoivent une invitation mystérieuse à une fête en dehors de la ville, ce qui est interdit. Par hasard, ils tombent sur un bunker dissimulé par une illusion holographique. A l’intérieur, des objets « interdits » : vinyles, livres, chaise, documents, ainsi qu’un étrange cercle luminescent et une console. En approchant cette console, une IA s’active et se présente comme « L’Archive ». Pour l’anecdote, la voix de cette archive n’est autre que celle de Snoop Dogg…

La découverte de l’Archive

Aliyah 5 remarque que cela ressemble aux archives du Secteur Progrès, auquel elle appartient, « là où ils conservent tous les dossiers des recherches antérieures. » L’origine de l’Archive ? Pas une priorité pour ces jeunes, car la question n’est posée qu’après plusieurs épisodes pour se conclure sur une fin de non-recevoir de l’IA « Je ne sais pas », dit-elle en évoquant sa création.

Parmi tous les thèmes que l’Archive propose, Bodhi 2 et Aliyah 5 choisissent d’en découvrir plus sur la musique (on est dans une série musicale, rappelons-le), et découvrent le hip-hop. Cette musique tranche foncièrement avec la société dans laquelle ils vivent, cette dernière prônant l’unité, la communauté au profit de l’oubli de l’individu. Le hip-hop est venu comme un moyen non de briser cet idéal sociétal mais de l’enrichir par le partage des expériences individuelles, des parcours difficiles. Evidemment, le secret promis concernant l’existence de l’Archive ne tient pas longtemps, et tous les candidats de l’Exemplaire finissent par la visiter. Ils utilisent ce qu’ils y apprennent (danse, musique) lors de la compétition. Mais cela est perçu comme subversif par le pouvoir en place et va avoir des conséquences non négligeables…

Il est à noter que tous les candidats ne sont pas enthousiastes face à ce passé enfoui. Tempo et Apollo ne se limitent pas à la musique et découvrent les horreurs de la guerre et des violences qui l’accompagnent. Si Apollo passe outre, certain qu’il existe autre chose au-delà du bouclier, ce n’est pas le cas de Tempo. Il est la conscience traditionnelle des candidats. Ainsi il rappelle que le savoir des Anciens les a perdus, et que s’il est interdit, c’est pour éviter que cela se reproduise ; qu’il ne faut pas oublier le temps où les gens se battaient pour l’argent (une notion qui leur est étrangère néanmoins), la couleur, le groupe social, la religion, etc. S’affrontent alors deux discours traditionnels sur le danger du savoir : le savoir est pouvoir, mais aussi risques et destructions.

La découverte des horreurs de la guerre

L’Archive joue un rôle central dans le récit, enjeu de possession, de secret, mais aussi de partages. Il est à noter cependant que la cohérence n’échappe pas à la facilité scénaristique. Ainsi dans une société avec un alphabet différent du nôtre, on s’étonnera que des adolescents soient capables de lire et de comprendre une langue (en l’occurrence l’anglais) sans aucun souci. Facilité scénaristique, qui n’enlève rien à la portée symbolique des archives dans « Utopia Falls »

Lire une langue ancienne sans aucun problème

Marc Scaglione

Fargo est une série télévisée américaine en cours de diffusion. Initiée en 2014, elle compte actuellement 41 épisodes étalés sur 4 saisons. Si la série Fargo est inspirée du film éponyme, chaque saison propose une histoire différente.

Quelle est l’histoire ?

Le tueur à gage nommé Lorne Malvo a un passe-temps. Durant son temps libre, il tente de corrompre les gens qu’il croise. Il rencontre Lester Nygaard, petit employé humilié par son entourage et son épouse. Lorne tue l’homme qui harcèle Lester depuis des années et encourage ce dernier à être plus ferme. Nygaard tue alors sa femme, mais seule une shérif adjointe, Molly Solverson, croit en sa culpabilité.

Et les archives dans tout ça ??

Après sa rencontre avec Lester Nygaard à Bemidji au Minnesota, Lorne Malvo se rend à Fargo et massacre les membres d’un syndicat du crime. Un problème pour les agents du FBI Bill Budge et Webb Pepper qui surveillent l’endroit depuis six mois et ne réalisent pas qu’un carnage se déroule à quelques mètres ! Leur responsables les réassignent aux archives du FBI en punition de cette bourde. Budge et Pepper y végètent pendant une année jusqu’à ce qu’un nouveau témoignage sur le massacre de Fargo soit déposé aux archives.

Décrire les archives comme un lieu de punition est un lieu commun dans les séries TV. C’est d’ailleurs assez désobligeant pour les professionnels, mais compréhensible dans le contexte de l’histoire. Les héros sont généralement des hommes et femmes de terrain, d’action. Les confiner de manière permanente dans un lieu clos, c’est en quelque sorte les tuer. Lors de leur dernière scène dans les archives, Budge et Pepper sont étendus par terre juste avant que la preuve qui relance l’affaire ne leur parvienne.

L’agent Bill Budge adore les problèmes de logique. Après un an de travail dans les archives du FBI, il propose l’exercice logique suivant :

« La salle des archives. Une salle bourrée d’archives. Imagine qu’on retire un dossier du tas ? […] Ça reste quand même la salle des archives ? […] Non, je veux dire, et t’es bien d’accord, que la salle des archives, avec un dossier en moins, ça reste le lieu où on range les dossiers. Mais bon, admettons que tu retires un autre dossier, et puis encore un autre… S’il y a un dossier en moins aux archives, ça s’appelle encore les archives. Et si tu continues à en retirer, ben y’a un moment, tu vas te retrouver avec zéro dossier. Ou même un nombre négatif de dossier…« 

Son collègue Webb Pepper lui rétorque que « personne n’enlève de dossier. On en ramène toujours plus. »

Les archives deviennent un lieu purement théorique, un problème de mathématique où se croisent valeurs négatives et nombres infinis. Budge s’évade de ce lieu fermé en le rendant abstrait, tandis que la réponse du pragmatique Pepper en fait un lieu écrasant.

Lieu de monotonie, les archives finissent par donner la clef pour résoudre un meurtre de masse. L’originalité est que la réponse ne vient pas d’un document déjà présent dans les dossiers, mais d’un dépôt. Un agent se rend aux archives, et Budge lui demande s’il s’agit d’un document entrant ou sortant. L’agent vient consigner l’appel de Molly Solverson dans le dossier de l’affaire de Fargo. Budge et Pepper quittent alors les archives pour reprendre l’enquête. C’est ainsi le fait que les archives soient un lieu vivant qui permet de résoudre le crime.

Fargo est une série étrange. La seconde saison commence par l’apparition d’un OVNI. Dans la troisième, un mystérieux personnage semble être le Juif errant. Les histoires policières rencontrent un court instant le fantastique. Dans la première saison, la nature de Malvo reste ambigüe. Simple tueur ou véritable démon corrupteur ? Les thématiques religieuses parsèment la première saison. Le passage de Budge et Pepper aux archives m’a évoqué le purgatoire. Pour les catholiques, le purgatoire est un lieu de pénitence et de purification. Le péché que Budge et Pepper doivent expier ? La tuerie de Fargo, leur incompétence. Ils rachètent leur erreur en écoutant l’histoire de Molly Solverson, que l’un de leurs confrères a trop rapidement rejetée. Après le purgatoire, le Paradis : les deux agents sont assassinés par Malvo alors qu’ils gardaient le domicile de Lester Nygaard.

Jean-Baptiste Vu Van

Elementary est une série télévisée américaine de 154 épisodes étalés sur 7 saisons. Elle a été diffusée entre 2012 et 2019. Il s’agit d’une relecture libre et modernisée des aventures de Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle. Jonny Lee Miller (Trainspotting) incarne Sherlock, et Lucy Liu incarne le Docteur Joan Watson.

Elementary_1

Quelle est l’histoire ?

Sherlock Holmes célèbre détective a quitté Londres pour s’installer à New York. Sorti de cure de désintoxication, il est contraint de cohabiter avec le Dr Watson, chirurgienne reconvertie en compagne de sobriété. Les deux colocataires vont bientôt travailler ensemble pour la police de New-York.

Et les archives dans tout ça ??

Les archives sont omniprésentes, Holmes et Watson compulsant les dossiers pour chaque enquête.

Cependant un épisode est un peu plus évocateur que les autres. Il s’agit de l’épisode 6 de la saison 3 « Meurtres à la carte ». Dans cet épisode, une carte ancienne est dérobée dans la bibliothèque de la 39e rue.

Elementary_3

la carte dérobée

Lorsque la protégée de Sherlock, Kitty, arrive sur les lieux, le conservateur lui demande la plus grande discrétion car il ne souhaite pas que la brèche dans la sécurité effraie les donateurs. Quand on voit que les cartes sont conservées dans des meubles à plan classiques au cœur de la salle de lecture, on se dit que la sécurité est quand même légère… Sherlock découvre qu’une carte en particulier a été visée. Mais cette dernière a été numérisée et l’on connaît donc le contenu de la carte : celle du Comté du Roi Jacques en Virginie, d’une valeur estimée de 200 000 dollars. Il ne s’agit pas d’un don mais d’un dépôt à la cartothèque effectué en 1951.

Elementary_2

la carte numérisée

Holmes et Watson se rendent auprès de la famille du dépositaire. Il s’agit d’une famille riche habituée des œuvres caritatives sous maintes formes. Sherlock demande alors à cette personne d’enquêter dans ses réseaux auprès des services d’archives, car il est probable que ces entités n’aient pas déclaré de vol pour rester discret. Intuition qui s’avère fondée, trois vols ont eu lieu.

La carte est récupérée mais il s’avère que c’est une fausse. Il s’avère aussi que cette carte a été extraite d’un atlas. Et Sherlock de déclarer que « la restauration des atlas est un marché très lucratif ». Holmes et Watson se lancent donc sur la piste de l’atlas.

Sherlock finit par comprendre que ce n’est pas la carte en tant qu’objet de collection qui était recherchée ; ce sont les informations inscrites dessus. Il explique ainsi : « Qu’est ce qu’une carte en plus d’être une archive ? C’est un bout de parchemin rempli d’informations. » Cela peut étonner au premier abord au vu de notre conception des archives, car c’est une redondance, si ce n’est un pléonasme. Un document est une archive. Mais il faut voir cela sous l’optique anglo-saxonne : le terme « archive » correspond au document historique, et qui, outre une valeur pour l’histoire, a une valeur monétaire.

Elementary_4

Quand Watson s’interroge sur l’explication donnée par Sherlock

Cet épisode offre un point de vue intéressant. Il montre la valeur pécuniaire des archives, du marché lucratif autour de ces objets, que ce soit dans le domaine de la recherche, de la restauration ou de la vente. Les œuvres d’art, auxquels on peut rattacher les archives (carte, gravure, etc.), sont l’objet du troisième trafic le plus important au monde, après celui de la drogue et des armes. Ceci explique les précautions que l’on peut rencontrer dans les services d’archives.

En outre, l’épisode dévoile aussi la dynamique don/dépôt et service d’archives, en affichant le poids des donateurs pour certaines institutions. Il démontre aussi le caractère inhérent à ce genre de situation pour celui qui reçoit : une volonté de ne pas perdre sa source, en taisant les problèmes. Bien que ce ne soit pas spécifique aux archives, il faut quand même reconnaître que le monde des archivistes fait partie de cet univers où tout est feutré. Ce qui n’est pas sans m’énerver à quelques occasions !

Marc Scaglione

Star Trek : The Cage est le premier épisode pilote de la série réalisé en 1965. Réalisé par Robert Butler et scénarisé par Gene Roddenbery, l’épisode jugé trop cérébral, il est refusé par la chaîne NBC. L’épisode fut longtemps considéré comme perdu et il est diffusé en France en 2016 seulement ! La distribution était fort différente de celle de la série qui verra finalement le jour. Le premier capitaine de L’Enterprise est le capitaine Christopher Pike joué par Jeffrey Hunter, son second est une femme jouée par Majel Barrett. On retrouve déjà Monsieur Spock, interprété par Léonard Nimoy, rescapé de ce pilote avorté et que l’on retrouvera donc dans la série qui verra finalement le jour.

Cage_1

Quelle est l’histoire ?

L’Enterprise part en mission pour secourir des humains apparemment restés coincés sur la planète Talos IV. Le capitaine et certains membres de l’équipage se téléportent sur la planète mais Pike est capturé par les Talosiens. Ces humanoïdes au cerveau surdéveloppé se terrent dans le sous-sol de leur planète car ils ont été victimes d’un holocauste nucléaire. Les Talosiens cherchent à capturer des humains pour les faire se reproduire afin d’en faire leurs esclaves.

Et les archives dans tout ça ??

Le cerveau surdéveloppé des Talosiens leur permet de projeter des illusions mais également de manipuler les réseaux informatiques à distance et de pénétrer dans tout système électronique.

Ainsi, quand le capitaine Pike résiste à leur pouvoir, refuse de se plier à leurs injonctions, les Talosiens paralysent l’Enterprise, le vaisseau est alors à leur merci. Cependant, lorsqu’ils pénètrent dans les serveurs, les Talosiens parcourent les archives du vaisseau : enregistrements, microfilms, tout ce qui est disponible et visiblement pas assez sécurisé pour résister à une intrusion extérieure. Ils récupèrent ainsi toutes les informations stockées dans l’Enterprise, on voit défiler à toute allure des schémas, des images historiques, des archives botaniques, en gros, tout ce qui relève des connaissances de l’humanité. Pourquoi ces archives apparemment proches de l’exhaustivité encyclopédique sont-elles stockées dans le vaisseau ? Nul ne le sait, peut-être justement en cas de rencontre extra-terrestre ou pour sauver l’histoire de la Terre en cas de problème. On note donc que l’Enterprise voyage avec des archives stockées dans ses ordinateurs.

Cage_2

Les Talosiens sont surpris car ils s’aperçoivent que la « méthode d’archivage est rudimentaire et demande beaucoup de temps. Pourtant, ils finissent par absorber les connaissances de l’humanité. Leur surprise est grande à l’étude de l’histoire humaine. Il finissent donc pas relâcher le capitaine Pike et ses lieutenants car l’espèce humaine est jugée trop violente et trop dangereuse au regard de l’étude de ses archives.

Ainsi, les archives de l’Enterprise sauvent les membres de l’équipage, leur étude par les Talosiens leur montrant la violence qui parcourt notre histoire. Moralité : il faut toujours prendre soin de ses archives : même si elles sont mal indexées, elles peuvent parfois vous sauver la vie !

Sonia Dollinger