Les amis libraires sont des vigies précieuses qui savent vous guider dans la forêt éditoriale. On les aime pour leurs précieux conseils et leur enthousiasme. Les miens ont une qualité supplémentaire, ils savent me trouver des bons récits où la notion d’archives apparaît. C’est le cas de Claire, à qui je rends hommage ici pour toutes les qualités décrites ci-dessus et pour m’avoir mis entre les mains le livre I de La Passe-Miroir : les fiancés de l’hiver.

Passe-miroirCet ouvrage confirme encore s’il en était besoin la richesse de ce qu’on appelle la littérature jeunesse dans laquelle j’aime à puiser allègrement sans me soucier des barrières que pourrait inclure cette classification. La Passe-Miroir est un récit dû à la plume de Christelle Dabos. Née en 1980, la jeune femme se destinait à être bibliothécaire en Belgique lorsque la maladie survient et l’empêche de réaliser ses projets. Fort heureusement, Christelle trouve un moyen de s’évader : l’écriture. Soutenue par une communauté d’auteurs qu’il convient de promouvoir, Plume d’Argent, Christelle Dabos voit son ouvrage publié chez Gallimard jeunesse en 2013.

La Passe-Miroir raconte l’histoire d’Ophélie, une jeune femme qui vit paisiblement sur l’Arche d’Anima – le monde a éclaté et se divise désormais en arches plus ou moins éloignées les unes des autres. Sur Anima, les gens ont des talents qui ont trait au monde de l’écrit ou des objets. Ophélie est elle-même responsable d’un musée car elle sait « lire » le passé des objets avec ses mains mais elle a aussi un autre talent : celui de traverser les miroirs pour se rendre d’un endroit à l’autre. Insouciante, elle mène une vie tranquille jusqu’à ce qu’on décide de la marier à Thorn, représentant du clan des Dragons, qui vit sur une autre arche : le Pôle, un milieu plutôt hostile. Déracinée, Ophélie va devoir apprendre à vivre au milieu des mensonges et des trahisons d’une cour déliquescente sans bien comprendre pourquoi elle a été choisie pour cette union.

En dehors de toute référence aux archives, je vous invite à lire ce livre fort bien écrit, plein de rebondissements et de suspense qui met en scène un personnage principal attachant et un univers foisonnant riche en personnalités et en événements.

Et les archives dans tout ça ??

Les références aux archives sont très présentes puisque le premier chapitre est tout bonnement intitulé « l’archiviste ». Le premier endroit que le lecteur découvre, ce sont les Archives familiales. Sur Anima, les bâtiments et les objets ont une âme et ont donc des humeurs et des réactions assimilables à celles des humains. Étonnement, le bâtiment des archives est toujours de mauvaise humeur et n’aime pas les usagers qui ne respectent pas les heures d’ouverture. Bon en même temps, s’il y a des horaires, c’est pour qu’on les respecte non – comment ça je suis de mauvaise foi ?

Il semble que, comme son nom d’archives familiales l’indique, le bâtiment renferme avant tout des documents d’état-civil puisqu’on passe devant des rayons hébergeant des registres de naissance, décès et dispense de consanguinité. Les archives conservent aussi des récits d’explorations des autres arches et notamment du Pôle où les ancêtres d’Ophélie sont déjà passés et en donnent une description peu engageante et quelque peu énigmatique.

Les conditions de conservation ne sont toutefois pas idéales puisque l’auteure insiste à plusieurs reprises sur le froid qui règne dans le bâtiment et l’existence de chambres froides. Un peu plus loin, notre petit cœur d’archiviste frémit d’horreur en lisant que les archives ont été déposées « sous la voûte froide des caves »….et c’est le drame quand on réveille son conjoint qui dormait à côté en hurlant de désespoir : JAMAIS D’ARCHIVES DANS LES CAVES HUMIDES !!!!!!!!!!! Tout cela empire encore quand on lit qu’il ne règne pas plus de 10 degrés dans la pièce. Les pièces ont au moins l’air d’être ventilée par des courants d’air, on se console comme on peut.

Par contre, la nécessité de garder les archives à l’abri de la lumière semble respectée : on consulte les documents à la lumière de « veilleuses électriques ». La consultation se fait à l’aide de gants propres.

Il existe également des archives soumises à une communication restreinte puisqu’une des pièces est interdite au public et on apprend qu’il s’agit d’une collection privée dont la lecture est réservée aux archivistes. Malgré tout, Ophélie pénètre dans la pièce interdite où la devise des archivistes est gravée : « Artémis – l’esprit de famille des Animistes – nous sommes les gardiens respectueux de ta mémoire« . Ce lieu est décrit comme fascinant : c’est là que sont conservés les documents les plus importants de l’histoire de l’Arche. Notons encore une fois que la lecture de ces archives n’est pas ouverte à tous ce qui souligne leur caractère sensible. Ces documents sont conservés dans des reliquaires, sous des cloches dont on espère qu’elles laissent circuler un peu d’air là aussi, même si on s’inquiète un peu en lisant : « un registre y tombait en décomposition et son encre avait été pâlie par le temps », tu m’étonnes : des archives confinées dans une cave à 10 degrés, on ne fait pas de miracle ! Et c’est sans compter sur la poussière qui, bien évidemment, saupoudre le tout. Fort heureusement, on apprend avec soulagement que la tante d’Ophélie a le talent de de restaurer les documents et les livres et a sauvé « de la décomposition des archives d’une grande valeur historique ». On l’aura compris, elle ne manque visiblement pas de boulot vu les conditions dans lesquelles ces pauvres archives sont conservées.

On tombe ensuite sur l’archiviste qui est, comme on pouvait s’y attendre un « vieil homme avec des cheveux blancs en bataille » muni de tous les accessoires d’un bon archiviste tel que l’imagerie populaire peut le représenter : loupe, gants blancs et chemise froissée, tout y est…sauf une blouse grise. Son état d’esprit est à l’avenant : « à force de manipuler des archives, le vieil homme vivait complètement dans le passé ». Son langage est désuet, il écoute de la musique sur un phonographe et lit des journaux vieux de cinquante ans. Toutefois, l’archiviste est un peu le sage de la famille et la personne à laquelle Ophélie, l’héroïne vient se confier : vieux mais débonnaire et compétent, ça nous change un peu des rabat-joie habituels, même s’il n’a pas l’air de prendre un grand soin de sa personne. Il appartient, comme Ophélie et sa tante à une famille que nous ne renierons pas : « généalogistes, restaurateurs, conservateurs » au service de la mémoire. Associer les différentes facettes de nos métiers complémentaires est plutôt sympa et de les voir marcher main dans la main devrait nous servir d’exemple.

La présentation des archives dans la Passe-Miroir n’échappe pas à quelques clichés : celui du vieil archiviste hors d’âge et celui qui laisse à penser que les archives doivent être conservées dans les lieux les pires pour elles : les caves froides et humides. Toutefois, les Animistes sont présentés comme des gardiens d’une mémoire commune, tâche à laquelle ils se consacrent avec ferveur et compétence.

Un peuple d’archivistes, de généalogistes et de restaurateurs ? On en rêverait presque si la température était plus douce.

Sonia Dollinger

Marvel_s_Iron_FistDepuis le 17 mars, Netflix France diffuse la série Iron Fist, produite aux Etats-Unis par Marvel Television et ABC studios. La série fait suite à celles qui ont été consacrées à Daredevil, Jessica Jones ou Luke Cage. Tous ces personnages devraient se retrouver par la suite dans le groupe des Defenders.

Le personnage d’Iron Fist est issu des comics créés par Roy Thomas et Gil Kane en 1974 chez Marvel. Les arts martiaux ont, à l’époque le vent en poupe, Iron Fist est donc un spécialiste du King Fu mais pas seulement. Daniel Rand est un jeune homme riche mais orphelin. Ses parents sont morts à cause de l’associé du père de Rand, Harold Meachum. Perdu seul dans les neiges de L’Himalaya, le jeune Danny est recueilli par les moines shaolin de la cité cachée de K’un L’un qui leur enseigne le Kung Fu et sa philosophie. Revenu en Amérique, Danny adopte le nom d’Iron Fist et forme un duo de héros à louer avec Luke Cage dont vous pouvez lire les nouvelles aventures tout juste sorties chez Panini Comics.

Si la série télévisée reprend en partie les origines de Danny, elle se concentre sur son retour à New York, 15 ans après sa disparition. Tout le monde le croit mort dans un accident d’avion où il aurait péri avec ses parents. L’entreprise Rand qui rapporte des milliards est tenue par les enfants de l’associé du père de Danny, Ward et Joy Meachum qui ne sont pas ravis de voir réapparaître un clochard qui prétend être Daniel Rand et qui revendique son héritage.

La série mêlera luttes de pouvoirs, combats dantesques avec des ninjas sortis de nulle part sur fond de rivalités familiales.

Et les archives dans tout ça ??

La question des archives est évoquée dans le troisième épisode. Danny Rand a engagé l’avocate Jeri Hogart – déjà présente dans la série Jessica Jones – pour l’aider à recouvrer son héritage, l’entreprise Rand, qui est aux mains de la famille Meachum.

IronFist_1

Pas d’archives, pas d’identité !

Le problème majeur est que Danny est porté disparu et officiellement mort depuis quinze ans, sans parent survivant connu et qu’il est difficile de prouver son identité. Jery Hogart a beau chercher, aucun document d’archives ne semble pouvoir prouver l’existence de Daniel. Elle ne parvient même pas à retrouver « une carte d’abonnement à la Bibliothèque ».

Cependant, Daniel se souvient brusquement avoir fait des radios étant enfant après une chute. Il se rend donc à l’hôpital pour consulter son dossier médical. Evidemment, on rentre dans la salle d’archives comme dans un moulin : elle est ouverte et aucun archiviste ne semble en contrôler l’accès, niveau confidentialité, on repassera. Oh…attendez, il semble soit à terre, gisant inerte, si c’est l’archiviste, il y a de quoi s’inquiéter pour lui !

IronFist_2

sans instrument de recherche, pas évident de trouver son dossier !

Mais Danny n’est pas seul dans cette salle d’archives, un type est déjà en train de fouiller dans les dossiers – sans doute celui qui a occis l’archiviste au passage…L’homme est connu de Danny, il s’agit du garde du corps de la famille Meachum, bien décidé à faire disparaître le dossier médical de Danny.

IronFist_4

manifestement, ce type n’est pas magasinier !

Evidemment, une bagarre s’en suit : les rayonnages d’archives sont renversés, un registre est même carrément poignardé en servant de bouclier à Danny Rand.

IronFist_6

Aïe ! 

Mais cela ne s’arrête pas là : avant de fuir, le malfrat arrose d’essence les archives – oui parce qu’évidemment, on laisse des substances inflammables dans une salle d’archives, c’est bien connu – et met le feu à la pièce. Ainsi partent en fumée les espoirs de Danny qui ne peut ainsi plus prouver son identité.

IronFist_7

Allez,  tout un classement foutu par terre

Encore une fois, les archives prouvent leur utilité : sans elles, Daniel Rand n’a aucun moyen de prouver son existence. Les archives sont les garantes de notre réalité, elles sont ce qui permet de nous rendre vivants par delà la mort.

IronFist_8

Ici, l’échec est la résultante de la disparition des archives : détruire les documents, c’est aussi détruire une vie. Quand on y réfléchit, on mesure mieux l’importance de la conservation des archives et du rôle de l’archiviste.

Sonia Dollinger

Si vous suivez régulièrement ce blog, vous aurez sans doute remarqué que l’une d’entre nous – moi en l’occurrence – est fan des ouvrages de Connie Willis. Nous avons déjà évoqué en effet, Black Out et All Clear, deux récits qui avaient pour cadre Londres pendant la Seconde Guerre mondiale.

sans parler du chienL’ouvrage de Connie Willis dont nous allons parler cette fois a pour titre Sans parler du chien. Le livre sort en 1998 en version originale et en 2003 en France. On retrouve avec bonheur dans ce titre les équipes d’historiens dirigées par le professeur Dunworthy qui voyagent à travers l’Histoire pour étudier les mœurs du passé. En parallèle, une équipe d’historiens est chargée d’enquêter sur la cathédrale de Coventry, détruite par un raid nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, lady Schrapnell, haute dignitaire, souhaite reconstruire le bâtiment à l’identique au XXIe siècle.

Cependant, un incident, en apparence mineur, va bouleverser les choses :  une jeune historienne provoque un paradoxe temporel en rapportant un chat venu du XIXe siècle dans le futur. Pour réparer cette erreur qui peut conduire à des modifications historiques majeures, Ned Henry, historien, est envoyé par ses supérieurs dans l’Angleterre victorienne pour remédier au souci. Ned se retrouve donc au XIXe siècle en compagnie d’aristocrates britanniques un peu coincés, amateurs de tables tournantes et d’un bouledogue anglais prénommé Cyril !

Cet ouvrage est un très bon récit de voyages temporels, à la fois drôle et tendre qui emprunte aux grands classiques de la littérature anglais avec un petit côté Agatha Christie qui n’est pas déplaisant. Décidément, Connie Willis sait captiver son lecteur et vous n’avez pas fini d’en entendre parler !

Et les archives dans tout ça ??

La tyrannique Lady Schrapnell cherche à reconstituer la cathédrale de Coventry à l’identique mais il lui manque une potiche qui a disparu en 1940. La quête de cette potiche tourne à l’obsession. Le problème est que le registre de la cathédrale a brûlé pendant la Seconde Guerre mondiale emportant avec lui les détails nécessaires à la localisation de cette fameuse potiche. On voit donc bien que sans archives, il est bien difficile de retracer le parcours d’un objet.

Il est également beaucoup question dans cet ouvrage de ce qu’on appelle les écrits du for privé, les récits personnels comme les journaux intimes qui permettent de mieux appréhender l’état d’esprit d’un individu. C’est ainsi que Ned et sa collègue cherchent à lire les journaux intimes de Tossie, l’ancêtre de Lady Schrapnell qui sont essentiels à la compréhension de certains événements. Il faut pour cela les lire en 1888 car hélas, au XXIe siècle, ils ne sont que partiellement lisibles car ils ont subi une inondation…d’où l’importance de conserver les archives dans un lieu sain.

Afin de mieux comprendre les événements et les choses qui les entourent, les historiens font d’incessants allers-retours dans les archives du XXIe siècle pour vérifier certaines de leurs hypothèses ou les conséquences de leurs actions.

On le voit, les archives sont importantes dans le récit. Connie Willis envoie ses personnages s’y référer pour vérifier des hypothèses, confronter leur expérience au récit qui en est fait. L’auteur montre aussi combien il est primordial de conserver des archives en bon état, de les préserver des inondations ou de les mettre à l’abri en tant de guerre car leur perte peut priver les chercheurs et au delà les citoyens d’informations cruciales sur les Hommes…sans parler du chien !

Sonia Dollinger

Stargate SG-1 est une série américano-canadienne créée par Brad Wright et Jonathan Glassner à partir du film Stargate, la porte des étoiles (1994) de Roland Emmerich. Elle a été diffusée entre 1997 et 2007 aux Etats-Unis, et entre 1998 et 2008 en France.

stargate_0Elle met en scène une branche secrète de l’Armée de l’Air américaine, le SGC, qui organise l’exploration d’autres planètes à travers la galaxie grâce à la Porte des Etoiles. Les différentes équipes rencontrent des centaines de peuples extraterrestres, et les aident tout en luttant contre les Goa’ulds, qui règnent sur la galaxie en se faisant passer pour des dieux. La principale équipe d’exploration, SG-1, est composée du colonel Jack O’Neill, du major Samantha Carter, du Dr. Daniel Jackson, archéologue, et de l’extraterrestre Teal’c.

La série s’inspire à la fois de nombreuses mythologies antiques et médiévales (mésopotamienne, égyptienne, viking, légende arthurienne, etc.) et d’événements historiques réels (l’Inquisition, les guerres de religion, la guerre froide, etc.)

Dans l’épisode 5 de la saison 7, le SGC envoie une sonde sur une planète inconnue ; celle-ci montre que l’atmosphère de la planète est toxique, mais indique aussi la présence d’un vaste dôme. La sonde traverse le dôme et montre un paysage normal avant d’arrêter d’émettre.

stargate_1

le dôme

L’équipe d’exploration SG-1 se rend alors sur la planète, et découvre que le dôme est habitable et que des humains y vivent. Ils rencontrent alors les membres du Conseil du village, et découvrent que tous les habitants du dôme sont reliés en permanence à un ordinateur par une interface neurale. Ce Réseau contient toutes les connaissances passées et présentes des villageois, y compris celles datant d’avant la construction du dôme 400 ans auparavant, et contrôle le dôme de manière autonome.

stargate_2

L’équipe passe la nuit au village, chez Pallan, qui travaille sur le système de gestion du dôme, et sa femme Evalla. Ils apprennent que le dôme a été créé pour protéger la population après que la pollution industrielle a contaminé la planète, et Daniel Jackson suggère d’étudier cela afin de comparer la situation à celle de la Terre. Pallan et Evalla lui proposent de se connecter directement au Réseau afin d’avoir toutes les informations dont il a besoin, mais il préfère leur demander d’avoir accès aux archives.

 

« Nous avons nous aussi nos problèmes de pollution, en étudiant votre histoire nous pourrions peut-être éviter que notre planète tourne aussi mal. »

(Daniel Jackson)

Le lendemain Pallan et le major Carter vont voir les systèmes de gestion et de surveillance du dôme, pendant qu’Evalla et Daniel Jackson se rendent dans la salle des archives du village.

stargate_4

Tout à coup tous les habitants semblent se figer quelques minutes, et le major Carter remarque que des données concernant le dôme sont modifiées sur les moniteurs. Tout redevient normal, mais le major Carter se rend compte que les données affichées par l’ordinateur central concernant les niveaux d’énergie du dôme sont fausses. Pallan ne la croit pas et se réfère aux archives du Réseau pour lui assurer que la consommation d’énergie est stable depuis 400 ans. Elle craint néanmoins que le dôme ne soit bientôt plus alimenté et cède.

« J’ai accès à 400 ans d’archives de consommation énergétique du dôme grâce au Réseau […]. » (Pallan)

« Je vais vous montrer ce qui nous reste d’archives physiques. Ce sont les derniers témoins de l’ancien monde.» (Evalla)

L’équipe propose alors au Conseil du village de transporter la population sur une autre planète pour les mettre à l’abri, mais ils ne les croient pas et refusent de partir. Quand le colonel O’Neill s’étonne de ne pas voir le Conseil au complet, ceux-ci lui affirment qu’aucune femme n’a été élue et que le Conseil a toujours été composé de trois personnes, ce que confirme Pallan.

« Leurs archives nous aideront peut-être à comprendre cette histoire. » (Daniel Jackson)

Daniel Jackson décide alors de faire des recherches avec Evalla dans les archives du village pour comprendre ce qui se passe, mais il ne trouve rien : depuis la création du dôme aucun document écrit n’a été produit, et même avant cela le Réseau était déjà utilisé et la production d’archives « papier » était fortement limitée.

stargate_5

Pendant ce temps Evalla disparaît, et Pallan ne se souvient pas du tout d’elle. Le major Carter suppose que c’est le Réseau lui-même qui a effacé tous les souvenirs qu’il avait de sa femme, comme il a supprimé les informations à propos du quatrième membre du conseil. Elle décide de reprogrammer le Réseau pour modifier les informations qu’il transmet à la population, mais pour y arriver elle doit d’abord convaincre Pallan de l’aider.

Daniel Jackson continue ses recherches pour trouver d’anciens documents écrits contredisant les informations du Réseau, pour prouver aux habitants qu’ils sont manipulés par l’ordinateur.

– Je ne trouve toujours aucune référence historique à la période de construction du dôme.

– A l’époque mon peuple utilisait déjà beaucoup le Réseau… Il est possible qu’on n’ait pas conservé grand chose sur support physique. » (Daniel Jackson et Evalla)

– Il faudrait que je trouve d’anciens documents écrits qui contredisent les informations disponibles sur le Réseau […].

– Les archives du Conseil, ça serait parfait.

(Daniel Jackson et le major Carter)

stargate_6

Pendant ce temps le major Carter tente de persuader Pallan que le Réseau modifie les archives et les souvenirs de tous les habitants et les manipule, mais il refuse de la croire. Daniel Jackson lui montre alors des actes notariés signés par tous les habitants qui occupaient le dôme à sa construction, qui ont été conservés et qu’il vient de trouver dans les archives (Figure 10) : il y avait environ 100 000 habitants à l’origine, alors qu’ils ne sont plus qu’environ 1300. Ils se rendent compte qu’en réalité le Réseau gère la baisse d’énergie en diminuant la superficie du dôme, et qu’il prend les mesures nécessaires pour assurer la survie du groupe en sacrifiant des individus et en effaçant toutes les données les concernant pour que les survivants ne se doutent de rien.

« J’ai trouvé […] des actes notariés. Heureusement que les juristes sont procéduriers. Tout le monde utilisait déjà le Réseau à l’époque, mais ils ont quand même rempli des documents en bonne et due forme » (Daniel Jackson)

1.    Opposition archives « papier » et archives dématérialisées

La salle où sont conservés les derniers documents « papier » correspond aux clichés habituels sur les archives : petite, sombre, poussiéreuse, encombrée et mal rangée. Il n’y a pas d’archiviste ni de système de classement, et encore moins de moyen de retrouver les documents que l’on recherche.

A l’inverse le Réseau est représenté uniquement par l’interface portée par tous les habitants : les archives et les connaissances sont toutes classées dans le système et ne prennent donc pas de place, et elles sont facilement accessibles par toute personne portant l’interface. La salle de surveillance du dôme, qui est le seul moyen d’avoir un accès direct au Réseau, est quant à elle une grande pièce bien éclairée, propre, ordonnée.

A priori, les archives numériques sont donc présentées comme étant plus pratiques, plus complètes et plus agréables et rapides à utiliser que les documents écrits. Elles symbolisent, avec l’interface et l’ordinateur, la technologie et donc le progrès qui améliorent l’existence des humains.

stargate_8

Au contraire, on voit les archives physiques comme un énorme tas de papiers, qui prend de la place et est complètement en désordre, et dans lequel on n’a pas du tout envie de faire la moindre recherche. De plus elles sont inutiles puisque toutes les données sont déjà sensées être présentes sur le Réseau. Les archives « papier » représentent le passé et encombrent, au sens propre comme au figuré, le présent, et elles s’opposent aux archives numériques qui n’ont que des avantages.

stargate_7

Cependant on peut remarquer que, alors qu’ils n’avaient plus du tout besoin de ces archives physiques puisqu’ils avaient tout ce dont ils avaient besoin sur le Réseau, les habitants ont les conservées, dans des conditions apparemment correctes puisqu’elles ont pour la plupart plus de 400 ans et sont encore en bon état. Ils n’ont pas détruit ces documents, inutiles pour eux, parce qu’ils représentent un lien matériel avec leurs ancêtres, ceux qui sont entrés dans le dôme et même ceux qui, avant cela, vivaient normalement à la surface de la planète. Ils ne les considèrent plus comme des sources d’information mais comme des souvenirs ; elles ont perdu le statut d’archives et sont devenues des objets historiques anciens.

Malgré tout ce sont ces souvenirs inutiles qui vont leur sauver la vie, puisqu’ils contiennent les éléments qui permettront de comprendre la situation exacte du dôme.

2.    Utilisation et modification des archives dématérialisées

Le premier problème de la dématérialisation des archives est leur accès sur le temps long : pour l’instant elles sont accessibles par tous les habitants du dôme, mais elles seront perdues dès qu’il n’y aura plus d’énergie pour faire fonctionner le dôme.

Mais cette histoire soulève un autre problème de la dématérialisation : lorsque les archives sont conservées uniquement sur support numérique, il est assez facile de les supprimer, en partie ou entièrement. Il s’agit uniquement de la suppression ou de la modification de données ou de fichiers. Au contraire le même procédé avec des archives physiques est plus voyant, puisque des dossiers vont manquer et qu’il est beaucoup plus compliqué de modifier les dossiers autour pour cacher ce manque : s’il fallait supprimer toutes les données concernant Evalla depuis sa naissance, ou modifier toutes les données indiquant que le Conseil était composé de quatre membres depuis 400 ans, cela prendrait beaucoup plus de temps et serait beaucoup plus visible et plus compliqué avec des archives uniquement « papier ».

L’exemple d’un programme informatique qui modifierait de lui-même des archives instantanément est bien sûr excessif ; mais on ne peut pas s’empêcher de se poser la question de ce qui se passerait si c’était vraiment possible. De plus le Réseau supprimait des données uniquement dans le but de la survie du groupe, donc ses décisions étaient tout à fait objectives. On ne peut pas du tout savoir ce qui se passerait si ce genre de décision devait être prise par un humain, qui serait forcément beaucoup plus subjectif et dont les motivations pourraient être très diverses. Le progrès seul n’est pas forcément la meilleure des solutions.

L’exemple dans cette histoire est évidemment extrême, mais il permet de se poser la question : à quel point il est judicieux de se baser uniquement sur la dématérialisation pour conserver des archives, qui sont essentielles car elles permettront de prouver des droits et d’écrire notre histoire ? Dans le même temps la conservation uniquement sur support papier n’est pas une solution puisqu’elle présente elle aussi un certain nombre de défauts (place occupée, entretien et classement nécessaires et temps de recherche long). Il faut donc réfléchir pour trouver un juste milieu entre la dématérialisation et la conservation physique, pour tirer parti de leurs avantages respectifs tout en atténuant leurs inconvénients.

Aude Weber

 

Avec une série dont le nom évoque les voyages temporels, on pouvait s’attendre à voir ou entendre parler d’archives, et ça n’a pas loupé !

Travelers – les Voyageurs du Temps en français – est une série américano-canadienne créée par Brad Wright, sortie en 2016 et qui compte pour l’instant une saison, la seconde étant déjà annoncée. La série est diffusée sur Showcase et sur Netflix.

Travelers_1Des groupes de voyageurs sont envoyés depuis notre futur pour pouvoir modifier les événements et rendre l’avenir meilleur. On n’a guère de détails sur la vie de nos descendants mais ça n’a pas l’air bien brillant : les animaux ont l’air d’avoir totalement disparu et la nature semble réduite à sa plus simple expression selon les dires des voyageurs.

Pour effectuer leur voyage, les humains du futur utilisent la technique du transfert de conscience. Ils choisissent un « hôte » et transfère leur conscience juste avant la mort de ce dernier. Le voyageur ayant ainsi l’apparence d’un humain normal évolue au milieu de ces derniers et doit reprendre le cours de la vie de son hôte tout en menant à bien des missions permettant de rendre le futur meilleur.

Les voyageurs évoluent en groupe dans lequel chacun d’entre eux a une spécialité : certains sont médecins, ingénieurs, historiens et doivent combiner leurs efforts pour réussir leurs missions.

L’intérêt de la série réside notamment dans les difficultés rencontrées par les voyageurs pour s’adapter au XXIe siècle et à leurs hôtes qui ne sont pas toujours de première qualité !

Et les archives dans tout ça ??

Pour bien préparer un voyage dans le temps, rien de tel que de se plonger dans les archives. Même si on ne voit jamais le futur dans cette série, les voyageurs évoquent souvent les recherches qu’ils ont effectuées pour se documenter sur le XXIe siècle et sur les hôtes dont ils vont occuper les corps.

Travelers_2

Et c’est là que les ennuis commencent : quand les voyageurs arrivent, la situation est parfois légèrement différente de celle décrite dans les archives. L’hôte de Marcy, qui s’était basée sur le profil facebook de cette dernière pour en savoir plus, s’aperçoit très vite que l’hôte en question est bien différente de ce que son profil décrit. On rejoint d’ailleurs ici des préoccupations contemporaines : on sait bien que le profil facebook est une mise en scène de soi destinée aux autres. Certains historiens ou sociologues commencent à se servir des réseaux sociaux comme des archives du for privé permettant de comprendre les individus et la société où ils évoluent. C’est le cas d’Ivan Jablonka dans son terrible ouvrage Laetitia ou la fin des hommes, sorti en 2016 au Seuil où le profil de Laetitia est utilisé au même titre qu’un journal intime.

Dans Les Voyageurs du Temps, les archives sont surtout sources de déconvenues : l’hôte de Marcy est une jeune femme handicapée ce qui n’était pas précisé dans son profil facebook, seul document d’archives utilisé pour en savoir plus sur elle. Quant à Philippe, les archives indiquaient qu’il avait succombé à son premier shoot alors que l’hôte était un junkie patenté. En effet, les parents de l’hôte avaient minimisé l’addiction de leur fils, refusant de voir la réalité. Une nouvelle preuve que les archives ne disent pas toujours la vérité ou qu’elles sont parfois tronquées.

Si vous choisissez de filer dans le passé, choisissez bien votre hôte et surtout, croisez vos sources !

Sonia Dollinger