Les archives du ministère de la vérité : big brother is watching you !

Publié: 28 décembre 2015 dans Littérature
Tags:, , , ,

C’est avec plaisir que nous accueillons Charlène Fanchon, étudiante en Master Pro Archives de l’Université de Bourgogne pour ce billet sur l’incontournable 1984 de George Orwell.

1984 est un roman écrit par George Orwell en 1949. Ce roman est une dystopie dont l’action se situe à Londres en 1984, trente ans après une guerre nucléaire qui a opposé l’Est et l’Ouest. À l’issue de cette guerre, le monde a été divisé en trois grands blocs (l’Océania, l’Eurasia et l’Estasia) dans lesquels ont été instaurés des régimes de type totalitaire fortement inspirés du stalinisme.

1984 couverture

L’action du roman se déroule en Océania. Orwell y décrit un monde dans lequel la liberté d’expression n’existe plus. La population fait l’objet d’une surveillance constante et minutieuse sous le regard de Big Brother (« Big Brother is watching you »). Le personnage principal du roman, Winston Smith, habite Londres en Océania. C’est un fonctionnaire du Ministère de la Vérité dont le travail consiste à remanier les archives historiques afin de faire correspondre le passé à la version officielle du Parti.

Nous nous intéressons ici au chapitre 4 du roman. C’est en effet dans ce chapitre qu’Orwell présente l’univers professionnel de son personnage et développe ainsi le fonctionnement du Commissariat aux Archives. Dans ce passage, il nous livre une vision à la fois de l’archiviste, des archives en tant que document et des Archives comme institution.

Et les archives dans tout ça ?? La vision des archives dans 1984

Les archives sont des documents qui ont une signification idéologique ou politique

Ce roman envisage les archives non pas comme de vieux documents recouverts de poussière, mais comme un ensemble très divers de documents. En fait, 1984 nous livre une conception assez moderne des archives, puisqu’il s’agit pour lui de journaux, de livres, de périodiques, de pamphlets, d’affiches, de prospectus, de films, d’enregistrements sonores, de caricatures et de photographies. On retrouve ici la définition des archives donnée par le Code du patrimoine notamment en ce qui concerne la diversité des supports, des formes et des dates des documents. Mais Orwell ajoute une caractéristique supplémentaire : en fait, les archives sont « tous les genres imaginables de littérature ou de documentation qui pouvaient comporter quelque signification politique ou idéologique. » Donc finalement, sont traités au Commissariat des Archives non pas « l’ensemble des documents quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité », mais des documents qui ont une signification politique ou idéologique. Par conséquent, on retrouve bien la notion de diversité des supports, mais pas celle de diversité des contenus.

L’archive est un enjeu de pouvoir

Par ailleurs, les archives définitives conservées par le régime ne sont pas des documents authentiques. En fait, le Commissariat aux Archives assure une mission de surveillance sur les documents et, de ce fait, travaille en étroite collaboration avec le Ministère de la Vérité. Par exemple, dans ce chapitre, Winston Smith travaille sur plusieurs numéros du Times. Il en remanie certains passages pour que les faits relatés soient conformes aux prévisions de Big Brother. Une fois les retouches effectuées, les corrections sont rassemblées et collationnées et le numéro est réimprimé. Par conséquent, le document original est détruit et remplacé par la copie corrigée. L’archive est bien vue ici comme une preuve, mais cette preuve est au service du pouvoir. Elle est envisagée par le régime en place comme un instrument permettant de donner une vision du réel qui soit conforme à la sienne. L’archive a une fonction d’enregistrement des événements passés, elle sert à faire exister le passé d’une certaine manière. C’est ainsi que dans le cadre de sa mission Winston Smith crée des événements qui n’ont pas eu lieu, crée des personnages ou même efface l’existence de personnes réelles… On retrouve bien ici un des travers dans lequel tout historien averti sait qu’il ne doit pas tomber : la performativité de l’archive, c’est-à-dire l’idée selon laquelle les événements décrits par le document d’archives sont réels.

bureau archiviste

Orwell illustre ici parfaitement un phénomène né au XXe siècle : l’usage des archives comme « technologies de pouvoir au service d’une idéologie »[1]. L’archive participe au combat mené par le régime contre un ennemi intérieur.

 

Les Archives ou le lieu de la mise à jour du passé

L’archiviste comme contrôleur et correcteur

Orwell écrit : « Il y avait les armées d’archivistes dont le travail consistait simplement à dresser les listes des livres et des périodiques qu’il fallait retirer de la circulation. » Ainsi, bien que l’auteur utilise une définition extensive des archives au début du chapitre, on constate finalement que les archivistes agissent seulement sur deux types de documents : les livres et les périodiques. En fait, les missions de l’archiviste, les « quatre C » (collecte, classement, conservation, communication) sont réduites à la seule mission de classement, c’est-à-dire trier, classer et éliminer. Par conséquent, ce qui est traditionnellement la partie la moins visible du travail d’archiviste devient ici la mission principale de l’archiviste en Océania. Dans le roman, le tri sert le pouvoir en désignant des documents comme non conformes à la vision du régime. Le tri est donc effectué sur le critère du contenu et non pas selon des considérations chronologiques, alphabétiques, numéraires ou typologiques. L’archiviste assure donc ici un rôle de contrôleur et de correcteur et non pas de conservateur des documents.

Les Archives comme lieu de fabrication des documents

« Il y avait les vastes archives où étaient classés les documents corrigés et les fournaises cachées où les copies originales étaient détruites. » Dans cette phrase, les Archives sont présentées non pas comme lieu de la conservation, mais comme lieu de fabrication de nouveaux documents. Par un processus de destruction des documents originaux (la fournaise) et de fabrication de nouveaux documents qui en sont les versions corrigées, les Archives deviennent le lieu de fabrication des documents. En fait, c’est la conservation de ces documents au sein du Commissariat aux Archives qui assure leur authenticité. Ce point est souligné par un commentaire du narrateur à l’occasion d’un travail de réécriture d’un article du Times : « Le mensonge choisi passerait ensuite aux archives et deviendrait vérité permanente ». C’est en fait ici le statut d’archives historiques qui fait non seulement l’authenticité, mais aussi la valeur de preuve et de témoignage du document. Orwell nous montre qu’en Océania c’est le statut d’archive historique qui confère un caractère irréfutable au contenu du document.

big brother

1984 insiste sur le pouvoir de l’archive. En fait, le régime a la mainmise sur les archives et les utilise pour faire accepter sa propre vérité historique en la truquant. Ce faisant, l’archive devient un véritable enjeu de pouvoir, tandis que l’archiviste est réduit à une fonction de contrôle et de correction. Les Archives deviennent le lieu de fabrication et non plus de conservation des documents. Par conséquent, les Archives en tant qu’institution sont à la fois instrumentalisées et méprisées, car elles sont vidées de leur contenu étant donné qu’elles ne conservent que des « contre-archives ». À travers ce traitement des archives, 1984 souligne bien l’enjeu que représente le contrôle du passé pour les régimes totalitaires : la politique des archives devient un instrument d’oppression à part entière.

[1] COEURÉ Sophie, « Archives dans les guerres, guerres des archives aux XXe et XXIe siècles. Autorité, identité, vulnérabilité », Pouvoirs, vol. 2, n° 153, 2015, p 31.

Charlène Fanchon

 

Publicités
commentaires
  1. […] Charlène Fanchon : archiviste qui a eu la lourde tâche de parler de 1984, l’ouvrage mythique de George Orwell […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s