Articles Tagués ‘vin de Bourgogne’

Le deuxième tome de Clos de Bourgogne, tête de cuvée, est une bande dessinée scénarisée par Corbeyran et illustrée par Nicolas Bègue. Le titre sort chez Glénat en 2019 après un premier volume intitulé Le Monopole sorti en 2016.

Quelle est l’histoire ?

Clos_Bourgogne_1Mathieu Lorphelin est un vigneron-négociant qui ne ménage pas ses efforts pour faire de son domaine un vignoble d’exception et faire fructifier l’héritage qu’il tient de sa famille. Ses vins sont renommés et il fait partie d’un petit groupe de vignerons très en vue qui se retrouvent régulièrement lors de dîners afin de goûter leurs grands crus et d’échanger sur leurs expériences de dégustation. Tout semble donc aller pour le mieux pour cet entrepreneur terrien couvert d’éloges. Pourtant, un coup de fil vient troubler sa quiétude. Son régisseur lui demande de venir au plus vite pour constater les dégâts : les ceps de ses vignes ont été sciés volontairement. Qui peut en vouloir à Mathieu ? Jalousie, compétition ? Tout est possible et le vigneron va devoir mener l’enquête.

Et les archives dans tout ça ??

Dans un premier temps, l’enquête s’oriente vers un règlement de comptes au sein même du domaine mais cela semble presque trop simple. Les dégradations se multipliant, il devient urgent pour Mathieu de trouver son adversaire qui menace de ruiner tous ses efforts. Ses discussions s’orientent sur une piste plus ancienne et le mène aux Archives municipales de Beaune après une discussion avec le directeur du Lycée viticole.

Clos_Bourgogne_2

Etant directrice des Archives de Beaune, je peux vous dire que c’est une vraie fierté de voir son service dans une bande dessinée. Cela permet aussi de voir comment un scénariste et un dessinateur peuvent travailler pour intégrer cet élément au scénario. Corbeyran envoie son héros faire des recherches au service des Archives et même s’il se sert lui-même dans les rayonnages – ce qui n’arrive jamais en réalité, je vous rassure – l’ensemble des deux pages consacrées aux Archives est extrêmement réaliste. Les documents consultés par Mathieu existent vraiment puisque je les ai moi-même pris en photo pour les envoyer à Corbeyran qui était très précis dans ses demandes. Il s’agissait de trouver des documents notariés du XIXe siècle ainsi que des journaux de la même période. L’hôtel de ville de Beaune, les magasins d’archives et la salle de lecture sont très fidèles. Nicolas Bègue, le dessinateur, a travaillé d’après photos n’ayant pas la possibilité de se déplacer.

Clos_Bourgogne_5

J’ai apprécié l’image positive de l’archiviste qui se soucie de son lecteur en venant le voir afin de s’assurer qu’il trouve les documents qui lui sont nécessaires.

Le passage de Mathieu aux Archives était salutaire puisqu’il l’aide à résoudre son enquête qui trouve sa clef dans une rancœur ancienne. Encore une fois, la fiction rejoint la réalité : pour comprendre le présent, il faut parfois plonger dans le passé.

Sonia D.

Préparant une exposition sur la Bourgogne viticole, je me suis penchée sur la représentation du vin dans la bande dessinée. Après avoir lu un certain nombre de titres, je suis tombée sur l’ouvrage de Manu Guillot, Hervé Richez et Boris Guilloteau, Un grand Bourgogne oublié.

bourgogne_1

Cette bande dessinée est parue chez Grand Angle en 2014 et raconte les aventures de Manu, jeune propriétaire d’un domaine dans le Mâconnais, obsédé par sa passion sa volonté de produire un grand vin.

Alors qu’il se rend chez un ami et goûte les vins que ce dernier a découvert dans la cave de la maison qu’il vient de racheter, Manu déguste un nectar incomparable, c’est le vin qu’il veut faire ! Hélas, la bouteille ne contient aucune étiquette ni aucune indication…comment faire pour retrouver le producteur et le cépage afin de prendre modèle sur lui ?

Un grand Bourgogne oublié est l’histoire de la quête de Manu pour retrouver le pied de vigne et le raisin d’où sont issus ce formidable vin afin de le replanter sur son propre terrain. Cavistes, commissaires-priseurs, collectionneurs, vignerons, négociants, Manu rencontre tous les acteurs de la filière tout en restant sous la pression de son terrible voisin qui veut empêcher sa réussite.

Alors que Manu semble avoir épuisé toutes les possibilités et s’apprête à renoncer, un dernier espoir se fait jour…

Et les archives dans tout ça ??

Manu se trouve dans une impasse lors de sa quête de l’histoire du grand vin méconnu. Pourtant, il existe un moyen de connaître l’histoire d’une parcelle : les archives ! La parcelle perdue se trouve désormais dans une carrière. Manu va donc chercher dans les archives de l’entreprise l’histoire de la carrière, ce qui lui permet de remonter aux propriétaires précédents.

img167

Manu se rend alors chez le négociant beaunois qui cultivait la fameuse parcelle. Quelle est la solution ? Chercher là encore dans les archives de la Maison : « on a tout dans nos archives, ils recensaient tout en bons négociants beaunois. Je vais chercher le registre de 1959 »

img168

C’est encore dans les vieux registres, les archives qu’on regarde parfois comme des vieilleries encombrantes que l’homme trouve la solution quand la mémoire ne suffit plus. La conservation des archives privées, ici des archives d’un négoce de vins, souvent perçue par ces derniers comme une charge peut toutefois être une ressource précieuse qui peut avoir un impact économique.

img169

La connaissance de l’histoire d’un domaine ou d’une Maison de négoce est donc un atout dans un monde concurrentiel où le consommateur exigeant recherche la qualité et l’authenticité.

Les archives, un atout commercial ? Plus que jamais !

Sonia Dollinger