Articles Tagués ‘Vertigo’

Transmetropolitan_1Transmetropolitan est une série de comics écrite par Warren Ellis (Hellblazer, The Authority) et dessinée par Darick Robertson (The Boys). Cette série connaîtra 60 numéros publiés chez Vertigo, entre 1997 et 2002. La série sera éditée en français chez Panini Comics (2007-2010), puis rééditée par Urban Comics (2014-2015).

Quelle est l’histoire ?

Forcé par son éditeur à qui il doit contractuellement deux ouvrages, Spider Jerusalem descend de son refuge montagnard pour retourner à la Ville qu’il a quittée 5 ans plus tôt. Réembauché au Word, il parcourt les rues de la Ville, gonflé à bloc de substances multiples, assistante à ses côtés et agitateur d’intestins pour trouver la « Vérité »

Et les archives dans tout ça ?

Les archives sont abordées à au moins deux niveaux dans l’œuvre.

Dans un premier temps, nous allons nous pencher sur l’aspect historique, les archives étant la matériau de base de l’histoire. Ici nous sommes dans un futur indéterminé, Spider Jérusalem expliquant à plusieurs reprises que nous ne connaissons pas la date à laquelle nous sommes. Et de justifier les mauvaises expériences des voyageurs vers le futur par le fait que les archives sont mal tenues, les humains du futur auraient donc une version mauvaise car tronquée du passé. C’est intéressant car cela montre aussi que notre vision de l’histoire dépend de la matière que nous avons, des archives, dépendant directement de leur partialité et de leur aspect partiel.

Néanmoins, cela reste anecdotique dans le récit. Le problème de datation actuelle et future est surtout une manière pour l’auteur de donner une intemporalité à son œuvre : Transmetropolitan se passe dans un futur proche ou lointain ? 50 ou 500 ans ? Qu’importe puisque cela permet de brouiller les lignes temporelles et de parler de la société d’aujourd’hui.

Dans un second temps, il y a un lien évident entre archives et journalisme. Comme dans tous les domaines d’investigation, les archives sont primordiales. Mais ce n’est pas le cas ici. Spider Jerusalem est un adepte du journalisme gonzo, i. e. un journalisme qui privilégie l’immersion et l’objectivité. Pour plus de détails, on vous laisse faire vos recherches sur le sujet. Bref dans Transmetropolitan, on ne voit pas de travail d’enquête dans les archives. Même si la couverture du tome 3 publiée chez Urban Comics montre Spider et un meuble à tiroirs que reconnaîtront bibliothécaires et archivistes.

Spider va enquêter dans les rues et récolter les témoignages. Et c’est là que le concept s’inverse : dans Transmetropolitan, on parle d’archivage des preuves d’enquête des journalistes, d’archivage des sources.

Transmetropolitan_2

Pour en revenir à l’histoire du comics, Spider Jerusalem mène une enquête pour faire tomber le Président des États-Unis. Une tempête, d’une violence inédite depuis que le climat est contrôlé, détruit une partie de la ville, en l’occurrence le quartier de Print District. Il faut quelques jours aux journalistes pour comprendre que cette catastrophe était une manipulation du pouvoir afin d’avoir accès aux systèmes d’archivage, afin de détruire les preuves.

Transmetropolitan_3

Groupe de presse et système d’archivage

Cela met en exergue deux faits : les archives sont prises assez au sérieux pour être mises dans un système avec une sécurité importante ; les archives sont un enjeu de pouvoir, les posséder rend dangereux.

Ainsi les archives sont détruites, malgré un système de sécurité important. Spider Jérusalem croit repartir de zéro.

Transmetropolitan_4

Spider Jerusalem en plein désarroi

C’était sans compter sur Mitch Royce le rédacteur en chef de Spider qui a mis en place un système de copie des archives. Comme quoi, les copies sont la hantise des archivistes, encombrant magasin et serveurs, mais elles peuvent avoir du bon.

Transmetropolitan_5

Mike récupère les archives

Il est ainsi ironique de constater que Spider Jerusalem, cynique qui doute de tout et de tout le monde, a eu une confiance certaine dans le système d’archivage et sa sécurité. Est-ce de l’ignorance ? Mitch Royce journaliste, mais aussi administrateur, plus proche du système semble plus conscient des risques et des failles, d’où son système de sauvegarde. Deux positionnements, deux perceptions conscientes ou non du système.

Transmetropolitan_6

Preuves par la disquette !

 

Les archives sont ainsi traitées sous l’angle historique, mais surtout sous l’angle de la preuve nécessaire à toute investigation, avec toutes les problématiques de confiance et de sécurité qui en découlent.

Marc Scaglione

Une fois n’est pas coutume, c’est d’un jeu vidéo dont nous vous parlerons cette fois-ci. Contrairement aux idées reçues, les Archives sont très présentes dans le monde virtuel comme nous le montrerons par l’exemple choisi pour ce billet.

The Wolf among us est un thriller développé par les studios Telltale Games, les mêmes qui ont édité les jeux tirés de The Walking dead. Le jeu est ici adapté d’un comic-book américain, Fables, sorti chez Vertigo et disponible en France où la série est encore en cours.

Fables évoque l’installation des personnages des contes de notre enfance dans un quartier de Manhattan, Fableville. Les habitants des mondes enchantés ont été chassés de leur univers par un tyran et doivent donc s’installer parmi les humains que nous sommes. Toutefois, leur présence doit rester secrète, c’est pourquoi les Fables sont divisés en deux groupes : ceux qui ont une apparence humaine ou qui ont acheté un enchantement leur permettant de ressembler à un être humain et qui peuvent vivre à New-York et les autres, qui n’ont pas pu dissimuler leur aspect, et vivent dans une ferme à la campagne.

jacquette jeu

Le jeu The Wolf among us est tiré de cet univers. Il s’agit d’un point-and-click dans lequel le joueur contrôle Bigby Wolf qui n’est autre que le grand méchant loup reconverti en shérif chargé de maintenir l’ordre dans Fableville. Il ne s’agit donc pas d’un jeu de baston mais d’une enquête dans laquelle le joueur devra résoudre des énigmes afin de progresser. Plusieurs choix s’offrent régulièrement au joueur et sa façon de se comporter influe sur le récit. Cet aspect du jeu est intéressant car vous pouvez recommencer plusieurs fois l’histoire sans avoir vraiment l’impression de faire la même chose. Vous pouvez être doux comme un agneau – paradoxal pour un loup – ou brutal envers vos interlocuteurs, vous obtiendrez ainsi des résultats différents et la fin changera du tout au tout.

L’histoire commence par une bagarre chez le bûcheron qui frappe une jeune inconnue. Bigby Wolf intervient et sauve la jeune femme. Quelques temps plus tard, Blanche Neige retrouve la tête de ladite femme décapitée sur les escaliers de la résidence des Fables. L’enquête peut alors commencer. L’histoire est découpée en cinq grands chapitres que le joueur est libre de recommencer autant de fois qu’il le souhaite.

The Wolf among us est disponible sur toutes les consoles à l’exception des consoles Nintendo mais aussi sur ordinateur et sur tablettes, vous avez donc largement le choix pour découvrir ce jeu à la portée de tous.

Et les archives dans tout ça ??

Avertissement : si vous hurlez au moindre spoil, passez votre chemin et lisez ces lignes après avoir fini le jeu, c’est préférable !

Après le meurtre de la belle inconnue, Bigby Wolf et Blanche Neige se retrouvent dans l’immense bureau d’Ichabod Crane qui gère les affaires de Fableville. Ce bureau est également une immense bibliothèque et on y trouve aussi bien le miroir enchanté que des archives concernant les histoires et les origines des personnages de Fableville. Bigby et Blanche sont aidés dans leur quête par un singe volant adepte d’alcool mais fin connaisseur des origines des uns et des autres. Le joueur feuillette donc avec Bigby les archives des Fables afin de connaitre l’identité de la victime et potentiellement celle du tueur.archives wolf

Mais il existe une autre mention des archives dans ce jeu. En effet, à chaque épisode, vous pouvez débloquer des trophées – ou des succès – si vous réussissez certaines missions ou agissez d’une certaine manière. A chaque niveau, le joueur peut débloquer un trophée archiviste. Au premier épisode correspond le trophée archiviste débutant et vous devenez expert avec le cinquième et dernier épisode.

trophée

Par contre, ce trophée ne se débloque que si Bigby agit d’une certaine manière lorsqu’il interroge les suspects. On vous conseille donc de ne pas utiliser la méthode douce si vous voulez devenir un archiviste digne de ce nom !

Sonia Dollinger

Non, je ne vous présenterai pas une histoire à l’eau de rose de vampire pré pubère amoureux comme on en a tant vu. American Vampire est une série de comics scénarisée par Scott Snyder avec une participation de Stephen King et dessinée magnifiquement par Rafael Albuquerque. Cette série est sortie en France chez Vertigo désormais repris par Urban Comics que l’on peut remercier pour la qualité et le soin apportés à ses éditions.

La série American Vampire compte jusqu’à présent cinq tomes en France. Le personnage principal, Skinner Sweet est un hors-la-loi vivant dans les années 1880. Poursuivi par les autorités, Sweet l’est aussi par Percy, un banquier auquel il a dérobé une forte somme. Percy est en fait un vampire carpatique arrivé sur le sol américain. Il mord Sweet et l’affaire semble réglée…mais tout le monde sait ce qui se produit lorsque quelqu’un se fait mordre…il devient à son tour un charmant personnage aux dents élimées et à la vie éternelle.

Les vampires carpatiques européens ont su s’adapter et quitter le vieux continent pour investir l’économie américaine et son eldorado naissant : le cinéma. Ces cruels suceurs de sang semant leurs victimes sur le sol du nouveau monde sont la parabole contemporaine du capitalisme naissant dévorant ses enfants. Les vampires hollywoodiens s’en prennent aux jeunes femmes qui rêvent de devenir des stars du grand écran et créent des colonies de vampires dans tout le pays.

Skinner Sweet et son alter ego féminin, Pearl Jones devenus tous deux les premiers vampires nés sur le sol américain luttent contre les vampires européens mais ne sont pas à armes égales. La nouvelle espèce de vampire américaine est plus résistante et nul besoin pour elle de se draper dans son cercueil en plein jour : elle résiste aux rayons du soleil ! Alors que les deux espèces se livrent une guerre sans merci rejouant la querelle des Anciens et des Modernes, une nouvelle organisation apparait : les Vassaux de Vénus, organisation secrète qui prétend éradiquer les vampires…mais qui en recrute…

American Vampire est basée sur la théorie de l’évolution appliquée aux vampires : il existerait plusieurs espèces, capables d’évoluer et de s’adapter à leur environnement, c’est pourquoi on croise sur les îles du Pacifique de très féroces vampires asiatiques et d’autres espèces apparaissent au fur et à mesure de la parution. American Vampire permet aussi de plonger dans l’histoire américaine en partant de la conquête de l’Ouest en passant par la Grande Dépression, la naissance de Las Vegas ou d’Hollywood pour se retrouver en pleine Guerre du Pacifique puis dans l’Amérique d’Elvis Presley.

Malgré le côté sanglant et sans concession de la série, les personnages sont attachants (enfin…pas tous) et on est vite pris dans l’ambiance !

Et les Archives dans tout ça ??

Attention, l’archiviste n’appairait que dans le dernier chapitre du cinquième tome de la série. Un jeune homme à lunettes se pointe au Nouveau-Mexique chez une vieille femme. Si l’archiviste a le même pardessus que l’inspecteur Columbo, une petite cravate et des lunettes, il est jeune et sympathique. Gene est l’archiviste des Vassaux de Vénus et a succédé à son oncle. L’archiviste collecte les données des agents de terrain chasseurs de vampires et les réunit en un ouvrage unique. Il est donc le seul à avoir une vision globale des faits. Gene le dit lui-même, l’archiviste est « le seul qui peut tirer des informations du passé et ainsi deviner en partie l’avenir. » Ayant rassemblé des données importantes, il veut alerter ses supérieurs sur un grand danger à venir…mais sera-t-il écouté et aura-t-il seulement le temps de délivrer son message ?

Archiviste des vassaux de Vénus…ronflant comme titre mais pas de tout repos semble-t-il…

9782365773768-couv-M200x327Sonia Dollinger