Articles Tagués ‘R.T. Thorne’

Utopia Falls est une série canadienne diffusée sur la plateforme Hulu. Créée par R.T. Thorne et Joseph Mallozzi (Stargate SG-1), il s’agit d’une histoire dystopique mêlant science-fiction et hip-hop, à mi-chemin entre Divergente et Glee.

Quelle est l’histoire ?

Dans un futur lointain, après une guerre apocalyptique, une colonie de survivants est fondée : New Babyl, la dernière ville du monde, protégée par un bouclier. Plusieurs centaines d’années passent. Chaque année se déroule le concours de danse et de chant : l’Exemplaire. Chaque secteur de New Babyl envoie des candidats dans l’espoir de voir leur représentant devenir champion. Les jeunes candidats Aliyah 5, Bodhi 2 et Tempo 3 vont alors découvrir que le monde dans lequel ils vivent n’est pas ce qu’il paraît être.

Et les archives dans tout ça ??

Le soir de leur arrivée à l’Académie de l’Exemplaire, les candidats reçoivent une invitation mystérieuse à une fête en dehors de la ville, ce qui est interdit. Par hasard, ils tombent sur un bunker dissimulé par une illusion holographique. A l’intérieur, des objets « interdits » : vinyles, livres, chaise, documents, ainsi qu’un étrange cercle luminescent et une console. En approchant cette console, une IA s’active et se présente comme « L’Archive ». Pour l’anecdote, la voix de cette archive n’est autre que celle de Snoop Dogg…

La découverte de l’Archive

Aliyah 5 remarque que cela ressemble aux archives du Secteur Progrès, auquel elle appartient, « là où ils conservent tous les dossiers des recherches antérieures. » L’origine de l’Archive ? Pas une priorité pour ces jeunes, car la question n’est posée qu’après plusieurs épisodes pour se conclure sur une fin de non-recevoir de l’IA « Je ne sais pas », dit-elle en évoquant sa création.

Parmi tous les thèmes que l’Archive propose, Bodhi 2 et Aliyah 5 choisissent d’en découvrir plus sur la musique (on est dans une série musicale, rappelons-le), et découvrent le hip-hop. Cette musique tranche foncièrement avec la société dans laquelle ils vivent, cette dernière prônant l’unité, la communauté au profit de l’oubli de l’individu. Le hip-hop est venu comme un moyen non de briser cet idéal sociétal mais de l’enrichir par le partage des expériences individuelles, des parcours difficiles. Evidemment, le secret promis concernant l’existence de l’Archive ne tient pas longtemps, et tous les candidats de l’Exemplaire finissent par la visiter. Ils utilisent ce qu’ils y apprennent (danse, musique) lors de la compétition. Mais cela est perçu comme subversif par le pouvoir en place et va avoir des conséquences non négligeables…

Il est à noter que tous les candidats ne sont pas enthousiastes face à ce passé enfoui. Tempo et Apollo ne se limitent pas à la musique et découvrent les horreurs de la guerre et des violences qui l’accompagnent. Si Apollo passe outre, certain qu’il existe autre chose au-delà du bouclier, ce n’est pas le cas de Tempo. Il est la conscience traditionnelle des candidats. Ainsi il rappelle que le savoir des Anciens les a perdus, et que s’il est interdit, c’est pour éviter que cela se reproduise ; qu’il ne faut pas oublier le temps où les gens se battaient pour l’argent (une notion qui leur est étrangère néanmoins), la couleur, le groupe social, la religion, etc. S’affrontent alors deux discours traditionnels sur le danger du savoir : le savoir est pouvoir, mais aussi risques et destructions.

La découverte des horreurs de la guerre

L’Archive joue un rôle central dans le récit, enjeu de possession, de secret, mais aussi de partages. Il est à noter cependant que la cohérence n’échappe pas à la facilité scénaristique. Ainsi dans une société avec un alphabet différent du nôtre, on s’étonnera que des adolescents soient capables de lire et de comprendre une langue (en l’occurrence l’anglais) sans aucun souci. Facilité scénaristique, qui n’enlève rien à la portée symbolique des archives dans « Utopia Falls »

Lire une langue ancienne sans aucun problème

Marc Scaglione