Articles Tagués ‘James Rhodes’

Iron Man 2.0 est une série de comics américain scénarisée par Nick Spencer et illustrée par divers artistes, dont Ariel Olivetti. Le titre est sorti aux Etats-Unis chez Marvel Comics. En France, la série est sortie dans Avengers Extra n°1 et 10 chez Panini Comics entre 2012 et 2014.

Quelle est l’histoire ?

Palmer Addley est mort. C’est le message laissé sur les sites d’attaques terroristes perpétrées à travers le monde. Palmer Addley était un scientifique de la DARPA, Agence du département de la défense des Etats-Unis chargée des projets de recherche. Il semble être l’homme à l’origine des armes utilisées dans les attentats. Cependant, il s’est suicidé et la sécurité de la DARPA est telle qu’il n’a pu vendre ses secrets à d’autres. James Rhodes est chargé d’enquêter sur cette affaire. Avec l’aide de Stark Resilient, il découvre que le dossier officiel de Palmer Addley contient de fausses informations sur le scientifique. Avec l’aide de Pepper Potts, Rhodes obtient un accès aux archives de la Défense pour découvrir la vérité.

Et les archives dans tout ça ??

Le numéro entier d’Iron Man 2.0 n°4 se déroule dans le bâtiment des archives de la Défense. Aucune armure, aucun combat ni même super-héros ! La protagoniste est une consultante, Kaylie Harrison, chargée par James Rhodes de découvrir les informations que la Défense souhaitait cacher sur Palmer Addley.

Dès les premières pages, le comics souligne la confidentialité de ces archives. Après avoir passé un détecteur, Kaylie Harrison se voit rappeler qu’elle ne doit apporter aucun appareil portable dans les archives, et qu’elle ne doit effectuer aucune copie par photographie ou photocopie. Le second obstacle est la responsable des archives. Celle-ci explique que plusieurs demandes d’accès à ce dossier ont été refusées, et méprise celle qu’elle considère comme l’envoyée de Tony Stark (qualifié de MST ambulante !) qui a monnayé l’accès à un dossier confidentiel. Représentante de l’intégrité des archives ? La narration offre une alternative : ces archives sont l’endroit où les secrets sont enterrés.

Toujours dans une mesure de protection/sécurisation des archives, celles-ci ne sont pas numériques mais analogiques, c’est-à-dire physiques. Le dossier de Palmer Addley est un pavé comprenant les transcriptions de multiples entretiens ainsi que des photos. Dans le comics, ils se traduisent par une série de réponses à des interrogatoires dont le lecteur ne voit pas les questions, entrecoupée d’images illustrant des moments clefs de la vie de Palmer Addley. En filigrane, chaque interrogatoire laisse entendre qu’une catastrophe s’est produite.

Le témoignage de la mère de Palmer Addley évoque une jeunesse sans traumatisme, et l’émergence d’un esprit brillant. Une photo de famille montre Addley enfant, jouant avec des figurines d’Iron Man et de Hulk ! Une ex-petite amie indique pourtant que Palmer Addley avait des problèmes avec sa famille et refusait d’aller leur rendre visite. Son meilleur ami au lycée dresse un portrait plus sombre d’un Palmer Addley conspirationniste et anarchiste, qui se coupe de plus en plus de ses proches. Sa conseillère apporte quelques réponses : son comportement est devenu erratique lors de sa dernière année de lycée. Cependant, elle a considéré cela comme attendu de la part d’un jeune génie. Un officier de police rapporte un acte de vandalisme dont le coupable était Palmer Addley, qui avait l’arme de son père. Un enseignant – manifestement paralysé – explique que son comportement en classe de journalisme a conduit à son renvoi. Cependant, cet acte a fait basculer Palmer Addley qui a ouvert le feu sur le personnel du lycée.

Les archives du département de la Défense ont ainsi un double rôle. Enterrer le passé d’un criminel afin de pouvoir tirer partie de son génie pour le bien du pays, au risque d’être victime de ses tendances anarchistes. Mais également conserver et protéger cette même vérité afin de donner un contexte aux événements présents.

Jean-Baptiste Vu Van