Articles Tagués ‘Françoise Sagan’

La Chamade est un roman de Françoise Sagan paru en 1965 chez Julliard. Le titre a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Alain Cavalier en 1968 avec Catherine Deneuve, Michel Piccoli ou Roger Van Hool dans les rôles principaux.

L’histoire : Lucile, une jeune femme aimant le luxe et l’oisiveté mène une existence mondaine et désœuvrée grâce à l’amour et l’argent de son amant, Charles avec lequel elle court de spectacles en soirées mondaines. Cependant, Lucile s’ennuie dans cette vie facile mais monotone auprès d’un Charles plus âgé et trop attentionné. Ainsi, lorsque Lucile croise le chemin d’Antoine, jeune amant de son amie Diane, Lucile ne résiste pas longtemps au charme sauvage de ce dernier. Les deux jeunes gens vivent une passion dévorante, laissant derrière eux les cœurs brisés de leurs amants respectifs, jusqu’à ce que la routine remplace l’amour.

Et les archives dans tout ça ??

ChamadeTrouver mention des archives dans ce monde de luxe, de mondanités et d’oisiveté peut paraître surprenant et pourtant !

Lorsqu’Antoine et Lucile s’installent dans un petit appartement modeste correspondant aux moyens du jeune homme, Lucile ne perd pas ses bonnes habitudes et reste à attendre son bien-aimé sans occupation particulière. Ce comportement désinvolte énerve Antoine qui décide de trouver un travail à sa dulcinée. Lucile le voit revenir tout guilleret et tombe des nues quand Antoine lui annonce la bonne nouvelle :

 

« J’ai parlé à Sirer (…), tu sais, le directeur du Réveil… il a une place pour toi aux Archives. »

Lucile est un peu estomaquée et répète l’information afin de mieux l’intégrer : « Aux Archives ? » Oui, il y a de quoi s’étonner, Lucile n’ayant fait aucune étude apparemment et aucune en relation avec le beau métier d’archiviste. On soupçonne donc que ce type de job pouvait facilement être confié au premier venu, ce qu’Antoine se dépêche de confirmer : « Oui. C’est assez amusant, il n’y a pas trop de travail et il te donne cent mille francs par mois pour commencer » – bon les plus jeunes, détendez-vous, ce sont des anciens francs !

Bien, ça se précise : les archives sont amusantes, c’est déjà ça : ouf, on évite le cliché du métier ennuyeux et poussiéreux, youpi tralala ! Petit bémol toutefois : Antoine doit convaincre Lucile de l’intérêt de travailler, donc il n’a aucun intérêt à lui dire que le métier d’archiviste est pénible. On apprend ensuite qu' »il n’y a pas trop de travail », bon, donc archiviste, c’est cool ma poule : tu tripotes quelques papiers et tu touches un salaire à la fin du mois. Là encore, pas de panique : Antoine n’a aucun intérêt à dire que le métier d’archiviste est difficile étant donné qu’il doit la convaincre d’accepter. On est toutefois loin du métier rêvé par Lucile qui se voyait journaliste célèbre et pas archiviste. Sa réaction ? Elle est « consternée » mais accepte !

Vient ensuite la présentation de son lieu de travail qui, lui, n’échappe pas aux poncifs : « c’était une grande pièce grise, encombrée de bureaux, d’armoires, de classeurs et dont l’unique fenêtre donnait sur une petite rue des Halles« . Non mais Lucile, c’est fini de se plaindre oui ? Tu as une fenêtre, c’est déjà bien non ? Bon, d’accord, la collègue de Lucile, qui n’est pas plus archiviste qu’elle de formation la saoule avec sa grossesse bien avancée mais ce n’est pas le bagne non plus ! La description du métier est rapide : « Elles triaient ensemble des coupures de journaux, cherchaient au fur et à mesure des demandes, les dossiers sur l’Inde, la pénicilline ou Gary Cooper, rétablissaient l’ordre ensuite lorsqu’on leur rendait ces dossiers en fouillis. Ce qui agaçait Lucile, c’était le ton d’urgence, de sérieux qui régnait dans cet établissement et cette sinistre notion d’efficacité dont on leur rebattait les oreilles. » Si on omet la collecte, les principales tâches de l’archiviste sont toutefois bien présentes ici : tri, communication et re-tri parce qu’on connaît tous ce moment de solitude et de lassitude qui nous saisit quand on reclasse pour la énième fois un dossier communiqué à un lecteur trop pressé d’y mettre du désordre ! Lucile vit aussi les petits moments de stress avec un supérieur qui exige un dossier urgent trois minutes avant la fin du boulot.

Mais Lucile s’ennuie, elle n’a visiblement pas la fibre archivistique et, au bout de quelques semaines, elle se plante devant son patron en lui annonçant son départ. Bye Bye les archives et la vie active…

Conclusion : un métier choisi au hasard et sans passion véritable a peu de chances d’intéresser un individu. Recrutez donc de véritables archivistes, il savent faire et ils aiment ça !

Sonia Dollinger

 

 

Publicités