Articles Tagués ‘entreprise’

Jean Doux et le mystère de la disquette molle est une bande dessinée d’humour et d’aventure signée Philippe Valette, éditée chez Delcourt en 2017. Il s’agit de la deuxième BD de l’auteur, après sa série humoristique Georges Clooney.  Jean Doux (c’est plus court) est plébiscité par le public et la critique et reçoit deux prix : le prix Landerneau BD 2017 et le Fauve Polar Sncf d’Angoulême 2018. Le début de la BD est décliné en jeu vidéo en ligne accessible sur le site de Delcourt.

Quelle est l’histoire ?

23 décembre 1994, Jean Doux, juriste, arrive en retard à son boulot chez Privatek, une société de vente de broyeuses à papier et rate une réunion de première importance. Après avoir été réprimandé par le directeur, Jean Doux se cache pour fumer une cigarette dans le débarras. Par pur hasard, il découvre dans le plafond une mallette contenant une disquette molle datée de 1976. C’est là que l’aventure commence !

Jean_Doux_2

La découverte de la disquette molle

 

Et les archives dans tout ça ??

Quel archiviste n’a pas eu la chance de dénicher des archives dans des endroits insolites ? On peut classer le faux plafond dans cette catégorie ! Lorsque l’on découvre un support de dématérialisation (disquette molle, disquette, CD mais aussi bandes magnétiques par exemple), il est nécessaire de trouver un appareil de lecture. C’est une aventure à part entière pour récupérer la machine idoine.

Une fois Jean Doux équipé, il lit la disquette et tombe sur des lignes de code incompréhensibles. Face à cela, il décide de retracer le contexte d’origine de la disquette en retournant dans le débarras où il l’a découvert. Mais le débarras a été vidé. Lui et ses compagnons d’aventure identifient finalement le débarras comme l’ancien bureau 33. Ils partent alors en quête du trombinoscope de 1976. Il est nécessaire d’aller aux archives.

Jean_Doux_3

Un mur d’archives !

Et là c’est le drame ! Les archives de Privatek sont en réalité un mur de meubles à dossiers posés les uns sur les autres en fonction de la date des documents que le dit meuble contient. Le mur ne semble pas connaître de limite de hauteur. Outre la hauteur, Jean Doux n’est pas aidé par le classement, qui est plus que sommaire. Les dossiers n’ont aucune ordre logique.

jean_doux_4.jpg

De l’utilité d’un plan de classement…

On peut analyser ce passage de deux manières. Dans un premier temps, les archives sont décrites dans de nombreuses œuvres comme des montagnes de papier difficiles d’accès d’un point de vue intellectuel, l’archiviste est souvent alors le gardien et le guide dans ces zones. Mais ici pas d’archiviste. Dans un second temps, Philippe Valette offre avec cette BD un portrait du monde de l’entreprise sarcastique, espace de convivialité, de soumission, sans logique. Et quoi de plus illogique qu’une entreprise qui vend des broyeuses à papier comme solution de gestion des documents et qui vit sur une montagne d’archives non traitées ?

Jean Doux finit par trouver le trombinoscope et la bande joyeux drilles continue alors son aventure !

Souvent perçues comme une montagne difficile d’accès, parfois symbole de l’hypocrisie des institutions publiques et privées, les archives sont aussi source d’aventure. Dénicher l’archive, trouver un moyen de la lire, essayer de la comprendre, en trouver l’origine, voilà une aventure qui est la parfaite description de notre travail ! On peut donc affirmer sans aucun doute que les archivistes sont des aventuriers ! Des aventuriers de l’ombre, des aventuriers de bureau et d’open space, mais des aventuriers tout de même !

Marc Scaglione