Articles Tagués ‘DC Comics’

DC’s Legends of Tomorrow est une série télévisée américaine diffusée sur la chaîne américaine CW. Il s’agit d’une des séries adaptant les comics de l’univers DC sur la chaîne américaine CW (Arrow, Flash, Supergirl). Initiée en 2016, la série compte actuellement sept saisons.

Quelle est l’histoire ?

En 2166, Vandal Savage, un immortel, conquiert le monde et assassine la femme et le fils de Rip Hunter, un Maître du Temps. Ce dernier décidé à l’arrêter avant cette date, recrute en 2016 une équipe d’humains aux capacités spéciales et voyagent à travers le temps pour localiser et stopper Vandal Savage.

Et les archives dans tout ça ? ?

Dans l’épisode 4 de la saison 1, intitulé Guerres froides en VF (White Knights en VO), Gideon, l’intelligence artificielle du vaisseau temporel intercepte un télefax du Pentagone datant de 1986 qui indiquerait la position de Savage. Quand le mot « téléfax » est prononcé, le plus jeune de l’équipe, Jax, demande ce que c’est. Et un de ses comparses de répondre « c’est comme un courriel mais sur papier ». Un rappel simple et direct que les typologies de documents ne sont pas intemporelles et que leurs formes et objectifs sont intrinsèquement liés à leur production, contexte et technique.

début des opérations

Le problème est que ce téléfax est tellement caviardé qu’il en est inutilisable. Seule solution : voler le dossier original sur Savage possédé par le Pentagone.

un telex bien caviardé

Et on se retrouve devant une situation de braquage comme évoqué récemment dans le billet sur la série The Clone Wars. A la différence de l’épisode de Star Wars, le passage du vol est relativement court ici. Le vol de badge magnétique est aisé, le point le plus problématique restant les caméras en circuit fermé, une diversion est nécessaire. Une diversion un peu facile puisqu’une séance de bras de fer, occasionnant paris et beuglements de soldats suffit à déloger les deux techniciens de leur poste de sécurité pour parier. Un boulot de contrôle ennuyeux, mais le professionnalisme laisse clairement à désirer. Autre facilité scénaristique : les deux membres de l’équipe en charge de récupérer le dossier, le trouve assez aisément, sans que la raison en soit expliquée. Sûrement une information du futur….

une sortie difficile

Un dernier problème se pose : faire sortir le dossier du Pentagone puisque tout le monde est fouillé. Le plus simple aurait été de faire une copie du dossier avec un objet technologie futuriste, mais non. Le plan pour sortir ne fonctionnant pas, cela entraîne une échauffourée qui met en exergue le problème de comportement d’un membre de l’équipe.

Le dossier récupéré, il est laissé à l’analyse de Gideon qui identifie la localisation de Savage en URSS.

L’archive reste un enjeu de pouvoir, l’information qu’elle contient étant essentiel pour continuer. Mais le vol des archives est avant tout une occasion pour rejouer la thématique du braquage, en fournissant tension et action. Ici les archives sont plus un prétexte, un moyen qu’une fin, une facilité scénaristique pour fournir un instant cool.

Marc Scaglione

Aquaman est un film américain sorti en 2018. Réalisé par James Wan (Saw, Insidious, Conjuring), ce film de super-héros se place dans le cadre de l‘univers étendu cinéma DC Comics, appelé DCEU. Il s’agit de l’adaptation du comics éponyme, ayant pour héros l’Atlante Aquaman, qui a été créé en 1941 par Mort Weisinger (Green Arrow) et Paul Norris. Le personnage est incarné par Jason Momoa.

Aquaman_1

Quelle est l’histoire ?

Atlanna, la reine de l’Atlantide, fuyant un mariage arrangé, échoue sur les côtes du Maine et est recueillie par le gardien de phare Tom Curry. De cette rencontre, qui devient amour, naît un fils Arthur. Atlanna finit par retourner à Atlantis pour éviter à sa famille d’être poursuivie, et donne la naissance à un nouveau fils, légitime cette fois, Orm.

33 ans plus tard, Arthur, qui est devenu Aquaman, est appelé à l’aide contre son frère Orm, devenu roi. Ce dernier prépare une guerre contre les habitants de la Surface, guerre qui s’annonce meurtrière. Arthur part donc en Atlantide pour empêcher le massacre à venir.

Et les archives dans tout ça ??

Pour vaincre Orm, Arthur doit le détrôner et pour cela le vaincre en combat singulier. Mais il lui faut l’arme légendaire, le trident du roi Atlan, dernier roi à avoir gouverné l’Atlantide en surface, il y a des millénaires. Un trident qui posséderait le pouvoir de régner sur les mers.

Il faut se lancer alors dans une chasse au trésor. Vulko, l’Atlante qui a appris à Arthur à maîtriser ses pouvoirs, lui confie un « enregistrement de la Première Dynastie », retrouvée par des archéologues « il y a plusieurs mois ». Il ne connaît pas le contenu du cylindre car la technologie est trop ancienne et qu’ils n’ont pas de lecteur adéquat. Le cylindre porte la marque du royaume antique des Déserteurs, Vulko exhorte Aquaman à s’y rendre pour extraire le message contenu sur ce support. Car selon Vulko, ce document d’archives ne serait rien que moins que le dernier message du roi Atlan indiquant où se trouve le trident.

Aquaman_2

Un enregistrement vieux de plusieurs millénaires

Ainsi nous retrouvons une thématique connue des archives : l’obsolescence des technologies et des supports, rendant la lecture difficile voire impossible dans le temps. On s’étonnera quand même que dans une société technologiquement très avancée, et fière de cet état de fait, il n’existe plus de moyen de lecture des messages anciens. Enfin quand on voit la situation actuellement, avec les difficultés à relire les supports informatiques d’il y a à peine vingt ans, c’est moins étonnant.

Par contre, la logique est absurde : le personnage est persuadé du contenu sans aucune preuve et sans avoir pu lire le message. Un peu faible pour ne pas dire fantaisiste comme piste de départ…. Mais soit…

Arthur, accompagné par Mera, découvre le royaume perdu des Déserteurs et après un peu de marche tombent directement sur la machine permettant la lecture du cylindre… et surprise il s’agit du dernier message du roi Atlan contenu une énigme sur la suite de la chasse au trésor.  On notera que le lecteur est encore fonctionnel après des millénaires à prendre le sable et que le message n’est pas corrompu !

Aquaman_3

Activation de lecture

Le traitement de ce document d’archives est à l’image du film. L’intrigue est premier degré et sérieuse : éviter une guerre mondiale. A ce titre, on retrouve la difficulté de conservation et de lecture des supports technologiques. Cependant le ton d’ensemble est très coloré et troisième degré, tout est pris à la rigolade, avec des rebondissements capillotractés. Le document d’archives en est un exemple parfait : un document d’importance première parce qu’il est censé contenir un message sans qu’on connaisse le contenu, un lieu de lecture retrouvé par hasard et une machine fonctionnelle après des millénaires d’ensablement.

Des archives en scénarium…

Marc Scaglione

Joker est un film américain sorti en 2019 réalisé par Todd Philips avec pour acteurs principaux Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Frances Conroy ou Zazie Beetz. Le film est primé dans de nombreux festivals (Lion d’Or à la Mostra de Venise, oscar du meilleur acteur pour Joaquin Phoenix… ).

Joker_1

Quelle est l’histoire ?

En 1981, Arthur Fleck travaille dans une agence de clowns à Gotham City. Le jeune homme souffre d’un handicap qui lui occasionne des rires nerveux et incontrôlés. Marginalisé, moqué par ses pairs, il se fait agresser par un groupe de jeunes puis renvoyé de son travail. Son seul parent est sa mère malade Penny et ils vivent assez chichement dans un taudis. Une nouvelle fois, Arthur se fait agresser dans le métro et il décide cette fois de ne pas se laisser faire : il tue ses trois agresseurs et sombre peu à peu dans une folie destructrice jusqu’à devenir le Joker.

Et les archives dans tout ça ??

Arthur Fleck cherche à connaître son passé car sa mère lui a révélé un secret qui implique le richissime Thomas Wayne. Pourtant, quand Arthur rentre en contact avec le milliardaire, ce dernier rentre dans une colère folle et indique à Arthur que sa mère est folle et a passé des années internée dans l’asile d’Arkham. Qui a tort ? Qui a raison ? Pour le savoir, direction Arkham.

Joker_2

Il s’agit ici d’archives médicales et donc soumises à un protocole de consultation très strict. L’employé des archives se présente derrière un grillage, les dossiers les plus récents sont rangés derrière lui et il indique que les dossiers de plus de dix ans se trouvent au sous-sol. Le dossier de Penny Fleck datant d’une trentaine d’années, l’employé est revenu du sous-sol avec. Surprise, si le dossier a l’air un peu ancien, il n’est aucunement poussiéreux, c’est déjà ça et il n’a pas semblé difficile de le retrouver.

Joker_3

L’employé qui dialogue avec Arthur ne se présente pas comme archiviste, il indique : « je ne suis qu’un employé administratif, un simple agent, je classe de la paperasse. » Toutefois, il semble bien maîtriser les règles de consultation : il ne laisse pas Arthur consulter le dossier lui-même, il lui indique quelques éléments mais, lorsqu’il tombe sur certaines informations, il ajoute : « je ne peux pas communiquer ce genre de dossier là sans le formulaire ad hoc, je pourrais avoir des ennuis« . L’employé conclut en indiquant à Arthur qu’il serait plus simple d’obtenir l’accord de sa mère pour consulter le dossier.

Joker_4

Hélas, l’employé des archives ne sait pas à qui il s’adresse, frustré de ne pouvoir accéder au dossier, Arthur lui arrache des mains et part en courant avec le dossier sous le bras.

Joker_6

Se mettant à l’abri, il consulte les données médicales sur sa mère et apprend des choses douloureuses qui ébranlent encore un peu plus son esprit fragile.

Joker_5

Archives médicales, problématique des délais de communicabilité et gestion douloureuse des informations données par les archives, telles sont les thématiques abordées brièvement mais avec intensité dans ce sombre thriller psychologique.

Sonia Dollinger

Les élections américaines venant de livrer leurs résultats, nous avons choisi d’évoquer cette thématique à travers le prisme des comics qui, à plusieurs reprises, ont imaginé l’hypothèse d’un président américain super-vilain.

C’est le cas avec Président Luthor dont Urban comics a publié les récits en 2014 en France.

luthor_1Lex Luthor est un personnage crée en 1940 par Jerry Siegel et Joe Shuster. Adversaire éternellement malheureux de Superman, Luthor est, à ses débuts assez pathétique. On apprend peu à peu que Lex était ami avec le jeune Clark Kent lorsqu’ils étaient enfants et que les choses se sont gâtées ultérieurement faisant des anciens complices des adversaires irréconciliables. Superman entravant sans cesse les projets de Luthor, ce dernier conçoit pour l’homme d’acier une véritable haine qui devient le moteur de son existence. Luthor est un inventeur de génie qui met toute son énergie à nuire à Superman. Son ambition démesurée le conduit également à briguer carrément la présidence des États-Unis. C’est cette marche vers le pouvoir et la victoire finale du candidat Luthor que ce volume évoque.

Errant dans les rues, Lex Luthor est constamment environné de l’image de Superman, héros adulé de Métropolis. Exaspéré, il décide un beau matin de déposer sa candidature à la présidentielle. Luthor est riche, influent et met toute son énergie dans la bataille. Aquaman et les forces d’Atlantis s’en prennent aux plateformes pétrolières de Luthor accusé de polluer les océans….Que va faire Superman ? Peut-il laisser Luthor aux mains d’Atlantis? Malgré sa répugnance vis-à-vis de Lex, Superman défend le droit humain et Métropolis face aux ravages des forces sous-marines. Quel paradoxe que de voir l’Homme d’acier défendre son pire ennemi! Luthor fait son mea culpa et en profite pour montrer sa bonne volonté en dépolluant Atlantis et en montrant à quel point il est devenu meilleur…en apparence car tout cela est finalement bon pour sa campagne! Il échappe également à un attentat, ce qui le rend encore plus populaire

luthor_3-600x913Vous devinez la suite : Luthor devient président des Etats-Unis…que ressent Superman ? Comment va-t-il se comporter ? Comme d’habitude, comme le boy-scout qu’il est! Alors que Batman tente d’empêcher l’accession de Luthor au pouvoir, Superman estime qu’il convient de faire confiance au peuple américain et, lorsque Luthor est élu, il sert le couplet de la fidélité au système avec un “je crois au système américain”. Il sauve même Luthor lors de sa prestation de serment, bref, c’est la déprime totale. Morale de l’histoire : la démocratie est soluble dans le pouvoir économique et le mensonge qui permettent de prendre le pouvoir par la voie légale, rappelez-vous, d’autres l’ont fait en 1933…

Et les archives dans tout ça ??

Président Luthor peut et doit figurer dans Archives et culture pop’, tout d’abord, parce que les archives sont bien présentes dans ce tome.

Et pas n’importe quelles archives : celle de Lex Luthor en personne ! C’est lors d’un reportage de la journaliste Catherine Grant pour la chaîne WGBS qu’une biographie de Luthor est diffusée. Il est bien précisé que tous les extraits et les informations sont rares et issues des “archives Luthor”. Ces archives permettent de connaitre l’origine de la famille Luthor, venue fonder Métropolis avec d’autres familles de colons hollandais. Les archives familiales présentent également une figure féminine forte, Edna Luthor qui a lutté aux côtés du prolétariat. Les archives révèlent aussi les revers de fortune de la famille qui, comme beaucoup d’Américains, perd tout pendant le krach boursier de 1929. Une référence assumée à Citizen Kane se glisse dans le récit.

luthor_2

Inutile de dire que, comme il s’agit d’archives familiales, composées et fournies par Lex Luthor lui-même, on y trouve surtout des documents exaltant la gloire familiale et ne mettant en avant que ce qui est utile à la promotion du candidat à la Présidence. Enraciner sa famille dans l’histoire américaine, lui faire subir les affres des crises économiques et les aléas politiques inscrit pleinement la famille Luthor dans le rêve américain. Graphiquement, la séquence “archives” se détache du récit puisqu’elle est traitée en couleurs sépia pour bien montrer qu’il s’agit d’une évocation du passé.

luthor_4-1024x576

La manipulation des esprits passe également par celle des archives qui sont, ici, un instrument de propagande fort utile à un candidat prêt à tous les accommodements. Moralité, attention aux archives, ce qui est écrit n’a pas toujours force de vérité !

Sonia Dollinger

Un billet très court cette semaine mais nous ne pouvions laisser passer l’occasion de vous signaler deux petites mentions d’archives dans le film Batman versus Superman, l’aube de la Justice. Ceux qui seraient rebutés par les spoilers sont invités à ne pas lire ce qui suit.

bvsLe film, réalisé par Zack Snyder, est sorti en 2016 et fut l’occasion de passes d’armes entre fans déchaînés, certains détestant cette adaptation jusqu’à la haine, d’autres l’encensant sans mesure. Devant toute cette polémique, je n’étais pas motivée pour aller voir le film au cinéma, j’ai donc attendu la version dvd qui offrait une version plus longue, permettant selon les spécialistes, un bien meilleur rythme à cette oeuvre.

Ce film est une suite directe de Man of Steel, sorti en 2013, également réalisé par Zack Snyder. Batman versus Superman met en présence la Trinité de DC Comics en marquant l’affrontement de Batman et de Superman et en introduisant le personnage de Wonder Woman. Ce titre est aussi une introduction à un film mettant en scène les membres de la Justice League puisque d’autres héros DC sont évoqués comme Flash, Aquaman ou Cyborg.

L’affrontement des deux héros est provoqué par des manipulations diverses dans lesquelles Lex Luthor, ennemi personnel de Superman, joue un rôle important. Ce film est aussi l’occasion de poser la question du rôle des super-héros, de leur nécessité et de la manière dont ils doivent ou non rendre la justice sans rendre de compte à la société.

Et les archives dans tout ça ??

Batman vs Superman fait deux fois références aux archives.

La première mention d’archives vient lorsque Lex Luthor pénètre dans le vaisseau kryptonien grâce aux empreintes du défunt général Zod dont il s’est emparé. Le vaisseau donne alors à Luthor accès aux « archives » de Krypton. Cette scène rappelle les Superman – et notamment le deuxième volet – de Richard Lester et Richard Donner dans lesquels le rôle titre était dévolu à Christopher Reeves. Superman avait accès aux archives de Krypton dans sa forteresse de solitude.

L’accès aux archives kryptoniennes est crucial pour Luthor qui met au point grâce à ce savoir une arme de destruction massive qu’il lance contre Superman.

La seconde mention des archives intervient alors que Batman a piraté les ordinateurs de Lex Luthor. Les dossiers de ce dernier sont classés et on aperçoit un dossier « archive » juste en dessous d’un dossier intitulé « méta-humains ».

BVS-1

Même dans ce dernier dossier apparaissent des documents d’archives puisqu’on y trouve un document datant de la Première Guerre mondiale dans lequel une célèbre amazone pose au milieu des tranchées.

BVS_2

Deux petites mentions d’archives mais, malgré la rapidité avec laquelle les archives kryptoniennes sont évoquées, leur utilisation se révèle essentielle bien que néfaste. Le pouvoir des archives dépend de celui qui s’en sert.

Sonia Dollinger