Articles Tagués ‘Dan Brown’

OrigineOrigine est un ouvrage de Dan Brown qui met en scène le professeur Robert Langdon, célèbre professeur américain spécialiste en symbologie et iconographie religieuse. Comme souvent, Langdon se trouve au milieu d’une conspiration à laquelle il doit échapper pour faire triompher une vérité qui ne fait pas plaisir à tout le monde.

Ici, Langdon vient au musée Guggenheim de Bilbao pour assister en direct à une révélation qui va bouleverser la face du monde, selon Edmond Kirsch son ancien étudiant devenu un futurologue de génie. Kirsch est assassiné alors qu’il s’apprête à répondre aux deux questions que se pose l’Humanité : d’où venons-nous et où allons-nous ? Afin de pouvoir répandre le message de Kirsch, Langdon doit échapper à un certain nombre de poursuivants à l’aide de Winston, l’Intelligence Artificielle créée par Edmond Kirsch et de la future reine d’Espagne.

Origine est publié en France chez JC Lattès en 2017. Le roman est construit comme la plupart des titres de Dan Brown : meurtre / poursuite / révélation et tourne autour des problématiques religieuses comme c’est le cas depuis Da Vinci Code.

Et les archives dans tout ça ??

Le mot « archives » apparaît en page 278 du roman lorsque les chaînes d’info évoquent la biographie d’Edmond Kirsch après son assassinat. On retrouve donc là une utilisation commune des archives qui servent à illustrer presque quotidiennement des reportages, montrant discrètement mais régulièrement la nécessité de pouvoir s’y référer. Mais alors, les archives ne seraient pas que des vieux papiers poussiéreux ? Oh, oh, quelle révélation ! Allez, les archivistes, avouez que vous ressentez toujours une petite pointe de fierté quand vous voyez le bandeau « images d’archives » s’incruster sur votre écran, pas si inutiles que ça notre travail finalement 😉

N’oublions pas non qu’Edmond Kirsch est un futurologue, il prévoit donc les choses bien en amont. Dans le même paragraphe, on le voit, au cours d’une conférence, évoquer le fait qu’il pense fêter ses cent dix ans et prévoir à l’avance tous les coûts afférents à sa vie future, y compris « les frais d’archives. » Comme quoi, on peut être l’homme le plus en avance de son temps et comprendre sans difficulté que les archives sont une dépense incontournable pour la préservation de l’Histoire commune. Edmond Kirsch est le type le plus intelligent de son époque, il faut donc en déduire que la préservation des archives paraît évidente aux esprits supérieurs… tirez-en la conclusion que vous voulez.

Les archives numériques sont également régulièrement convoquées lorsque les informaticiens du Palais Royal de Madrid fouillent dans les portables des uns et des autres pour trouver des messages compromettants ou lorsqu’une Intelligence artificielle révèle à Langdon qu’il ne restera rien d’elle puisque tous ses fichiers seront effacés sans exception, détruisant ainsi de nombreuses données essentielles à la biographie et la compréhension de la personnalité d’Edmond Kirsch. Plus d’archives, plus d’histoire, quel que soit le support, la problématique de fond reste la même.

Sonia Dollinger