Articles Tagués ‘Claude Jade’

Il y a longtemps que je t’aime est une pièce de théâtre écrite par le dramaturge, scénariste et réalisateur français Jacques Deval (1890-1972). Elle est portée pour la première fois sur les planches en 1955. Mais la version dont nous allons parler est la deuxième création de cette œuvre, immortalisée par l’émission Au théâtre ce soir le 27 juillet 1974. Le metteur en scène est Raymond Gérome et nous retrouvons à la distribution Jackie Sardou, Hubert de Lapparent, Claude Jade et Jean Barney entre autres. L’enregistrement est visible sur le site de l’Ina.

Au théâtre ce soir

Quelle est l’histoire ?

A la Rochelle, dans un magasin d’antiquités tenu par les Gandoche. Une situation de quiproquo causée par une mise en gage amicale mais illégale d’un chronomètre va changer la vie d’un jeune marin Sixte Caulois, partant le lendemain pour les Antilles, et de la jeune Clarisse Naulier, quittant elle aussi la ville pour l’Afrique.

Et les archives dans tout ça ??

Découverte d'une lettre dans le coffreeLa pièce s’ouvre sur le couple d’antiquaires Gandoche discutant de la venue de l’archiviste du département, Monsieur Gouleste, incarné par Hubert de Lapparent. Madame Gandoche a déniché dans une ferme le coffre du Greffe du Tribunal révolutionnaire de la Rochelle. La ferme appartient aux Légnelot, descendants d’un accusateur public du Tribunal. Après avoir jeté un œil rapide, aux objets et aux lettres, l’archiviste annonce revenir le lendemain pour dresser un inventaire et faire la comparaison avec l’inventaire du greffe conservé aux Archives départementales. Le but est que le musée de la ville achète le coffre. Il souligne l’ironie de la situation puisque le coffre est revenu dans l’ancien greffe du Tribunal, aujourd’hui boutique des Gandoche.

Monsieur Gouleste est incarné par Hubert de Lapparent. Il est dépeint et joué comme un fonctionnaire soigné. C’est un «  savant » selon les mots de Mme Gandoche et il le prouve à maintes reprises en expliquant l’histoire du lieu ou encore des objets qu’ils découvrent. Il se plaît même à citer Corneille. Bref une représentation classique de l’archiviste érudit, sans la morgue habituellement véhiculée avec cette image.

Monsieur Gouleste examine le cachet du coffre

Monsieur Gouleste doit faire une estimation pour pouvoir débloquer un budget pour l’achat par la Ville de ce coffre. Mme Gandoche sous-entend que les documents et objets pourraient être vendus au premier venu sans offre rapide de cette dernière. Les archives publiques sont, au moins depuis la loi de 1979, imprescriptibles, ce qui signifie qu’elles ne peuvent être conservées par un tiers non autorisé. Ainsi il est normalement interdit pour un fonctionnaire  et ses descendants de conserver des dossiers de travail. Cette pratique est hélas courante de longue date et a toujours cours aujourd’hui, nombreux étant ceux qui considèrent à tort que leurs dossiers sont leurs propriétés. Dans des ministères aux traditions archivistiques établis comme la Défense et les Affaires étrangères, des pratiques ont été mis en place dès le XVIIIe siècle pour essayer d’enrayer ce problème, sans pour autant le résoudre. Bref, dans le contexte actuel, il n’y aurait pas de négociations. Après authentification, les documents auraient subi une demande de restitution.

Enfin, outre ces aspects techniques , les archives sont aussi ici porteuses d’histoire. Dans le cas de la pièce, une lettre retrouvée dans le coffre du greffe raconte celle d’un couple martyr de la Révolution faisant un écho tout étrange avec l’histoire des jeunes protagonistes. Passé et présent qui s’entremêlent , voilà une thématique forte des archives qui apporte une vraie beauté à notre métier.

Marc Scaglione

Publicités