The Void : le papier, c’est pour les dinosaures !

Publié: 29 août 2021 dans Films
Tags:, , , ,

The Void est un film d’horreur canadien sorti en 2016. Il a été financé à hauteur de 80 000 dollars sur le site Indiegogo. Il est réalisé par Steven Kostanski et Jeremy Gillespie, membre du collectif Astron-6 et artistes maquilleurs spécialisés dans les effets (notamment sur Crimson PeakSuicide Squad et la série Star Trek : Discovery, dont nous vous parlions ici). Le film se veut un hommage aux films d’horreur des années 1980, influencés par Lovecraft, John Carpenter et Clive Barker. 

Quelle est l’histoire ? 

Après une petite sieste durant sa patrouille, le policier Daniel Carter découvre un homme blessé et ensanglanté sur le bord de la route. Il l’emmène alors aux urgences de l’hôpital en urgence. Ce dernier ayant subi un incendie, seules les urgences sont encore ouvertes avec un personnel très réduit. Bientôt l’hôpital est assiégé par une secte, tandis qu’une infirmière semble perdre la raison. 

Et les archives dans tout ça ??

 L’hôpital ayant déménagé la majorité de ses services, il reste un personnel limité aux urgences : le Docteur Powell, les infirmières Allison et Beverly et l’interne Kim. Cette dernière est présentée comme peu assidue, s’amusant avec un patient ou surfant sur son téléphone portable. Mais le déménagement à venir du service des urgences dans les locaux neufs de l’hôpital ne va pas se préparer tout seul.  L’infirmière Beverly ainsi se rapproche de Kim et lui déclare que bien que cet hôpital n’était pas son premier choix d’internat, elle doit ranger les dossiers dans les cartons.

Ce à quoi Kim répond « Cela ne sert à rien, tout a été numérisé » (en VF) ou «De nos jours il y a ce qu’on appelle les ordinateurs »  (en VO) . Rembarrée par Beverly, Kim se met au travail de mauvaise grâce en râlant « Méthode de dinosaure ». Le passage dure seulement quelques secondes et l’on ne reparlera pas de dossiers. 

Ce très court passage a avant tout un but descriptif : montrer le déménagement en cours ainsi que la nonchalance de Kim, peu apte à suivre les ordres en temps normal, cela n’augurant rien de bon en situation difficile. Il n’empêche, ce petit échange montre aussi l’attitude croisée au quotidien par les archivistes auprès des services versants. En effet, face aux personnes conscientes de la nécessité d’avoir des dossiers bien classés, par nécessité ou respect du règlement, il y a nombre de services pensant que la dématérialisation est la réponse à tout problème de gestion documentaire. « J’ai tout numérisé, pas besoin d’archiver » est une phrase très, voire trop, souvent entendue. Avec cette pensée magique, doublée d’un mépris pour ce qui semble passéiste « pas moderne » ou « dinosaures », c’est avant tout la paresse et la non-gestion qui se profile à l’horizon et donc du travail de reprise ou des regrets dans les années qui suivront. 

Marc Scaglione

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s