Les archives dans l’abîme du temps

Publié: 15 octobre 2020 dans BD, comics, manga
Tags:, ,

Dans l’abîme du temps est le troisième tome de la série « Les chefs-d’œuvre de Lovecraft », aux éditions Ki-on, scénarisé et illustré par Gou Tanabe, figure importante du manga horrifique. Ici c’est l’adaptation d’une nouvelle d’horreur et de science-fiction, à tonalité fantastique, publiée en juin 1986 par le très célèbre Lovecraft. Cette nouvelle  longue de 25 600 mots a été écrite du 10 novembre 1934 au 22 février 1935, c’est l’un de ses derniers textes publiés de son vivant.

Quelle est l’histoire ?

Le professeur Peasle a disparu pendant plus de cinq ans ou, plus exactement, il n’était plus le sympathique universitaire et père de famille apprécié et estimé de tous. Son entourage est plongé dans le désarroi par l’apparition d’une personnalité dissonante qui chamboule sa vie et et ses habitudes. Ayant retrouvé ses sens, l’enseignant se lance dans la quête impossible pour retrouver ce passé fugace dont les souvenirs le hantent. Ce voyage va remettre en question sa santé mentale et bouleverser notre connaissance de l’histoire de la Terre, de l’espèce humaine et des lois de la physique.

Et les archives dans tout ça ??

Peasle se souvient, ou du moins le pense-t-il, avoir été entraîné dans un passé très lointain, dans une cité à l’architecture cyclopéenne où une peuplade d’êtres fantasmagoriques, qu’il nomme la Grande Race de Yith, vit et engrange un maximum de connaissances.

Ces êtres, pourvus d’un corps conique et de tentacules, doués d’une espérance de vie très longue et de peu de besoins matériels, ont l’étonnante faculté de se projeter dans d’autres entités (animale, végétale, humaine, extra-terrestre) loin dans le passé ou le futur. Ces voyageurs temporels échangent leurs corps avec leurs hôtes le temps du séjour.

Par le biais de ces changements de corps à travers le temps, la Grande Race de Yith possède tout le savoir du monde. Quand leur esprit possède celui d’un humain, l’humain se retrouve à l’époque  de la Grande Race de Yith avec pour seule mission retranscrire l’intégralité de leur connaissances de leur époque, « ces informations étaient notées sur de grandes feuilles de matière cellulosique étonnamment résistantes… feuilles ensuite reliées et conservées dans des étuis individuels faits d’un étrange métal inoxydable ».

Les archives centrales de la Grand-Race regroupent donc toutes les connaissances du monde, toutes époques confondues. Passé, présent et futur ne faisant plus qu’un.

Emilie Philibert

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s