Les Simpson : plongée dans les archives de Springfield

Publié: 4 juin 2020 dans Dessins animés
Tags:, , , ,

Les Simpson : des archives délatrices (saison 6, épisode 5 « Le maire est amer »)

Les Simpson est une série télévisée d’animation américaine créée par Matt Groening, apparue pour la première fois le 19 avril 1987 en version courts-métrages. Elle est ensuite diffusée sous format d’épisodes de 21 minutes depuis décembre 1989 aux Etats-Unis, puis un an plus tard en France.

Cette série présente principalement les Simpson, composés d’Homer, Marge, et leurs enfants Bart,  Lisa, et Maggie, la petite dernière qui ne s’exprime qu’à travers sa tétine. Leurs aventures sont généralement une satire du mode de vie américain. Chaque épisode, ou presque, se déroule à Springfield, lieu de vie des Simpson, mais aussi d’un maire corrompu et infidèle, d’une famille italienne mafieuse, d’un gérant d’une taverne aigri et solitaire, d’un directeur de centrale nucléaire milliardaire et machiavélique, ou encore d’un chef de police plutôt incompétent.

Le contexte 

En pleine campagne des élections municipales, Joe Quimby, maire sortant de Springfield, est en proie aux critiques de l’animateur radio pro conservateur Birch Barlow. Hors, le discours de ce dernier est approuvé par beaucoup d’habitants, notamment Homer qui l’écoute en boucle à son poste de travail et dans sa voiture.

Ce contexte politique donne l’idée à l’institutrice de Lisa de faire faire à sa classe un exposé sur la politique locale de Springfield. Assidue comme toujours, Lisa prend des notes en se renseignant via les médias, notamment par l’écoute des émissions de Barlow. Un jour, Barlow reçoit l’appel d’un auditeur anonyme. Lisa, interloquée, se rend vite compte que la voix appartient à Tahiti Bob, ancien faire-valoir de Krusty le Clown, et surtout ennemi juré de Bart depuis l’épisode 12 de la première saison. Tahiti Bob, conservateur convaincu, félicite Barlow pour son émission et ses idées. Il profite de l’occasion pour plaider son innocence et son injuste incarcération pour un crime qu’il n’a pas commis. Barlow qualifie Bob de prisonnier politique, victime d’un système libéral basé sur l’injustice et appelle tous les auditeurs à œuvrer pour le faire libérer. Sous la pression et de plus en plus mal vu par ses habitants pour ses incompétences et son manque d’écoute, Joe Quimby n’a d’autre choix que de le faire sortir de prison.

Bien décidé à prendre la place, un groupe secret de Républicains se réunit, composé de Charles Montgomery Burns, Birch Barlow, un vampire, le riche Texan, l’avocat aux cheveux bleus, Julius Hibbert et Rainier Wolfcastle, afin de désigner leur candidat aux élections municipales. Barlow présente Tahiti Bob qui devient alors l’adversaire de Quimby.

Avec la présence des médias, les candidats Joe Quimby et Tahiti Bob font leur campagne en passant d’abord par l’école élémentaire. Tahiti Bob impressionne et amuse les enfants grâce à ses clowneries. Suspicieux et effrayés, Bart et Lisa tentent par tous les moyens de faire passer Quimby pour un bon maire soucieux du bien-être des enfants. La campagne électorale continue jusqu’au vote des habitants de Springfield où le résultat est sans appel : 100% de voix pour Tahiti Bob, qui devient maire. Ce dernier en profite pour se venger de Bart et Lisa : continuant le projet de voie rapide initié par Quimby, il décide que la maison des Simpson doit être rasée afin de pouvoir construire un tronçon indispensable à la route ; en outre, à la demande de son cabinet, Bart retourne en maternelle.

Et les archives dans tout ça ??

Prise de soupçons, Lisa s’interroge sur la légalité de la victoire écrasante de Tahiti Bob. Elle se rend donc aux Centre des Archives de Springfield pour consulter le résultat des élections.

Simpson_3

L’archiviste, un homme, placide, à lunettes, lui apporte un tas de listes « qui comportent les noms des électeurs et les noms des candidats pour qui ils ont votés » (on apprend par ailleurs qu’il y a 48 000 électeurs à Springfield). Lisa, un peu étonnée, répond « je croyais que le scrutin était secret ? ». L’archiviste, blasé, finit la conversation par un « bah… ».

Simpson_1

Lisa prend avec elles les listes et s’installe dans l’immense salle de lecture où l’on peut croiser quelques lecteurs.

Simpson_5

Une salle de lecture immense

Elle se rend compte que beaucoup de personnes ont voté pour Bob. Prise de fatigue, elle s’endort. A son réveil, elle découvre une lettre anonyme déposée à ses côtés où on lui donne rendez-vous le soir dans un parking. Arrivée avec son frère au rendez-vous, l’homme dans l’ombre déclare que leur piste est bonne et qu’il faut continuer leurs recherches. Soudainement éclairé par les phares de la voiture d’Homer, on découvre que le mystérieux inconnu est Waylon Smithers, assistant de M. Burns.

Simpson_6

Les archives, ça fatigue !

Il déclare avoir participé à la campagne et les dirige vers un nom : Edgar Neubauer. Bart et Lisa continuent leurs recherches en vain : aucune personne de ce nom  n’apparaît dans le bottin téléphonique, ou dans les fiches de lecteurs de la Bibliothèque. Alors qu’ils commencent à baisser les bras, Bart trouve le nom d’Edgar Neubauer sur une pierre tombale dans le cimetière de la ville. Lisa, prise d’un doute, replonge dans les listes électorales (on espère que ce sont des copies), les compare avec les noms gravés et se rend compte que le parti Républicain a fait voter les morts de Springfield, même les animaux. Le scandale fait alors surface : Lisa et Bart se retrouvent face à Tahiti Bob au Tribunal qui, sous la pression des deux enfants, fini par avouer qu’il est l’initiateur de ces faux votes. Tahiti Bob est éjecté de sa place de maire et remis en prison.

C’est donc grâce à Lisa, à son goût pour les enquêtes et à son amour pour les lieux culturels tels que les Archives que le voile a été levé, même si, admettons-le, la communication du vote des électeurs par le biais des listes électorales de Springfield est loin d’être légale.

Les Simpson : les archives remontent à la surface… de l’alcool (saison 8, épisode 18 « Homer, le baron de la bière »)

Le contexte

Tout Springfield est en liesse et habillé de vert en ce jour de la Saint-Patrick. Les adultes s’adonnent à la boisson jusqu’à l’ivresse et les chars consacrés à l’Irlande et à sa culture défilent dans la grand’rue. Au bout de quelques minutes, les habitants de Springfield, totalement alcoolisés, débutent une bagarre générale jusqu’à l’arrivée d’un char où trois délicieuses femmes arrosent la foule de litres de bière. Un jet atterrit directement dans le gosier de Bart qui finit complètement saoul. La télévision de Springfield est là et filme la scène. Kent Brockman, présentateur et journaliste star de la télévision locale est abasourdi : la ville devient folle. Il déclare alors s’il ne serait pas nécessaire de revenir à la prohibition pour que ce genre de scandale ne se reproduise pas. Le discours de Brockman est entendu par de nombreuses femmes qui, le lendemain, manifestent à la mairie en demandant un retour à la prohibition. Le conseil municipal s’oppose alors à cette demande, convaincu des bienfaits de l’alcool sur la population de Springfield.

Et les archives dans tout ça ??

Le chef de la police Clancy Wiggum tente d’apaiser les tensions et donner raison au conseil municipal en déclarant : « Mesdames, tous nos pères fondateurs, nos astronautes, et nos joueurs de Baseball ont tous été soit saouls, soit bourrés de cocaïne ! ». L’archiviste de la ville, différent de celui de la saison 6 (celui-ci a l’air aussi bibliothécaire) intervient : « un instant ! Je vois qu’il y a une loi sur la prohibition dans les archives de Springfield qui remonte à deux cents ans ! Seulement, elle n’a jamais été appliquée ! ».

Simpson_7

Le maire et son conseil sont plus qu’étonnés mais décident d’agir en toute légalité et applique cette loi. Voyant cette annonce dans les journaux, des piliers de bar comme Homer ou son ami Barney Gumble font un malaise.

La découverte de cette loi archivée sème alors le trouble dans tout Springfield, fait naître détournements et trafics d’alcool, et donne un nouveau rôle à Homer : baron de la bière.

Deux épisodes qui démontrent, chacun à leur manière, la force des archives.

Emilie Rouilly

Pour rappel, vous pouvez retrouver les Simpson dans cet autre billet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s