Le Cercle 1 et 2 : la source du mal

Publié: 30 avril 2020 dans Non classé

Le Cercle (The Ring) est un film d’horreur américain, remake de Ring, film japonais de 1997. Ce remake est donc sorti en 2002 et a été réalisé par Gore Verbinski (Pirates des Caraïbes 1, 2 et 3, Rango). Il a connu deux suites directes :  Le Cercle 2, réalisé par Hideo Nakata, réalisateur du film japonais originel, sorti en 2005 ; et Le Cercle : Rings, qui occulte les événements du Cercle 2, sorti en 2017. Ce billet se concentrera sur le diptyque Le Cercle 1 et 2.

Couverture

Ce billet contient des spoilers !

Quelle est l’histoire ?

Une légende urbaine raconte que si l’on visionne une certaine cassette VHS, on meurt sept jours plus tard. Après la mort de sa nièce, Rachel Keller, journaliste, décide d’enquêter sur l’origine de sa mort. Elle finit par découvrir la cassette. La légende urbaine n’est hélas pas une légende et le contre-la-montre commence.

Et les archives dans tout ça ??

Après avoir visionné la cassette, Rachel réalise vite qu’il ne s’agit pas d’une légende. Une seule solution : trouver l’origine de la cassette, comprendre la malédiction pour la conjurer. Grâce à son ex Noah Clay, spécialiste vidéo, elle étudie le film et découvre une image de phare. Elle finit par identifier le lieu de tournage grâce à Internet et creuse un peu. Mais les informations sont limitées, plus qu’une solution : fouiller dans les archives du journal pour lequel elle travaille, le Seattle Post.

Les archives sont dans un mauvais état, certains numéros sont reliés, les autres sont posés en pile ou conservés dans des cartons jonchant le sol. Rachel, qui est dépeinte comme sans tact au début du film, le montre aussi ici. Elle ne cherche pas une chaise, elle monte sur les cartons et les piles pour récupérer une archive en haut de rayonnage, faisant tout tomber.

Ring_2

Rachel fouille délicatement dans les archives

Ensuite, elle s’installe sommairement dans la salle. Réalisant qu’elle trouve beaucoup d’informations, elle prend alors soin de se poser sur une table. Et là, le massacre continue. Rachel s’amuse à barbouiller les journaux avec son stylo, à entourer ce qui l’intéresse… bref dégradation sur dégradation…

Ring_3

une installation précaire

Grâce aux archives, elle retrace le fil global de l’histoire qui touche une famille : les Morgan. Elle se rend, avec Noah, sur l’île où les Morgan ont vécu. Pendant que Rachel interroge le père Morgan, Noah se rend à l’hôpital psychiatrique où a séjourné Anna Morgan, la mère. Il demande à voir son dossier, arguant qu’elle est décédée depuis plus de 24 ans et que ça ne la gênerait pas. L’accès lui est refusé tout de même car il n’est pas un membre de la famille. Mais grâce à une ruse, il découvre la localisation des Archives et y entre par effraction. On découvre alors une salle réaliste d’archives incluant un débarras de vieilles machines inusitées. Il trouve le dossier, le parcourt et tombe sur la mention d’un projet vidéo mené au sein de l’hôpital.

Ring_5

Morgan, Morgan, Morgan…

Noah ressort et va se présenter à un autre service de l’hôpital pour demander la vidéo en se faisant passer pour le père Morgan. L’employé lui dit qu’il le trouve bien jeune et l’avertit : il a pas intérêt à foutre le bordel dans son classement !! Ils réalisent cependant que la cassette est manquante, empruntée par le père Morgan…

Ring_4

foutez-pas le bordel !

Donc d’un côté, on a un refus d’institution de communiquer un dossier médical, un refus légitime. Puis d’un autre côté, la même institution communique, sans jamais vérifier l’identité des consultants, des enregistrements vidéo des patients…

Six mois après les événements décrits dans le 1, Rachel et son fils Aidan ont déménagé. Mais hélas, la malédiction de Samara Morgan, la fille, les poursuit. Rachel est donc résolue à connaître les origines de Samara, afin de trouver la solution. Sachant qu’elle a été adoptée, Rachel tente d’accéder à son dossier d’adoption. Mais l’administration refuse de lui communiquer le dossier, malgré ses tentatives, la renvoyant aux parents. Rachel retourne donc dans la maison des Morgan et fouille dans leurs affaires et trouve des vêtements de bébé avec un nom d’institution. Rachel s’y rend et là miracle : sans explications, ni justifications, sans que l’on connaisse les arguments utilisés par Rachel, la directrice de l’institution lui montre le dossier d’adoption de Samara et lui raconte l’histoire de sa mère et de sa naissance.

Ring_6

Même si c’est moins présent, le Cercle 2 utilise la même mécanique que dans le 1 : un refus légitime d’accès, suivi d’une autorisation de type deus ex-machina. Un accès aléatoire aux archives ? Ou surtout une manière de faciliter le déroulement du récit !

Marc Scaglione

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s