Final Fantasy VII : le placard des archives de la Shinra

Publié: 10 avril 2020 dans Jeux

Final Fantasy VII est un jeu vidéo de la saga de fantasy Final Fantasy (FF) développé par Square. Sorti en 1997, cet opus est marquant à plus d’un titre : il est le premier FF à sortir sur la console Playstation et est le premier à utiliser des graphismes 3D rendus en temps réel. Enorme succès critique et commercial, le jeu s’est vendu à un peu moins de 10 millions d’exemplaires. Un remake est annoncé et doit sortir sous format épisodique à partir de 2020.

Quelle est l’histoire ?

Nous suivons les aventures de Cloud Strife, mercenaire, qui rejoint le groupe éco-terroriste « Avalanche » en lutte avec la Shinra, une puissante entreprise qui exploite l’énergie vitale de la planète.

L’histoire démarre à Midgar, vaste cité industrielle siège de la Shinra.

Et les archives dans tout ça ??

Après moult péripéties, Cloud, Tifa et Barrett infiltrent la tour Shinra, le siège social de la société à Midgar. Ils se fraient un chemin jusqu’au soixantième étage, mais font face à un système de sécurité plus complexe pour les étages supérieurs. Il faut un badge spécifique étage par étage. L’équipe part en quête de ces objets. Ils atteignent le soixante deuxième étage, les archives. Etrangement, c’est là que se trouve le bureau du maire de Midgar, Domino.

Deux magasins d'archives bien ordonnés

Deux magasins d’archives bien ordonnés

Cloud rencontre le maire qui reconnaît en eux les terroristes. Il n’appelle cependant pas la sécurité et leur promet de leur donner son badge d’accès aux étages supérieurs s’ils devinent le mot de passe de quatre lettres que Domino utilise. Pour cela, il faut visiter les magasins d’archives. Il y en a quatre, correspondant chacun à un Département de la Shinra : Développement Urbain, Maintien de la Paix, Développement de l’Armement et Développement spatial. Dans chaque salle, il est indiqué que les documents ne doivent pas sortir de la salle et être mélangés avec ceux des autres départements. Ce qui est une injonction somme toute logique. Mais qui participe à l’énigme : en effet, Domino a parsemé des documents étrangers aux autres départements dans les magasins. Ceux-ci portent un numéro. Une fois les documents étrangers identifiés, il faut utiliser le numéro pour compter le nombre de lettres dans le titre. Vous trouverez quatre documents, et donc quatre lettres.

B est la 15ème lettre

B est la quinzième lettre…

Cloud retourne donc voir Domingo pour obtenir le badge. Ce dernier le leur donne en justifiant son attitude. En effet, il est étrange que le Maire de Midgar s’associe aux terroristes. Domino déclare qu’il n’a de maire que le titre, que seule la Shinra gouverne, le cantonnant à garder les documents de la société, d’où sa présence à cette étage. Domino ne supporte plus les humiliations de la Shinra et souhaite se venger « d’être traité comme un modeste employé ». C’est la raison de son aide.

La Shinra est une entreprise méticuleuse : les archives sont bien classées et situées dans une zone très sécurisée. Néanmoins, elle a oublié un point primordial : l’aspect humain. Le placard des archives est hélas une réalité et est souvent subi comme une humiliation. Vu la sécurisation des documents, la Shinra a donc considéré que l’homme n’était pas dangereux… Grosse erreur…. De leur côté, les terroristes quittent l’étage sans en profiter pour nuire soit en copiant soit en détruisant les archives….

Du point de vue gameplay, créer une énigme se basant sur la logique de classement des archives est une idée qui apparaît des plus sympathiques à tous les archivistes ! Mais ! La version française de FF7 est notoirement célèbre pour être douteuse, cette quête était hélas buguée. Les captures d’écran sont repris de versions corrigées par un patch de traduction amateur appelée « Néo-Midgar ». Ainsi dans la version anglaise, Domino indique être « a librarian ! », dans la première version française « un bibliothécaire !» et dans la traduction « amateur » « un archiviste ! » (cf image plus haut). Pourtant il ne peut y avoir d’équivoque car Domino indique bien garder « Shinra’s documents ».

Version anglaise

Version anglaise

1ere version française

Première version française

Le placard des archives

Le placard des archives

Si la nouvelle traduction française est la plus correcte, le terme anglais n’est pas le reflet d’une incompréhension de notre métier. Le jeu est japonais. Dans cette culture, la science archivistique est toute récente. Alors que la population japonaise est double de celle de la France, les formations sont seulement au nombre de quatre. Dans ce pays donc encore majoritairement, bibliothécaire et archiviste sont souvent assimilés. Si vous êtes lecteur de manga, cela ne vous choquera pas car vous aurez déjà croisé ces notions hybrides (Fullmetal Archivist, Mystic archives of Dantalian, etc.).

Dans Final Fantasy VII Remake, sorti le 10 avril 2020, nos héros recroisent Domino dans des circonstances identiques. Montant dans la tour Shinra pour secourir Aerith, Cloud, Barett et Tifa sont invités au soixante-deuxième étage au bureau du maire qui se trouve dans les archives. Première différence fondamentale avec la version originelle, l’énigme dans les archives disparaît. A la base, petit jeu du maire en rébellion, elle n’est plus nécessaire puisque, dans cette version, Domino est membre du même groupe terroriste que nos héros. Mais ses motivations restent identiques, il n’adhère pas au discours écologique, mais veut seulement se venger de la Shinra. Il se plaint auprès des héros. Et dans ce remake, les versions française et anglaises divergent.

La version anglaise indique bien que le soixante-deuxième étage est celui des « Corporate archives ». Domino se plaint de passer ses journées à classer de la paperasse, au point que ses « mains et doigts ont plus de coupures de papier que de peau » ! J’ai envie de dire que c’est le métier qui rentre !! Il indique juste être relégué au statut de « librarian ».

62ème en anglais

version anglaise : Corporate Archives

Eh oui, c'est le métier qui rentre

oui, c’est le métier qui rentre

La version française gomme toutes les allusions aux archives et les remplace parfois par le terme de bibliothèque. Seul le nom d’étage conserve la mention d’archives d’entreprise. Ainsi la complainte de Domino sur ses doigts se transforme en français en une tirade lyrique. Même les robots que l’on croise, simplement appelés « robot » en anglais, deviennent « robots-bibliothécaires ».

62ème en français

version française : les archives d’entreprise

tirade français

une sacrée tirade !

Peu de choses varient donc avec ce remake par rapport à la version d’origine.

Marc Scaglione

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s