Ni No Kuni II : politique et réalité

Publié: 9 juillet 2019 dans Jeux

Ni No Kuni II : L’Avènement d’un nouveau royaume est un jeu vidéo de rôle développé et édité par Level 5, studio japonais derrière la série des jeux Professeur Layton. Il s’agit d’une suite de Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière céleste, célèbre pour ses cinématiques animées par le studio Ghibli. L’intrigue se déroule une centaine d’année après le 1 et le jeu peut être fait sans connaître l’univers. A la musique, on retrouve Joe Hisaishi célèbre pour ses BO des films du studio Ghibli.

Ni_No_Ku_Ni_1

L’histoire ?

Roland, président d’un état fictionnel de notre monde, se rend à un sommet international lorsqu’une bombe éclate. Il se réveille rajeuni dans le palais de Carabas, le jour de l’intronisation du nouveau roi, le très jeune prince Evan. Ce dernier est cependant victime d’un coup d’Etat. Evan et Roland réussissent à s’échapper. Evan décide alors de fonder un nouveau royaume, assisté par Roland.

Et les archives dans tout ça ??

Face au nouvel ennemi qui a émergé, Evan et Roland cherchent à faire des royaumes du monde des alliés. Ils contractent des alliances avec chacun d’entre eux. Les archives apparaissent dans le chapitre consacré à Mécarbor.

Il s’agit d’une entreprise de technologie avancée qui s’est érigée en royaume, avec à sa tête, le Superviseur Zip Vector. Cependant ce dernier est sous l’emprise d’un mal qui le rend tyrannique. Evan et Roland aident donc Suzie, assistante et amie de Vector dans sa quête pour le ramener à la raison.

Ils partent alors en quête de mémolithes, un appareil qui enregistre et stocke des vidéos. Les mémolithes en question ont été enregistrées à l’époque de la fondation de Mécarbor, dans le but de ne pas oublier les origines de l’entreprise. Donc des archives patrimoniales ! Hélas, elles ne sont pas vraiment bien conservées et sont dispersées. Dans cette quête, vous visitez plusieurs lieux dont la salle d’archives se trouvant dans l’usine, accessible uniquement aux employés de niveau V. Quand vous rentrez dans la salle, un de vos compagnons s’étonne du fait qu’elle est mal rangée (deux-trois registres traînent sur un bureau, on a connu pire), Suzie explique alors que c’est le résultat du transfert de tous les documents datant d’avant la construction de la méca-usine. Ils y découvrent une mémolithe et continuent leurs quêtes. Une fois tous les enregistrements retrouvés, ils réussissent à ramener Vector à la raison.

Ni_No_Ku_Ni_2

enregistrement d’une mémolithe

C’est un exemple parfait de la dichotomie du langage politique concernant les archives : conscients d’être un fort enjeu patrimonial pour l’entreprise, les entrepreneurs oublient vite les archives pour les entasser dans un endroit sans traitement. La salle d’archives est équipée pour recevoir des lecteurs, mais n’est pas accessible aux gens car elle se trouve en plein milieu de l’usine.

Ni_No_Ku_Ni_3

On a vu pire comme salle d’archives

Mécarbor n’a pas d’archiviste. Il n’y a donc personne pour s’en occuper et les archives sont éparpillées lorsqu’on en a besoin. Si le pouvoir évocateur et fédérateur des archives patrimoniales est au cœur de la mission, les personnages ne remettent jamais en question le traitement auxquelles les archives sont soumises. Bref, un phénomène assez réel que ce jeu retranscrit parfaitement !

Marc Scaglione

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s