Lanfeust : Du grenier poussiéreux à un « SAE » centralisé

Publié: 1 février 2019 dans BD, comics, manga

Lanfeust est une série de bande dessinée. Le scénario est de Christophe Arleston, les dessins de Didier Tarquin. La série est divisée en trois cycles. Tout d’abord Lanfeust de Troy qui est publiée chez Soleil Productions entre 1994 et 2000. C’est l’un des plus gros succès français du genre heroic fantasy. Puis furent écrit Lanfeust des étoiles et Lanfeust Odyssey.

lanfeust_1

Lanfeust de Troy :

Les humains ont presque tous un pouvoir magique, allant de faire pousser les cheveux à faire tomber les dents, en passant par fondre le métal et marcher sur l’eau. Ces dons ne nécessitent qu’une condition, celle de ne pas trop s’éloigner d’un sage d’Eckmül.

Lanfeust le protagoniste connaît une vie paisible jusqu’au jour où il découvre qu’au contact d’une épée, il peut posséder le pouvoir absolu ! Accompagné du vieux sage Nicolède et de ses deux filles, Cyan et Cixi, il est emporté dans un tourbillon d’aventures.

Et les archives dans tout ça ??

On les retrouve dans un château assiégé à la recherche d’information concernant le pommeau d’une épée dont le contact donne un pouvoir absolu à Lanfeust. Après une discussion avec le baron il est autorisé à rechercher dans les archives de la famille « Or-Azur ».

Ces dernières sont situées dans les plus hautes pièces du Donjon. Endroit difficilement accessible et rarement fréquenté. A la grande surprise du sage Nicolède qui s’attend à disposer d’un plan de classement pour l’aider dans ses recherches il découvre une pièce remplie d’’un bric-à–brac désordonné. Face à sa surprise son hôte réplique : « Nous ne sommes guère des rats de bibliothèques […] »

lanfeust_2

un peu le foutoir dans cette salle d’archives !

  • D’une part les archives sont présentées ici comme de vieux documents poussiéreux dont personne ne s’occupe, qu’on entrepose grossièrement dans un endroit reclus. On choisit d’entreposer des documents et des objets par « tradition » sans réellement comprendre l’utilité future que peuvent avoir ces derniers.

C’est certainement la vision que certaines personnes ont des archives… Vision pessimiste de l’archiviste qui apparaît alors comme inutile.

  • Cependant l’intérêt du métier d’archiviste est défendu ici par l’emblématique sage Nicolède ; figure du savoir : vieil homme à la barbe grisonnante qui porte la parole de la sagesse ! Cliché typique de l’archiviste. Lui au contraire s’offusque de la façon dont sont conservées ces archives.

Après s’être énervé : « Et puis rien n’est rangé ici ! Pas d’index, pas de classement. ». Les termes de plan de classement, d’indexation sont évoqués. On peut penser que l’auteur a une connaissance (même limitée) du monde archivistique.

L’exaspération de ce pauvre sage montre au grand public l’intérêt du métier d’archiviste. Il faut pouvoir réussir à retrouver un document porteur d’une information pouvant être capital pour faire valoir ses droits par exemple.

Conserver un document d’archives, ce n’est pas seulement l’entreposer dans un lieu et l’oublier, cela nécessite un travail en amont.

Lanfeust des Etoiles :

Il s’agit du second cycle des aventures de Lanfeust, un apprenti forgeron de la planète Troy, qui fait suite à Lanfeust de Troy.

Après une longue épopée sur le monde de Troy on découvre que cette planète appartient au prince Dheluu, un des treize princes marchands de Meirrion à la tête d’un empire planétaire. Lanfeust apprend alors qu’il n’est qu’une expérience qui s’est montrée positive. Il se voit propulsé au milieu des étoiles, prêt à repartir à l’aventure dans un terrain de jeu dont les limites viennent de s’agrandir.

Et les archives dans tout ça ??

A la suite d’un conflit d’intérêt pour connaitre la propriété de l’orgnobi swiip, Lanfeust et les princes marchands se rendent chez le juge suprême : le prévôt qui propose son arbitrage dans les conflits entre les citoyens de cette partie de la galaxie. Plusieurs millions de cerveaux représentant chaque race, interconnectés, connaissant tout, jugent en toute équité.

Le prévôt représente aussi le grand gestionnaire de l’administration. Chaque citoyen peut venir consulter les archives : « Chaque citoyen est autorisé à venir interroger le prévôt au travers d’une de ses nombreuses interfaces. »

On retrouve ici le cliché vestimentaire du couple chignon-lunette. La prévôté apparaît stricte et impartiale.

Le principe de communicabilité des archives aux publics apparaît : tout citoyen a le droit de venir les consulter. Cependant on ne connait pas plus en précision les délais de communicabilités qui sont appliqués.

Cet amas de cerveaux interconnectés représente un ensemble d’archives vivantes. Ces archives sont une administration centralisée, regroupant l’ensemble des savoirs, des connaissances comprises dans tous les documents produits par l’administration. Ces entités « informatique » sont alors utilisées comme outil de jugement incontestable.

On retrouve aujourd’hui une volonté de regrouper tous les fonds d’archives connus au sein d’un portail commun, dans le but de simplifier les recherches et réduire les frais. Est-ce que le don de son cerveau à l’état est l’aboutissement de la simplification de l’administration et le futur du SAE ?

lanfeust_4

Dans tous les cas, les archives apparaissent ici comme un outil de connaissance indispensable au fonctionnement de la justice et de l’administration dont le gouvernement prend grand soin. Vision très proche de la réalité qui met en avant l’intérêt du métier d’archiviste.

Nicolas Lenglois

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s