Pour trois couronnes : l’aventure, c’est l’aventure

Publié: 13 avril 2018 dans Littérature
Tags:, ,

Pour trois couronnesPour trois couronnes est un roman de François Garde publié en 2013 par Gallimard. Il s’agit du deuxième roman de l’auteur, qui a connu une certaine notoriété à la sortie de son premier ouvrage multi récompensé Ce qu’il advint du sauvage blanc (notamment Prix Goncourt du premier roman 2012).

Nous suivons Philippe Zafar, prestataire de service qui classe les documents de personnes fraîchement défuntes pour le compte de la famille. Il est ainsi engagé pour trier les archives de Thomas Colbert, Français immigré aux Etats-Unis, milliardaire et propriétaire d’une multinationale dans le domaine du transport maritime. Il découvre alors une note manuscrite, sans auteur, sans date, sans nom, sans précision de lieu, décrivant comment un marin en escale fut payé pour mettre enceinte une femme. Philippe Zafar va alors enquêter pour lever le voile sur ce mystère.

 

Et les archives dans tout ça ??

Il y a de quoi dire et écrire sur les archives dans ce roman.

Philippe Zafar est « curateur aux documents privés ». Un nom créé par ce dernier pour un métier qu’il dit avoir inventé. Il ne s’agit pourtant que d’un archiviste prestataire. Mais le choix de création de nom est intéressant : « Plusieurs appellations étaient possibles : archiviste ultime ; documentaliste funéraire ; classificateur post-mortem. J’optai pour une expression plus neutre et vaguement solennelle : curateur aux documents privés.» Les professionnels des archives savent que les termes « archives » et « archivistes » véhiculent souvent une image préconçue et sont parfois lourds de sens et donc mal interprétés. Ainsi dans le monde du travail, les intitulés de poste peuvent être extrêmement variés pour le même emploi. De même dans notre travail, on est souvent amené à utiliser de préférence le terme « documents » ou même « données » plutôt qu’archives. Qui ne s’est pas vu répondre qu’il n’y avait pas d’archives dans le bureau alors que les placards en étaient remplis ?

Philippe Zafar nous décrit ses débuts dans le métier et offre un beau panel des joies et suprises que réserve notre profession! Ainsi il trouve une collection de revus pornographiques dans un dossier nommé « assurance » d’un juge, il découvre des poèmes d’amour écrit par le défunt à la personne qui allait devenir sa femme et qui était inconnu de la famille ou encore il met à jour les lettres d’une maîtresse qu’il détruit à la demande des enfants. Tous les archivistes ont après quelques années d’exercice des expériences de ce genre à raconter !

Mais finalement, le plus important se situe dans la quête du héros, qui parlera à tous les chercheurs, historiens et généalogistes. Ainsi Philippe va, aux frais de la veuve du défunt, voyager de salle d’archives en salle d’archives pour reconstituer le parcours du défunt et identifier un potentiel héritier. Ce serait d’ailleurs le petit bémol de cet ouvrage : il réussit à identifier et à accéder facilement à toutes les archives, trouvant toutes les informations pouvant lui permettre de retracer le parcours d’un marin lambda en 1949. Pour retracer le parcours du jeune marin Thomas Colbert, Philippe Zafar cherche le dossier de personnel. Hélas l’entreprise a fermé et a été rachetée par la CGA-CGM, compagnie concurrente de la société Thomas Colbert pour laquelle il travaille. Il réussit néanmoins à accéder au dossier de personnel sans difficulté ni opposition.

Ainsi Philippe Zafar demande à accéder à des archives bancaires pour retracer le parcours économique d’une famille de notable entre les années 30 et 60. Il se voit dans un premier temps refuser l’accès aux dossiers. Puis, en tirant les ficelles des relations (la société qui l’a embauché étant actionnaire de ladite banque), il obtient l’accès ainsi que du personnel en renfort pour éplucher les archives. Cela est logique.

Ainsi la licence fictionnelle et les besoins narratifs dépassent parfois la réalité pour permettre la résolution du mystère.

Au-delà de la question des archives et du portrait d’un archiviste, le roman cherche à s’interroger sur les conséquences du savoir : que va apporter la vérité ? que va apporter le silence ? qui doit choisir ?

Marc Scaglione

 

Publicités
commentaires
  1. […] Pour trois couronnes : l’aventure, c’est l’aventure […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s