Profilage : une image mitigée des archives

Publié: 16 février 2018 dans Séries
Tags:, , , ,

Profilage est une série policière française créée par Fanny Robert et Sophie Lebardier. Huit saisons ont été diffusées depuis 2009 sur la chaîne TF1.  Une neuvième saison est actuellement en cours de réalisation.

Tout au long de la série, Chloé Saint-Laurent (puis Adèle Delettre), psychologue spécialisée en criminologie va aider les enquêteurs de la 3ème DPJ de Paris à résoudre les affaires les plus bouleversantes. Grâce à son expertise et sa sensibilité, elle arrive à se projeter dans l’esprit des assassins comme des victimes.

Et les archives dans tout ça ??

C’est dans les archives du commissariat de la 3ème DPJ de Paris que nous allons être plongés au cours du premier épisode de la saison 6.

A la fin de la saison 5, Chloé est atteinte d’une crise de schizophrénie et blesse son coéquipier. Après avoir été soignée et mise en arrêt de ses fonctions, elle peut enfin revenir travailler. Malheureusement pour elle, on la considère encore comme dangereuse et elle n’a plus le droit d’être en contact avec le public : plus de terrain, plus d’enquête !

Profilage_2

La tête de Chloé quand on lui annonce sa mutation aux Archives

Pour être conforme à cela, le commissaire trouve une solution : un poste aux archives ! C’est ainsi que la première image des archives apparaît aux téléspectateurs : les archives sont un lieu enfermé où on travaille seul dans son coin sans voir personne. Au contraire ! L’archiviste doit sans cesse communiquer, et surtout, être en lien avec le public.

Déçue, Chloé arrive tout de même à s’y faire.

En plus de cela, cette technique ne va pas fonctionner puisqu’il est impossible pour Chloé de ne pas rester dans le commissariat sans s’occuper d’une affaire et va finir par s’échapper !

La réplique de son collègue Hippolyte : « Aux archives ? C’est moche ! » enfonce le clou.

Alors que cette première annonce n’est pas flatteuse pour notre métier, la première image du local d’archives l’est beaucoup plus. On voit ici que la salle est bien rangée et que l’archiviste est bien équipée. Cette salle reflète bien la réalité du monde des archives.

Profilage_3

un lieu ordonné

En parlant de l’archiviste, Madame Mercadet, la voilà ! Elle apparaît sans qu’on s’y attende de derrière son étagère, telle une petite souris.

Profilage_4

Coucou, je suis un cliché sur pattes 🙂

Avec ces images, on retombe dans le stéréotype de l’archiviste qui est assez âgée, qui porte des lunettes, qui est cachée, mystérieuse, et très stricte ! On voit ici l’archiviste comme quelqu’un avec qui on n’a pas forcément envie de travailler.

Celle-ci présente les archives à Chloé et résume en lui disant que le monde des archives c’est : « Ranger, trier, étiqueter, obéir ! ». Il faut souligner tout de suite le fait qu’obéir n’est pas le plus important dans le métier. Les trois autres mots renforcent les idées reçues sur le métier d’archiviste. C’est ce qu’on entend souvent de la part de ceux qui ne connaissent pas bien ce métier.

Profilage_5

Auprès de ma blouse, qu’il fait bon, fait bon trier

L’archiviste met ensuite Chloé au travail. Celle-ci vient d’arriver, n’y connaît rien en archivistique et elle lui demande de traiter un fonds assez conséquent en seulement … une matinée ! On peut comprendre son désespoir… Le téléspectateur a donc ici une image du métier d’archiviste assez simple et qui ne demande pas de qualification spécifique pour être pratiqué.

Profilage_6

Tout ça ne reflète donc pas la réalité du monde des archives. Plus loin dans l’épisode, on fait ce qu’il ne faut surtout pas faire dans la vraie vie : boire et manger à côté des archives !

Malgré tout, à la fin de l’épisode, alors que le méchant a été arrêté et que tout rentre dans l’ordre, Chloé et l’archiviste (toujours sur la retenue) finissent par faire la paix. Chloé prononce une magnifique réplique : « Les archives sont notre mémoire à tous. Si on arrive arrêter des gens comme Jérôme Bernard (le coupable arrêté), c’est grâce au travail qui a été fait toutes ces années ici ».

On finit donc sur une belle note ! On voit ici les archives comme création de mémoire et comme moyen de rendre justice. Espérons que cette réplique ait fait ouvert les yeux aux téléspectateurs sur l’importance des archives et de la beauté de ce métier…

Marie-Anne Chamagne

 

Publicités
commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s