Suisei no Gargantia : oubli et reconquête

Publié: 16 novembre 2017 dans Dessins animés
Tags:, , , ,

Suisei no Gargantia est une série d’animation originale japonaise produite par le studio IG (Guilty Crown, L’Attaque des Titans). Elle a été réalisée par Kazuya Murata (Eureka Seven, Code Geass) et écrite par Gen Uroboshi (Fate/Zero, Psycho-Pass). La série comporte 13 épisodes et 2 OAV et a été diffusée en 2013. Comme il est d’usage en termes de pratique commerciale au Japon, un manga et des lights novels adaptés de la série ont été publiés.

Gargantia_1

Quelle est l’histoire ?

Le vaisseau Avalon est une colonie humaine à la recherche d’une planète viable. Mais ses habitants luttent contre un ennemi sans pitié : les Hideauzes (sortes de pieuvres géantes). Durant une retraite, le sous-lieutenant Ledo (Red) est accidentellement projeté hors du vaisseau lors du bond supraluminique. Il se réveille sur une planète inconnue, recouverte d’eau sur laquelle les humains vivent dans de grandes flottes de navires : la Terre, le berceau perdu de l’humanité.

Et les archives dans tout ça ?

Lors de son réveil, après son accident, Ledo demande à Chamber, l’IA d’assistance au pilotage de son mécha où ils se situent. Après une brève analyse, Chamber postule qu’ils sont sur Terre, le berceau de l’humanité. Chamber va avoir des déclarations contradictoires : d’abord il indique que « son existence n’a été jusque là que suggérée dans nos archives [de l’Alliance galactique ndlr] » puis d’indiquer plus tard que « l’apparence actuelle de la Terre ne correspond pas à nos archives » dans lesquelles la Terre est une boule de glace. On se contredit donc… à moins que la suggestion soit un peu plus étoffée qu’évoquée premièrement.

Gargantia_5

Dans tous les cas, Ledo décide qu’il faudra mener une enquête par la consultation « des documents historiques qu’on trouve ici« . Si cela démontre une certaine logique (celle du chercheur), cela montre aussi l’habitude qu’a Ledo d’accéder facilement à l’information via sa machine. Il en parle comme d’une évidence. Qui s’avérera trompeuse puisque sur la flotte du Gargantia, le passé se résume à une minuscule bibliothèque contenant parfois des savoirs incompréhensibles. Le reflet de la certitude de certains chercheurs qu’ils vont trouver des documents sur tous les sujets, là où il ne reste au mieux que rumeurs et légendes.

Gargantia_2

recherche infructueuse

Plus tard dans la série, Ledo accède à une zone sous-marine jusqu’alors inaccessible aux humains, pleine de « trésors », nom donné par les Terriens aux reliques de l’ancien temps se trouvant au fond des océans. Ledo y découvre des archives dans des sortes de « puces ».

Gargantia_3

La technologie de Chamber est tellement supérieure qu’il ne lui faut pas 20 secondes pour y accéder en nous décrivant toutes les étapes : récupération des archives à distance (suppression du problème de machines de lecture), recherche du standard des données puis émulation pour lecture (lisibilité des formats), restauration puis traduction (intelligibilité). On notera le travail de documentation sur la question de la pérennité des archives électroniques, même si nous n’avons pas encore trouvé de support capable de survivre à une ère glaciaire et à une immersion présumée pluriséculaire.

Gargantia_6

Ces archives jouent un rôle primordial car elles impactent les personnages. D’ailleurs, il est intéressant d’étudier les réactions à chaud. D’un côté, Ledo considère vraies les révélations immédiatement. De l’autre, Chamber notant les contradictions avec l’histoire officielle, remet en cause la véracité des informations, peu crédibles et évoque une possibilité de désinformation et de complot. Les archives disent-elles vraies ? Comment le savoir ? Voilà des questions que tout journaliste, historien, archiviste, généalogiste, voire citoyen devrait se poser…

Gargantia_4

Ces révélations sont d’une telle importance que cela impacte la société. Dès lors la superstition, les légendes et les rumeurs dont était fait le passé doivent être remplacées par la science, car le passé joue un rôle considérable pour l’avenir. La flotte du Gargantia ressuscite alors le métier d’archéologue afin, entre autres, de rassembler et étudier les archives trouvées lors des fouilles dans les ruines immergées.

Ainsi au travers de différents éléments, la série montre les archives comme un élément fondamental, un élément naturel pour ceux qui y sont habitués, mais qui forment un vide lors de leurs absences, vide souvent rempli par les légendes. Et de démontrer à quel point, l’impact de ces archives peut modifier la société et son orientation.

Marc Scaglione

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s