All Clear : les archives entre passé et futur

Publié: 24 décembre 2016 dans Littérature
Tags:, , , , , , , , ,

All Clear est la suite directe de Black-out, ouvrage de science-fiction de Connie Willis dont nous avons déjà parlé sur ce blog. A la fin de Black Out, nous avions laissé trois historiens du futur, Mérope, Polly et Michael coincés en plein Blitzkrieg pendant la Seconde Guerre mondiale, tentant à la fois de retrouver le chemin du futur et de survivre au milieu des rues de Londres détruites en plein bombardement.

allclearTout en cherchant un moyen de retourner au XXIe siècle, les trois personnages doivent faire très attention de ne pas trop interagir avec les Londoniens de 1940 pour ne pas modifier le futur par des actions inconsidérées. Pourtant, il faut bien vivre au quotidien et les personnages s’attachent aux gens qu’ils côtoient et rencontrent même des personnalités qui changeront l’histoire de la guerre.

Comme le volume précédent, All Clear est un titre très prenant dans lequel Connie Willis réalise une description assez réaliste du Londres du Blitz et offre un ouvrage bien fichu sur les voyages temporels. L’ouvrage est facilement trouvable en poche chez J’ai lu.

Et les archives dans tout ça ??

Pour pouvoir rentrer, les trois historiens recherchent leurs congénères qui auraient pu, eux aussi, voyager à la même époque qu’eux afin de pouvoir profiter de leur portail temporel, le leur ayant été visiblement endommagé. C’est ainsi que Mike tente de retrouver un historien travaillant dans un aérodrome. Le jeune homme se fait embaucher comme reporter et peut ainsi farfouiller « aux archives de l’Express pour regarder les vieux numéros à la recherche de noms d’aérodromes ».

De nombreux passages de l’ouvrage montrent les personnages effectuant des recherches dans les archives des journaux, sans doute moins inaccessibles que celles des services publics plutôt perturbés en temps de guerre.

Afin de se rassurer sur leur devenir et ceux des autres historiens, les trois amis explorent les archives en quête d’acte de décès qui pourraient les concerner eux ou leurs proches. Les archives sont, pour eux, la seule façon, de se confronter à la vérité.

All Clear montre également que les archives ne sont pas épargnées par les ravages de la guerre : « la bombe de précision qui avait vaporisé Saint-Paul avait aussi détruit les archives du Comité d’évacuation« . Les conflits sont dévastateurs pour les vies humaines mais aussi pour les informations historiques que les archives contiennent. Nous savons bien que l’histoire que nous écrivons est tributaire du matériau archivistique dont nous disposons et que les conflits provoquent des pertes archivistiques considérables. Ici, l’historien du XXIe siècle tentent de combler les lacunes par l’interview de témoins de l’époque concernée et donc par la constitution d’archives orales dont on sait combien elles peuvent être sujettes à caution.

Enfin, l’historien pose la question de la fiabilité des sources : « j’aurais du vérifier en croisant avec d’autres archives historiques » se demande l’un d’entre eux montrant la nécessité de toujours confronter plusieurs versions d’un même fait. Il énumère par la suite plusieurs dépôts dans lesquels il doit se rendre : « les archives du musée (…)celles du British Museum. Et les archives nationales. Et celles du Times, du Daily Herald, de l’Express. » Ce passage évoque différents types de sources, publiques et privées, qui peuvent se compléter avec bonheur.

Recherches historiques, croisement des sources, constitution d’archives orales, All Clear évoque de nombreuses préoccupations des chercheurs en Histoire. Il n’est toutefois nulle part question de ceux qui en sont les gardiens, aucun archiviste n’est mentionné dans ce livre. Mais l’essentiel n’est-il pas que les archives procurent une fois encore les réponses que cherchent nos héros ?

Sonia Dollinger

Publicités
commentaires
  1. Pierre dit :

    Merci Sonia !
    J’avais découvert Blackout grâce à toi… Et donc aussi de découvrir la suite !

    J'aime

  2. […] – est fan des ouvrages de Connie Willis. Nous avons déjà évoqué en effet, Black Out et All Clear, deux récits qui avaient pour cadre Londres pendant la Seconde Guerre […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s