Batman le culte des archives ?

Publié: 11 septembre 2016 dans BD, comics, manga
Tags:, , , , ,

Ayant eu l’occasion de chroniquer Batman le Culte sur Comics have the Power, j’ai pensé qu’un petit billet sur le sujet ne serait pas superflu sur Archives et Culture pop’ car, bien évidemment, il est question d’archives dans cette aventure du Chevalier noir.

Inutile de présenter Batman, héros créé par Bob Kane et Bill Finger, qui apparaît pour la première fois dans Detective Comics n°27 en 1939. Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis cette période mais l’homme chauve-souris est toujours bien présent dans le monde des comics et ce personnage donne lieu à de multiples publications.

batmanculteIci, nous avons affaire à une aventure écrite par Jim Starlin et dessinée par Bernie Wrightson en 1988, récit qu’Urban Comics a décidé de republier en français en cette année 2016. Batman, le Culte est un titre qui peut se lire sans connaître forcément les aventures de Batman de manière approfondie.

Dans cette histoire, Batman est prisonnier du diacre Blackfire et de ses séides qui forment une sorte de secte. Le diacre joue sur la peur des habitants de Gotham City qui vivent dans un sentiment d’insécurité permanent et sur le désespoir des sans-abris dont il fait ses recrues. Blackfire promet une ville plus sûre et un avenir radieux à ceux qui suivront ses préceptes tandis que les médias lui offrent une publicité irraisonnée. Mais les intentions de ce diacre sont-elles si pures ? Que peut faire un Batman affaibli, drogué et séquestré pour tenter d’enrayer la marche de Blackfire vers le pouvoir ?

Ce récit interroge notre rapport à l’autorité, au recours à l’homme providentiel dans une société malade de la peur et emplie de désespoir. Elle met le doigt également sur les faiblesses du monde des médias qui font la course au reportage sensationnel plutôt que de tenter une analyse en profondeur, du monde politique corrompu et impuissant et des forces de l’ordre qui n’en sont que le bras armé.

Et les archives dans tout ça ??

Les archives apparaissent en pleine crise. Gotham City est partagée en deux entre les partisans du diacre Joseph Blackfire et ses adversaires. Le « nouveau messie » monte en puissance et recrute de plus en plus d’adeptes.

Le commissaire Gordon, fidèle allié de Batman cherche à en savoir plus sur ce personnage assez trouble et demande à voir le dossier de Joseph Blackfire. On s’adresse donc aux archives où le dossier est classé. L’adjoint de Gordon prévient son patron : « les archives viennent d’appeler, c’est en chemin » ce à quoi un Gordon impatient répond : « pourquoi c’est si long ? » laissant entendre que l’affaire traîne et que ce n’est absolument pas normal. L’adjoint justifie alors le délai : « ils ont dit que ça remonte à loin » sans autre forme d’explication.

Cela signifie-t-il qu’il existe plusieurs dépôts ou magasins selon la date des documents ? Cela évoque-t-il les trois âges des archives ? Gordon pense sans doute que, comme Blackfire est en pleine activité, son dossier est assez récent et donc facile à trouver voire encore dans les archives courantes ou intermédiaires. Or, ce que dit son adjoint sous-entend que ce dossier est intégré aux archives définitives. Cet état de fait laisse le commissaire perplexe car selon lui : « le diacre m’a l’air d’avoir la quarantaine, pas plus (…), son fichier devrait être sur microfilm« .

Ici, c’est la question du support qui est abordée : le commissaire laisse ainsi entendre que les dossiers récents sont microfilmés alors que les plus anciens sont conservés en version papier. Le microfilmage évite ainsi de perdre du temps en recherches en déplaçant les dossiers et en consultant une version dématérialisée. Quelle n’est alors pas sa surprise lorsqu’un agent pousse un chariot rempli à ras-bords de dossiers en vrac.

culte_1

c’est quoi ce boxon ?

La question se pose alors soit de l’efficacité des archivistes soit du soin apporté aux dossiers lors du transport par les agents de police depuis les Archives. Sans blague : quel professionnel aurait accepté que ses dossiers soient balancés en vrac dans un chariot de cette manière ?

culte_2

des archives à la nicotine

Quelque part plus loin, le sort des archives sorties de leur réserve est toujours aussi peu enviable : Gordon fume à proximité des documents sans aucune précaution et le tableau apocalyptique de son bureau ferait frémir n’importe quel archiviste : les dossiers sont par terre dans un désordre indescriptible, je plains le collègue qui aurait à remettre de l’ordre dans tout ça, il y aurait de quoi aller décapiter Gordon à la hache ! Et en plus, comme il ne trouve pas cohérent ce qu’il voit, Gordon remet en doute le travail des archives : « ils ont dû se tromper et mélanger les fichiers« …heu vu l’état du chariot : oui, fatalement mais est-ce la faute des archivistes ou des bourrins qui ont chargé le chariot ?

culte_3L’étude des archives plonge Gordon dans la perplexité la plus totale, elles ne résolvent rien cette fois-ci, mais contribuent à l’épaississement du mystère. Elles prouvent seulement que Blackfire est présent dans des documents très anciens ce qui signifierait que son père avant lui avait commis un certain nombre de méfaits ou que Blackfire est doté de pouvoirs inimaginables.

Confier des archives à un service versant fait parfois un peu peur car on ne sait pas toujours dans quel état ce dernier va nous les rendre. La lecture de Batman, le Culte confortera les plus angoissés d’entre nous dans leurs craintes, j’en ai peur !

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s