Final Fantasy Record Keeper : SOS Archives en danger

Publié: 20 août 2016 dans Jeux
Tags:, , , ,

Final Fantasy Record Keeper est un jeu free-to-play sorti sur iOS et Android au premier trimestre 2015, développé par le studio japonais DeNA et édité par Square Enix. Il est l’un des avatars de la franchise Final Fantasy, série de jeux de rôle vidéo-ludique dont le premier opus est sorti en 1987 sur la Famicom.

Final_Fantasy_Record_Keeper

L’histoire ?

Le monde connaît une période de paix et de prospérité, ceci grâce à l’influence des histoires et mythes du passé. Ces chroniques ont été scellées par les gardiens d’archives (Record Keeper en VO) dans des tableaux conservés aux archives royales. Mais la corruption s’est éveillée et attaque les tableaux, menaçant de disparition toutes ces histoires.

Tyro l'apprenti gardien des archivesVous incarnez Tyro, un apprenti-gardien des archives envoyé par le directeur, Docteur Mog, pour pénétrer dans les tableaux et revivre les histoires afin de sauver les royaumes d’archives.

Et les archives dans tout ça ?

Ici les archives sont au cœur de l’intrigue, même si ce n’est qu’un prétexte. Un prétexte intelligent qui permet aux scénaristes d’exploiter le riche univers de Final Fantasy, offrant aux joueurs la joie de retrouver certains personnages. Du fanservice à la sauce 16-bits un chouïa répétitif.

Mais au-delà du prétexte pratique, on peut quand même y voir quelques métaphores intéressantes. On retrouve d’abord le très classique lien entre la bonne connaissance du passé et la prospérité future. Sans passé, point de futur. D’où l’imminent danger.

Pour les sauver, il faut revivre ses archives, ses souvenirs. Ainsi, simplement conserver ne suffit pas, si on ne valorise pas, si on ne communique pas les archives, ce n’est que du papier mort. Il est nécessaire de les rendre vivants pour leur donner de l’efficacité.

Combats dans les souvenirs

combats dans les souvenirs

La cause de la corruption est aussi intéressante : il s’agit d’archives scellées dans des donjons cauchemars car jugées trop puissantes, découvertes grâce à d’autres archives qui avaient été perdues. Ainsi le secret et l’oubli du passé sont les causes de la perte de la paix future. A méditer.

A noter, que malgré le rôle prépondérant des archives pour leur société, les gardiens des archives sont en sous-effectifs importants. C’est un apprenti qui est envoyé pour faire le travail…

Personne a pensé à son dos

pauvre Tyro, personne n’a pensé à son dos !

Enfin, les archivistes, qui auront suivi les querelles qui ont agité une partie de la communauté il y a quelques années, pourront remarquer avec une certaine malice que les traducteurs ne se sont pas embêtés, et auront traduit « record » par « archive ».

Marc Scaglione

Publicités
commentaires
  1. Frédéric Kistersd dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet artile amusant.

    Vous faites à quelle querelle interne à la communauté ? La dénomination des archives ?

    J'aime

    • Marc dit :

      Bonjour Frédéric,

      merci pour votre commentaire.
      Je fais référence à la querelle autour de la traduction du mot « records », apparue lors de l’arrivée de la norme ISO 15489 en France. Le terme « records » est le reflet d’une conception archivistique anglo-saxonne différente de la pensée francophone.
      Mais tout cela n’est plus problématique depuis que tout le monde s’est mis d’accord sur la traduction de record en « document d’activité ».

      Voilà voilà

      Marc

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s