Jonathan et Jennifer, les archivistes milliardaires

Publié: 5 août 2016 dans Séries
Tags:, , ,

« Jonathan Hart wooooo, Jennifer Hart, wooo, les justiciers millardaires ». Si vous avez souri ou fredonné la suite, alors, vous avez déjà vu des épisodes de cette série bien connue diffusée originellement en 1979 sur ABC aux Etats-Unis puis en France à partir de 1981 sous le titre « Pour l’amour du risque ».

risqueC’est grâce à la vigilance d’un de nos fins limiers, Christelle Lachiche, que je peux vous présenter aujourd’hui un épisode de cette série dans le cadre du blog Archives et Culture pop’. En effet, Christelle a déniché le vingtième épisode de la deuxième saison, intitulé « le secret de la maison des Hart » (Blue Chip Murder en version originale).

Dans cette aventure, Jonathan et Jennifer Hart découvrent avec horreur qu’ils ont été cambriolés. Jonathan est assommé par un personnage masqué qui prend la fuite. Alors qu’ils rangent leur maison en désordre, les époux découvrent un bouton qui leur donnent accès à une pièce secrète. Les Hart se rendent compte que leur maison révèle bien des mystères  et décident d’enquêter sur le sujet et sur l’ancien propriétaire de leur demeure, l’architecte Lawrence Frieman.

Voilà donc le couple de justiciers parti pour résoudre une nouvelle enquête qui les concerne au premier chef.

Et les archives dans tout ça ??

Dès qu’ils découvrent l’existence de la pièce secrète et des convoitises qu’elle attise, les Hart souhaitent en savoir plus sur leur maison et leur ancien occupant. Le couple part à la rencontre d’un homme qui a bien connu Lawrence Frieman et font appel à ses souvenirs, ce qui ne leur apporte pas grand chose dans un premier temps. La seule chose que leur interlocuteur apprend au couple, c’est que le précédent occupant de leur maison est mort millionnaire mais que son portefeuille d’actions a disparu. L’enquête semble mener à une impasse…

Mais l’interlocuteur des Hart leur suggère d’interroger « Miss Cox, aux archives ». Jonathan Hart s’étonne : « Mais, je croyais que vous n’aviez pas de dossier si anciens » ce à quoi il lui est répondu : « nous n’avons pas de dossier, mais nous avons Miss Cox, c’est une véritable encyclopédie vivante ».

En l’absence de l’existence de dossiers, c’est donc à la mémoire de l’archiviste qu’on fait appel, elle est presque confondue avec un document d’archives puisqu’elle est aussi à même de donner la réponse et d’avoir conservé en mémoire l’information qui intéresse les Hart. Toutefois, est-elle vraiment fiable quand on met en garde les Hart de cette manière : « je vous préviens, elle a tendance à avoir une imagination débordante ». Bref, d’un dossier papier ou de la mémoire de l’archiviste, la trace écrite reste la plus fiable en théorie mais dans le cas qui nous occupe, elle a disparu.

risque_2

C’est donc la mémoire de Miss Cox qui fait office d’archives. On découvre d’ailleurs une archiviste assez fidèle au cliché du genre : âgée, munie de cheveux gris attachés en chignon et de petites lunettes de presbyte. Elle évolue dans une petite salle d’archives dotée de casiers au milieu desquels elle virevolte avec aisance. la pièce est extrêmement bien rangée et lorsqu’un employé vient lui demander un dossier, Miss Cox ne met pas cinq minutes à le trouver ! Miss Cox est d’une aide précieuse pour Jonathan et Jennifer Hart en leur donnant des précisions sur les actions de Lawrence Frieman, actions qui restent toutefois introuvables.

risque_3

Les Hart retournent toute la maison sans succès mais sont victimes d’une tentative de meurtre. Y-aurait-il dans cette fameuse maison une autre pièce cachée ? Comment le savoir ? Jonathan part en quête des plans de construction de la demeure. Max le majordome suggère donc d’aller consulter les plans aux Archives de la ville. Jonathan répond une chose curieuse : « normalement oui, mais la maison a plus de cinquante ans, ça fait beaucoup ». Étonnante réponse , les archives ne sont-elles censées conserver que des documents d’urbanisme récents ?

risque_4

Autre éclair de génie : Lawrence Frieman avait fait ses études à l’Ecole d’architecture de Paris, et si les plans de sa maison étaient là-bas ? Pourquoi me direz-vous ? Parce que les plans de Frieman ont une valeur historique et « qu’il en a peut-être fait don à cette école ». Et on aborde grâce à ce petit passage le casse-tête des lieux de conservation des archives privées, bien connu des chercheurs.

Les Hart joignent alors Monsieur Beuchet, le conservateur des archives de l’Ecole d’architecture. Tout aussi vieux que son homologue américaine, Monsieur Beuchet a un bureau d’un autre standing et il se trouve qu’il est parfaitement à même de renseigner les Hart car il connaît les plans de la maison de Frieman, le hasard est bien fait :-).

risque_6

Le conservateur indique qu’il va chercher les plans pour répondre aux questions du couple. Réflexion de Jonathan : « le temps qu’il fouille dans ses archives, j’ai peut-être le temps de me rendormir ». Pas de chance pour le justicier milliardaire, le conservateur met la main sur les plans de la maison en deux temps trois mouvements et apporte la réponse à l’énigme de la pièce cachée.

risque_7

Ainsi, en un seul épisode, ce sont deux archivistes qui débloquent une situation en apparence inextricable. La vision des deux personnes est plutôt amusante bien que fidèle aux clichés, ce sont des personnes plutôt affables, sympathiques et serviables. Leur compétence n’est pas à remettre en cause puisqu’ils répondent vite et de manière très efficace. La vision des archives est aussi surprenante : la série véhicule l’idée qu’on ne conserve pas d’archives très anciennes et ce qui a plus de cinquante ans semble déjà très vieux.

risque_5

Même les justiciers milliardaires ne peuvent rien sans archives ni sans archivistes, à méditer !

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s