Dark Souls 1 : les archives du Duc

Publié: 8 juillet 2016 dans Jeux
Tags:, , , , ,

Cette semaine, Marc nous présente à nouveau un jeu vidéo dans lequel les archives sont bien mises en valeur.

Dark Souls est un jeu développé par le studio tokyoïte From Software et édité par Namco Bandai Games. Sorti en 2011 sur PC, PS3 et Xbox 360, ce jeu de rôle est vite reconnu pour sa grande difficulté et son univers sombre de dark fantasy. Le scénario ne se dévoile pas aisément et laisse une grande part à l’interprétation, conformément au souhait du développeur en chef, Hidetaka Miyazaki. Ce dernier lisait souvent, plus jeune, des « livres dont vous êtes le héros » en anglais, et lorsqu’il ne comprenait pas, imaginait l’histoire. Miyazaki souhaitait donc offrir une expérience de ce type au joueur. Et en effet, ce dernier est plongé dans l’univers sans rien en connaître et devra chercher des réponses par lui-même. Dark Souls connaît un succès critique et un public de niche, qui lui valut deux suites.

Dark Souls 1

Quelle est l’histoire ?

Au début était l’Âge des Anciens, dirigé par les dragons. Puis naquit la Première Flamme, et avec elle, la Vie, la Mort, le Temps, la Lumière et les Ténèbres. Quatre êtres trouvèrent dans la flamme des Âmes de Seigneurs : Nito, le Premier des morts ; la Sorcière d’Izalith ; Gwen, le Seigneur de la Lumière ; et le Pygmée, père des hommes.

Les Seigneurs abattirent les Dragons grâce à Seath l’Écorché (Seath the Scaleless en vo), un dragon albinos jaloux, qui révéla le secret de l’immortalité de ses frères.

Seath

Seath

Débuta alors l’Âge du Feu, dirigé par les Seigneurs. Mais il advint que la Première Flamme commença à faiblir et en même temps apparut la Marque Sombre sur certains humains. Les porteurs devenaient des morts vivants, ressuscitant à chaque décès avec le risque de devenir des carcasses (i.e. des zombies) s’ils perdaient buts et espoirs. Les Morts-Vivants furent traités comme des parias et enfermés loin au Nord.

Vous incarnez un Mort-Vivant Élu, s’échappant de prison pour se rendre à Anor Londo, la capitale des Dieux.

Et les archives dans tout ça ?

Lors de sa visite d’Anor Londo, le héros doit traverser les « Archives du Duc », aussi appelées « Archives Royales ».

Le Duc n’est autre que Seath l’Écorché. En récompense de sa trahison, Gwen lui octroya ce titre ainsi que le droit d’effectuer ses recherches. Seath s’installa et créa les archives, fruit de ses recherches pour acquérir l’immortalité. Mais petit à petit, Seath finit par devenir fou, s’enferma dans les archives et les fit garder par des monstres. Le joueur doit parcourir ses niveaux, rencontrer Seath et le tuer.

Des archives partout

Des archives partout !

Les recherches de Seath donnèrent naissance à la sorcellerie, et les quelques bribes de savoir qui fuitèrent des archives permirent aux humains de fonder leurs propres écoles de sorciers. Lors de l’aventure, le héros croise Logan le Galurin (Big Hat Logan en vo), le plus grand sorcier humain, en quête de la source de la sorcellerie et donc des archives du Duc.

Logan dans les geôles des archives

Logan dans les geôles des archives

Finalement capturé par les créatures de Seath et jeté dans les geôles des archives, dans le but de servir de cobaye, le héros est libéré et étudie alors les archives, « puits de savoir ». Mais petit à petit, lui aussi perd la raison.

La quête de Logan

la quête de Logan

Les archives sont généralement polarisées autour de 3 grandes figures : le producteur d’archives, le conservateur d’archives (l’archiviste), le consultant d’archives (le lecteur ou chercheur). Le jeu offre deux portraits : Seath, le chercheur-créateur d’archives, jaloux de son savoir et prêt à tout pour conserver les documents ; Logan, le chercheur-lecteur d’archives, obsédé par sa quête de savoir en faisant fi du reste. Des portraits que les archivistes ont l’occasion de croiser lors de la collecte ou de la communication des documents, avec plus ou moins de gravité (moins généralement et tant mieux !).

Les archives ici rendent fou. Mais est-ce la vérité ? Existe-t-il des savoirs trop dangereux pour être être connus ? Ou les archives ne sont-elles que l’incarnation de la démesure de l’obsession de ces chercheurs, démesure qui les amène à la folie ?

Au joueur de se faire une idée sur la question !

Marc Scaglione

Publicités
commentaires
  1. […] pas le point fort. Mais « Archives et Culture Pop » a quand-même fait un post là-dessus. Question de point de […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s