Les vents du changement passent-il par les archives?

Publié: 22 avril 2016 dans Littérature
Tags:, , , ,

Ayant envie de replonger dans mes lectures adolescentes, je fis l’acquisition tout récemment d’un recueil de nouvelles d’Isaac Asimov que je n’avais pas encore lu jusqu’à présent. Trois des nouvelles présentes dans ce volume évoquant les archives, nous voici partis pour un billet sur la figure tutélaire de la science-fiction.

Nul n’est besoin de présenter Isaac Asimov , l’immense auteur de science-fiction qui a écrit entre autres Fondation et ses suites et les Robots qui a donné lieu à une adaptation cinématographique plutôt réussie dans laquelle Will Smith tient le rôle-titre. Ces deux titres évoquent les intérêts majeurs d’Asimov : la psychohistoire et la robotique.

Isaac Asimov a publié de nombreux recueils de nouvelles dont celui que nous tenons entre les mains publié chez Folio SF en 2005, l’édition originale datant de 1983 et  étant dans sa version française pour la première fois en 1985. Les Vents du changement et autres nouvelles comporte vingt récits d’inégale qualité, tantôt drôles, tantôt angoissants qui évoquent évidemment les progrès scientifiques et les questions philosophiques qui s’en dégagent. Quelle utilisation l’Homme fera-t-il de ses nouvelles découvertes ? La machine créée de la main de l’Homme dominera-t-elle son créateur ?

asimov

Sur l’ensemble des vingt nouvelles, nous en avons retenu trois puisqu’elles évoquent les archives.

La première nouvelle a pour titre Crédible et raconte les mésaventures du professeur Roger Toomey qui a le pouvoir de léviter mais est en butte à l’incrédulité de ses pairs.

Dans De peur de se souvenir, il est question d’un employé de bureau plutôt terne qui, à la suite d’une expérience, développe sa mémoire et n’oublie plus rien.

Enfin, la troisième nouvelle qui nous intéresse est celle qui donne son nom au recueil : Les vents du changement. Dans ce récit, le chercheur Jonas Dinsmore révèle à ses deux rivaux au poste de recteur de l’Université qu’il a pu voyager dans le temps pour les discréditer et les empêcher d’obtenir le poste convoité.

Ces trois nouvelles sont parmi les plus percutantes du recueil et il est intéressant qu’elles évoquent toutes à un moment clef la notion d’archives. Quoi qu’il en soit, archives ou pas, Asimov reste un monument de la SF et de la littérature en général à côté duquel il serait vraiment dommage de passer.

Et les archives dans tout ça ??

asimov_2

Dans Crédible, Toomey a été vu en train de léviter par un groupe d’étudiants et des confrères universitaires. Ces derniers, avant de constater le phénomène, avaient traité leur collègue de fou. Alors qu’un agent du gouvernement interroge Toomey pour le faire avouer qu’il peut voler et indique qu’il dispose de témoignages et de dépositions d’étudiants, Toomey rétorque : « quelles sortes de dépositions ? Des dépositions sensées que vous seriez prêts à mettre en archive et à montrer à mon député ? »

Pour Toomey, le seul témoignage valable dans une affaire est donc celui qui est digne d’être archivé et donc celui qui doit faire foi. Il donne ainsi au document d’archives un brevet de vérité. On sait pourtant bien que le fait de conserver un document ne veut pas forcément dire que ce qu’il contient est vrai et qu’il faut interroger la source et la confronter afin de déterminer la valeur de son contenu. Pour Asimov, le fait d’archiver une déposition lui donnerait un statut presque sacré.

Dans De peur de se souvenir, Heath, l’homme dont la mémoire a été boostée et qui n’oublie plus rien fait du chantage à son supérieur qui avait dissimulé une information capitale pour la société faisant perdre à leur employeur un quart de million. Heath indique à son chef qu’il « existe un memorandum qui n’est pas dans nos archives mais qui peut être reconstitué sans difficulté à partir des données incluses. Il faudra [expliquer]son absence et on pensera que vous l’avez détruit ».

Ainsi, la disparition du dossier des archives aurait pu permettre d’étouffer l’incompétence d’un responsable négligeant mais Heath ayant réussi à récupérer des données éparpillées et à reconstituer ainsi un dossier cohérent, la disparition du dossier d’archives ne constitue plus un problème. Des données se promenant dans l’ordinateur ont permis à Heath de pallier la perte du dossier original. Avec des décennies d’avance, Asimov montre l’intérêt d’une bonne gestion des archives électroniques…

Enfin, dans Les vents du changement, Jonas Dinsmore reproche à ses deux collègues universitaires de n’agir que pour la gloire et la renommée et de vouloir le poste de recteur que pour l’honneur qu’il représente. Il interpelle l’un des deux en ces termes : « Et seriez-vous satisfait de tout cela, Adams, si personne ne le savait ? Si tout était effacé des archives et des relations historiques, si cela devait rester un secret entre vous et le Tout-Puissant ? » A

Ainsi, la motivation profonde de la recherche du pouvoir serait de laisser sa marque, sa trace ? Et si finalement, laisser une trace dans les archives était la motivation secrète et inavouée de l’être humain ?

Quel plus bel hommage aux archives que celui-ci ?

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s