C’est à la générosité d’une amie prénommée Marion que je remercie ici que ce billet est né puisqu’elle m’a offert quatre tomes de la bande dessinée L’Agence qui compte actuellement six volumes. Dans le premier tome, intitulé Dossier Léda, il est question d’archives, me voilà donc partie pour une petite chronique !

L’Agence est le fruit d’une collaboration entre Agnès et Jean-Claude Bartoll au scénario, Thomas Legrain au dessin et Laurence Busca à la couleur. Jean-Claude Bartoll est un scénariste né en 1962 à Barcelone, grand reporter et journaliste d’investigation, scénariste pour la télévision et le cinéma. En 2002, il publie sa première série de bandes dessinées, Insiders qui évoque la mainmise mondiale de la mafia et la manière dont la Maison Blanche infiltre les filières mafieuses. Cette première série est suivie de nombreuses autres où il est souvent question de terrorisme  de complots. Il travaille régulièrement avec sa femme Agnès également grand reporter et productrice pour la télévision. Le dessinateur de la série est Thomas Legrain, artiste belge, également connu pour la série Sisco.

Le premier volume est paru chez Casterman en 2006 dans la collection ligne rouge. Cette série tourne autour de l’Agence MX-22 et de ses quatre membres, Rafaëllo, Souad, Saint-Alban et Kim, qui luttent contre le juteux trafic d’œuvres d’art à l’échelle mondiale.

Agence cover

Dossier Léda évoque un trafic inspiré de faits réels, ceux des tableaux de maîtres pillés par les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le récit s’ouvre alors que les hauts dignitaires nazis ont caché un trésor de guerre et des milliers d’œuvres d’art dans la mine de Merkers que les Américains évacuent après la victoire…pourtant un convoi américain transportant des œuvres est attaqué. Que deviennent les toiles qui se trouvaient dans les convois ?

Le tableau suivant nous emmène à Londres à l’époque contemporaine chez le magnat des médias, sir Richardson qui, après de très mauvaises affaires, semble proche de la ruine. A Paris, les membres de l’Agence tombent sur un tableau disparu depuis les confiscations nazies, comment cette œuvre est-elle arrivée jusqu’ici ? L’Agence doit résoudre ce mystère et comprendre comment le tableau se retrouve chez un galeriste et qui en est le mystérieux propriétaire. Parallèlement, une obscure organisation cherche également à s’emparer de la toile…

Cette bande dessinée revient donc sur les confiscations d’œuvres d’art effectuées par les nazis et notamment Goering pendant la Seconde Guerre mondiale et pose la question de ce que sont devenus les tableaux à la fin du conflit et du trafic lucratif qui a longtemps prévalu en la matière.

Le rythme du récit est ultra rapide et ce premier tome ouvre la porte aux suivants car les deux groupes rivaux se retrouveront tout au long des volumes de la série. Si vous êtes intéressé par l’histoire de l’Art, les spéculations obscures dont les œuvres font l’objet, vous devriez trouver votre bonheur avec l’Agence.

Et les archives dans tout ça ??

L’Histoire est bien présente dans ce titre, ne serait-ce qu’avec les récits des pillages nazis et des intrigues russes ou américaines pour faire main basse sur les trésors rassemblés par l’Allemagne. L’identité d’un grand collectionneur fait également l’objet de recherches minutieuses de la part des membres de l’Agence MX-22. Pourtant, malgré les recherches, on ne trouve aucun acte de naissance, ni dossier militaire ou fiscal du collectionneur mystérieux, les archives restent presque muettes mais la trace de la délivrance d’un passeport en 1948 est finalement retrouvée.

Enfin, les archives sont bien mentionnées par Rafaëllo, le directeur de l’Agence, lorsqu’il évoque sa présence dans l’armée américaine en 1945 et sa mission qui était de rendre les œuvres pillés à leur légitime propriétaire. Pourtant, les archives mentionnent régulièrement la destruction d’œuvres par « l’inadvertance de travailleurs étrangers pillards », ce qui semble masquer une réalité plus complexe.

L'Agence

Trafics, spéculations et archives, voilà un mélange détonnant !

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s