Des archives qui vous possèdent

Publié: 17 octobre 2015 dans Films
Tags:, , , ,

C’est encore à la vigilance d’Emilie Rouilly que vous devez ce billet puisqu’elle m’a signalé l’existence du film qui fait l’objet de ce post, qu’elle en soit donc remerciée.

The Canal est un film d’épouvante irlandais réalisé par Ivan Kavanagh, sorti en 2014 et disponible sur Netflix depuis début octobre 2015. Le rôle titre est tenu par Rupert Evans. Ce film reprend les grands principes du film d’horreur s’inspirant aussi bien de The Ring que de Sinister ou American Horror story. On y trouve des évocations de démons, une maison hantée, d’éventuelles possessions et des meurtres, bref, de quoi réjouir les amateurs de genre.

The_Canal_2014_Irish_horror_movie_poster

L’ambiance est angoissante et poisseuse et le rythme parfois assez lent peut exaspérer les amateurs de thrillers allant à fond à l’heure. Ce rythme permet d’installer l’angoisse, l’attente fébrile étant un élément essentiel dans ce type de film.

L’histoire est celle de David Williams, un archiviste qui travaille aux Archives nationales du Cinéma. Il emménage avec sa femme Alice dans une vieille maison proche d’un canal dont ils tombent amoureux. Cinq ans plus tard, ils mènent une vie en apparence tranquille avec leur petit garçon Billy, né peu après leur installation. Alice semble mener une vie brillante, bien plus excitante que celle de son mari qui est complexé et soupçonneux.

20151017_152006

Au boulot, David apprend que sa maison fut témoin de meurtres horribles au début du XXe siècle. Il se sent de plus en plus mal à l’aise. En parallèle, il entend des bruits étranges dans la maison. Sa femme, Alice, semble mener une double-vie. En dire davantage serait vous gâcher la suite, je vous invite donc à regarder par vous-même ce film angoissant si vous n’êtes pas trop sensibles.

Et les Archives dans tout ça ??

Le héros principal, David, est archiviste aux Archives nationales du Cinéma.

20151017_144831

Aucun stéréotype, David est un humain normal, jeune, plutôt bien fait de sa personne, sans lunettes ni blouse poussiéreuse. Le film démarre sur une séance de projection de films anciens réservés à des ados. David tente de faire de l’humour et de les intéresser en leur demandant s’ils croient aux fantômes et en leur expliquant que les films qui vont leur être projetés leur permettront d’en voir étant donné que tous les gens présents sur la pellicule sont morts depuis longtemps…la plaisanterie tombe à plat.

20151017_152633

Lors d’une soirée chic où sa femme l’emmène, le patron de cette dernière ne salue même pas David. Quand Alice présente son mari, le patron réplique : “ah oui, le bibliothécaire?”…David jette un regard désabusé et sa femme rectifie : “il est archiviste”! Il semble que la confusion qui règne entre les deux métiers soit donc également valable en Irlande!

20151017_152835

Tout au long du film, David se plonge dans les archives, qu’il s’agisse des archives cinématographiques, des archives de presse, des photographies anciennes. Il se laisse d’ailleurs complètement possédé par les informations qu’il y voit et qu’il y lit.

20151017_15223920151017_152046

Les archives finiraient-elles par prendre vie pour mener le destin de ceux qui les consultent ? Ce pouvoir occulte laisse songeur !

 

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s