Des archives meurtrières ? Le Rituel de l’Ombre ou les risques du métier

Publié: 27 juin 2015 dans Littérature
Tags:, , , ,

C’est grâce aux conseils de ma collègue Chrystelle Langlais que ce billet a pu voir le jour. En effet, connaissant mon goût pour les thrillers, elle m’a orientée vers la lecture du premier volume des aventures d’Antoine Marcas, policer franc-maçon, intitulé Le Rituel de l’Ombre, publié en 2005 chez Fleuve Noir et maintenant disponible chez Pocket. Une partie des aventures du policier est désormais disponible également en bande dessinée chez Delcourt.

marcas-maitre-franc-macon-1-le-rituel-de-l-ombre-1-2

Antoine Marcas est un personnage né de l’imaginaire du duo formé par Eric Giacometti et Jacques Ravenne. Eric Giacometti est journaliste au Parisien et a notamment enquêté sur les spoliations de biens sous l’Occupation et sur de nombreuses affaires de corruption dans tous les domaines y compris la franc-maçonnerie. Son complice, Jacques Ravenne – pseudonyme de Jacques Ravaud – est romancier et éditeur. Ce dernier est lui-même franc-maçon ce qui explique les nombreuses précisions glissées au fil des pages des histoires mettant en scène le personnage d’Antoine Marcas.

Marcas, héros de la saga, est commissaire de police et franc-maçon, initié au Grand Orient de France. Ses enquêtes où l’occulte et l’ésotérique sont régulièrement convoqués mêlent donc ses deux vies, celle de policier et celle de maçon. Marcas croise au cours de ses enquêtes de nombreux « frères » mais aussi d’autres sociétés secrètes ou des personnages ayant joué un rôle sur le plan ésotérique à toutes les périodes de l’Histoire.

Le premier volume intitulé Le Rituel de l’Ombre présente donc le personnage d’Antoine Marcas qui est aux prises, pour sa première aventure, avec la société de Thulé, une société secrète née aux débuts du XXe siècle ayant inspiré le nazisme et adversaire ancestral et acharné de la franc-maçonnerie.

rituel

Ce thriller est l’occasion de plonger dans les méandres des rites maçonniques qui s’intègrent parfaitement au récit sans être plaqués sur une histoire dans laquelle des descriptions trop longues nuiraient au rythme. Ainsi le néophyte apprend avec intérêt le sens des symboles et des rituels. L’ouvrage n’est pas une apologie publicitaire pour le Grand Orient, il en pointe également les dérives affairistes en les déplorant.

Le Rituel de l’Ombre est un bon thriller historique qui débute sur les chapeaux de roue avec le meurtre à l’ambassade de France de Rome d’une..archiviste du Grand Orient – oui, ça commence vraiment mal, vous pouvez le dire ! Au même moment, à Jérusalem, un archéologue est assassiné de la même manière. L’archiviste était en possession de documents sensibles alors que l’archéologue étudiait une mystérieuse pierre gravée. Le commissaire Marcas, associé à Jade Zewinski, responsable de la sécurité de l’ambassade de Rome avec laquelle il forme un duo explosif, vont devoir unir leurs forces pour contrecarrer les plans de la terrifiante société de Thulé.

Et les archives dans tout ça ??

Pas besoin de chercher bien loin dans cet ouvrage pour trouver mention d’archives et d’archivistes ! La première victime, Sophie Dawes, est une archiviste du Grand Orient chargée de « trier et de répertorier les tonnes d’archives qui dormaient là-bas ». Hélas, certains documents semblent être très convoités. Tout au long de son enquête, Antoine Marcas devra se plonger dans les archives maçonniques et croise régulièrement Marc Jouhanneau, Grand Archiviste du Grand Orient, personnage clef de l’histoire. Sa fonction est certes officieuse mais ce personnage est respecté et écouté de l’ensemble des frères pour lesquels la mémoire et sa transmission sont importantes. Le Rituel de l’Ombre est l’occasion d’évoquer les spoliations d’archives dont la franc-maçonnerie fut victime en France dès 1940. Ces documents, envoyés à Berlin, furent ensuite confisquées par l’Union soviétique qui les a restitués au compte-goutte du milieu des années 1990 au début des années 2000 après pertes et dispersions qui nécessitent de la part des archivistes des obédiences récolement et reclassement minutieux. Le métier d’archiviste est régulièrement mentionné ainsi que les tâches afférentes : « Sophie Dawes travaillait comme une bonne archiviste (…). Chaque document était identifié, numéroté et décrit avec précision (…) ». Dans les annexes, les auteurs ont rédigé un petit paragraphe sur les archives maçonniques évoquant les tribulations de ces dernières.

Comme vous le verrez, les archives ne sont pas qu’une histoire de mémoire et peuvent devenir un véritable enjeu de pouvoir poussant parfois des adversaires irréductibles au meurtre. Archiviste, un métier de tout repos ?

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s