Dora exploratrice d’archives

Publié: 2 mai 2015 dans BD, comics, manga
Tags:, , , , , , , ,

Ce billet doit son existence à Maud Jouve que je remercie ici. Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, nous ne traiterons pas ici d’une petite fille bondissante affublée d’une carte à gros yeux et d’un singe malin, mais d’une jeune femme des années 1950-1960 en quête de vérité et d’absolu.

Ce roman graphique paru chez l’Agrume, spécialiste de l’édition contemporaine, se veut à la fois une quête de soi, de la vérité dans un XXe siècle déstabilisé et un roman d’espionnage. Cette bande dessinée est l’œuvre de l’auteur-dessinateur argentin Ignacio Minaverry qui livre ici une peinture de la société européenne et sud-américaine très documentée sur le plan historique tout en mettant en scène le personnage de Dora qui, en découvrant son histoire se découvre elle-même peu à peu. Dora compte pour l’instant deux volumes parus en France en 2012 et 2013.

urlurl2

Dora Bardavid est une jeune fille à l’air grave. D’origine juive, elle doit son prénom au camp où son père a été déporté et duquel il n’est jamais revenu. Sa mère, avec laquelle elle entretient des relations distantes, a souhaité ainsi inscrire sa fille dans cette histoire douloureuse d’où elle ne pourra s’extraire. Le premier volume nous permet de faire connaissance avec Dora qui évolue dans l’Allemagne des années 1950, au cœur d’un Berlin encore stigmatisé par le nazisme. La jeune femme travaille comme archiviste au Berlin Document Center avec son amie Lotte. Ce centre est géré depuis 1953 par les Etats-Unis et regroupe les documents saisis aux nazis à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces documents concernent les membres du NSDAP, de la SA et de la SS et contiennent des renseignements très précis sur les camps de concentration. Marqué par son passé et le destin de son père dont elle retrouve le nom dans les fichiers de déportés, Dora copie les documents qu’elle classe et se constitue elle-même ses propres archives agrémentées par la suite de celle de son amie Lotte dont le père était un nazi. De retour en France, Dora et sa mère s’installe à Bobigny dans la toute nouvelle cité de l’Abreuvoir, la jeune femme fait connaissance avec de jeunes communistes et des partisans de l’indépendance algérienne car la guerre qui ne dit pas son nom bat son plein en Algérie. Dora est alors approchée par un agent israélien qui souhaite l’aider dans sa traque aux nazis. Dora cherche en effet la trace du docteur Mengele qui serait en Amérique du Sud. La jeune femme se retrouve en Argentine dans un pays déchiré entre Péronistes et la Junte militaire au pouvoir mais repart en France sans avoir pu trouver trace du terrible docteur.

Le second tome se déroule à nouveau à Bobigny et montre le durcissement des positions entre partisans de l’Algérie française et défenseurs de l’indépendance. Au milieu des combats, Dora rencontre Geneviève une jeune gitane orpheline avec laquelle elle s’éveille à la sexualité. Ce volume évoque de nouveaux sujets de lutte comme le droit à l’avortement, la culture pour tous symbolisée par le théâtre ambulant de Geneviève. Les amis de jeunesse font des choix parfois contraires, Dora et Geneviève sont amoureuses mais la quête de vérité ne semble pas finir avec ce second volume.

Roman graphique, historique et initiatique, peinture sociale, Dora est une lecture précieuse, à la fois douce et emplie de tensions.

Et les Archives dans tout ça ??

Comme vous avez pu le constater en lisant le résumé ci-dessus, les archives apparaissent dès les premières pages de l’œuvre. En effet, Dora travaille à Berlin pour le Berlin Document Center, organisme américain en charge des archives nazies où ces dernières sont reclassées et microfilmées avant d’être rendue avec parcimonie à la République Fédérale. C’est donc avec une jeune archiviste que nous faisons connaissance.

Dora3

Les archives sont situées évidemment en sous-sol d’une sorte de bunker. Peu de personnes y travaillent : Dora, Lotte et leur chef ainsi qu’une photographe qui vient microfilmer les documents. Ces derniers sont principalement des fiches et des rapports des autorités nazies sur la déportation et la surveillance des opposants.

Dora1

Dora ne se contente pas de les classer, elle les explore véritablement jusqu’à être confrontée à une liste de déportés contenant le nom de son père. Dora décide donc de constituer elle-même ses propres archives en photographiant ou photocopiant les documents ce qui l’amènera à la fin du second tome à être envahie par des cartons remplissant presque une pièce entière. Les archives auxquelles Dora a accès sont encore très sensibles, puisqu’elle y rencontre le nom de personnes qu’elle côtoie et qui sont en fait d’anciens nazis. C’est de ce travail d’archiviste que naît sa vocation de chasseuse de nazis. Dans cet ouvrage, on peut voir différents supports : les archives papier avec des fiches cartonnées ou des dossiers classiques et les microfilms. Dora reçoit également de son amie Lotte les journaux de son père, ancien nazi, elle conserve aussi des coupures de presse et les comptes-rendus du procès de Nuremberg.

Dora2

Si dans le premier volume, les archives sont au centre de l’ouvrage, Dora prend davantage le temps de vivre et de rencontrer de jeunes militants. Dans la deuxième partie du livre et dans le second tome, on sent que le passé pèse sur les épaules de la jeune femme délaissée par sa mère et qu’elle n’a plus forcément le courage de regarder ses documents. Pourtant, ces archives vont trouver une seconde vie puisque Dora est contactée par une avocate, Béatrice Roubini qui chasse elle aussi les anciens criminels de guerre. Dora met alors ses archives au service de cette cause.

Quand les archives rencontrent l’ego-histoire et la grande Histoire, le tout servi par un scenario bien ficelé et touchant…voilà de quoi vous donner envie d’explorer ce petit chef d’œuvre non ?

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s