XIII archives à la douzaine

Publié: 10 mars 2015 dans BD, comics, manga
Tags:, , ,

Ce billet voit le jour grâce à Fabien Rorgue, historien de mes amis, qui m’a incitée à relire l’excellente série XIII, œuvre de l’auteur Jean Van Hamme et du talentueux dessinateur William Vance. Les deux complices ont tenu leurs lecteurs en haleine pendant plus de vingt ans avec les aventures du mystérieux numéro XIII débutées en 1984. La série est désormais culte pour les amateurs de bande dessinée européenne, à tel point qu’elle renaît de ses cendres en 2009 avec deux nouveaux auteurs aux commandes : Yves Sente pour le scenario et Iouri Jigounov au dessin.

album-cover-large-11429album-cover-large-11648Couv_2073Couv_141327

Notre histoire se situe aux Etats-Unis et explore les méandres du pouvoir. Elle se nourrit de théories du complot, de guerres intestines entre services d’espionnage, d’intrigues fascistes ou de révolutions marxistes. XIII parcourt ainsi les grandes préoccupations de la fin du XXe siècle en offrant au lecteur (et aux lectrices !) comme personnage central la ténébreuse figure du fascinant numéro XIII, sorte de James Bond baroudeur balloté au gré des intérêts supérieurs de l’Etat.

Mais qui est ce XIII ? C’est bien là tout le problème. Un beau matin, un couple âgé, Abe et Sally Smith, se promène sur la plage et découvre un homme inconscient blessé gisant sur le sable. Recueilli et soigné par ces deux âmes charitables et leur amie, ancien médecin alcoolique, l’homme reprend des forces mais le coup de feu reçu à la tête l’a rendu amnésique. L’homme a une particularité : le chiffre XIII tatoué sur l’épaule. Est-il un criminel ? Une victime d’une machination ? Pas le temps de se poser trop de question : des tueurs arrivent dans la maison et tuent les trois personnes ayant aidé le mystérieux individu. Ce dernier, doué de réflexes hors du commun, parvient à échapper à ses poursuivants. Le voilà désormais seul, sans aucun souvenir…sa quête de lui-même débute alors. Elle durera pendant les 19 volumes de la première saison dont la parution s’étalera sur vingt-quatre années. Au cours de cette période, le fameux XIII endossera de son plein grès ou non treize identités différentes, les auteurs s’amusant visiblement à brouiller les pistes et à perdre leurs lecteurs avec délectation et à torturer ce pauvre XIII qui n’a aucune certitude à laquelle se raccrocher.

L’homme est perpétuellement traqué par des tueurs à la solde d’organisations diverses, se faisant concurrence les unes avec les autres, ayant parfois des intérêts convergents. On y croise ainsi la puissante Mafia new-yorkaise et ses cinq familles, le Ku Klux Klan, la CIA, le FBI, la NSA, l’IRA irlandaise et une bien étrange organisation d’extrême droite composée de XX membres aux identités surprenantes.

Alors que XIII ne souhaite que retrouver son identité, le voilà pris au milieu d’un assassinat de président des Etats-Unis et d’une révolution au Costa Verde entouré d’alliés fidèles ou de traitres – et surtout de traitresses – sans scrupules. Qui sont le colonel Amos ou la Mangouste et pourquoi le général Carrington semble-t-il s’intéresser à XIII de si près, au point de lui adjoindre son ordonnance, la belle lieutenante Jones ?

Difficile de résumer davantage ces aventures sans spoiler ceux qui n’auraient pas encore lu cette série d’anthologie. Il ne vous reste plus qu’à ouvrir ces albums et à vous laisser prendre par ce récit haletant qui vous entraine à cent à l’heure et à plonger dans ces magnifiques dessins de Vance puis de Jigounov avec en prime un tome, La version irlandaise, dessiné par le grand Jean Giraud (le grand Moebius).

Et les Archives dans tout ça ??

Vous le savez désormais, qui dit complot et machination dit bien souvent archives. Et dans XIII, des archives, il y en a partout. Elles sont souvent suggérées : on parle de dossiers – surtout de dossiers falsifiés ou disparus évidemment. Les archives sont explicitement montrées ou citées dans quatre des volumes que j’ai pu lire.

Le premier volume qui montre XIII fouillant dans les archives est le sixième tome Le dossier Jason Fly. Dans cette histoire, notre héros se retrouve dans la petite ville perdue de Greenfalls où il se fait passer pour un écrivain. XIII a récupéré un dossier le concernant indiquant qu’il pourrait être Jason Fly, fils d’un journaliste, Jonathan Fly qui a disparu de New-York sans laisser de trace. XIII se rend donc au siège du Herald Tribune où son éventuel père a travaillé. Il y rencontre « le vieux Carelli aux Archives ». Le vieil homme est un archiviste assez typé : il travaille au même poste depuis trente sept ans, ses dossiers semblent en ordre et sa mémoire est excellente mais il ne trouve aucune trace du journaliste disparu. Parallèlement, XIII tente de retrouver le dossier universitaire de Jason Fly mais ce dernier a été totalement épuré, plus aucune photo ne s’y trouve, rien ne peut donc conforter XIII dans sa certitude : est-il oui ou non Jason Fly ?

jason Fly 1

Lorsqu’il se rend à Greenfalls où XIII a finalement retrouvé la trace de son père, il apprend que ce dernier est mort depuis longtemps et cherche à en savoir plus auprès du directeur du journal local. XIII demande donc à ce dernier s’il n’aurait pas « des archives par hasard ». Le directeur l’emmène dans une pièce fort bien rangée où XIII retrouve des articles de journal évoquant la mort de Jonathan Fly.

Jason Fly 2

Dans le tome suivant, La nuit du 3 août, XIII découvre un dossier dissimulé expliquant qui a tué Jonathan Fly. Le mot archives apparait encore quand le directeur du journal de Greenfalls parle d’une pièce tranquille où il met sa « documentation et mes archives personnelles » Cette pièce est en effet encombrée de classeurs et de journaux.

nuit 3 aout

Le tome 14 intitulé Secret Défense évoque brièvement les archives de la NSA et la problématique des dossiers inaccessibles au public parce que classés « secret défense ».

Enfin, le premier tome de la seconde saison, le vingtième volume intitulé Le jour du Mayflower s’ouvre sur la détresse de XIII, toujours amnésique, qui déplore que toutes les traces de son passé ont été effacées, notamment les « archives disparues ». Ce volume plaira aussi aux généalogistes puisqu’il traite de la question.

Je n’ai pas encore lu les derniers tomes mais il y a fort à parier que dossiers secrets, embrouilles généalogiques et archives y jouent un rôle.

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s