Laisse les gondoles à Venise et viens voir son Chat archiviste

Publié: 28 novembre 2014 dans Littérature
Tags:, , , ,

La littérature jeunesse évoque le métier d’archiviste d’une bien jolie façon. J’ai découvert par hasard le premier tome des aventures du Chat des Archives, œuvre de Muriel Carminati, et j’ai été de suite conquise par le chat Borgatto, gardien des Archives de Venise.

Muriel Carminati, née à Longwy en 1956, est professeure de Lettres et écrivaine spécialisée dans la littérature jeunesse. Plusieurs de ses ouvrages ont été primés, et Muriel Carminati explore des genres littéraires divers qu’il s’agisse de la littérature jeunesse sa spécialité où se nichent de véritables petits bijoux, mais aussi la poésie, la biographie ou le roman adultes et les témoignages sur son métier.

Parmi ces petites perles à mettre entre toutes les mains des enfants de 7 à 77 ans, les archivistes seront ravis de trouver une série de trois ouvrages parus entre 2009 et 2012 chez Oslo Jeunesse. Ces trois livres ont pour héros Borgatto, le Chat des Archives, et pour décor de fond la fantastique Venise des Doges. Les deux premiers tomes sont très courts (une cinquantaine de pages) et le troisième est plus étoffé puisqu’il atteint les cent pages.

L’auteure restitue fort bien l’ambiance à la fois flamboyante et sombre de la Venise du XVIe siècle, majestueuse et intrigante. Les chats sont les véritables héros de la Sérénissime et les hommes sont, dans le premier tome, très absents, ce sont des figures lointaines mais les véritables acteurs de Venise sont les félins, fort nombreux et assignés à des tâches spécifiques puisque l’on rencontre le Chat du Palais et le Chat Archiviste en particulier, qui s’entourent d’une nombreuse escouade afin de les assister dans leurs tâches.

C’est du premier tome, Complot à Venise, qu’il sera question ici, puisque je n’ai pas encore lu les deux suivants. Avant tout, il faut souligner la beauté du dessin de couverture qui met en scène Borgatto, félin coiffé d’un tricorne étudiant de vieux grimoires à la lumière de deux bougies – ce qui est plutôt risqué dans un endroit rempli de papiers. Borgatto est certes archiviste mais il est aussi enquêteur et dispose de toute une armée d’espions à quatre pattes qui se faufilent allégrement dans les venelles vénitiennes ou sur les gondoles qui sillonnent le Grand Canal. Il s’agit de déjouer un complot visant à renverser le Doge… Mais pourquoi ?

chat-des-archives-complot-a-venise

Les chats sont des personnages que Muriel Carminati utilise pour faire passer sa passion de l’Histoire, permettant ainsi de faire passer des informations aux jeunes lecteurs de manière ludique. Même quand elle travestit la réalité pour des raisons romanesques, l’auteure précise les notions en note de bas de page. Les félins permettent aussi à l’écrivaine de faire partager ses valeurs : la lutte contre le racisme, l’acceptation de l’autre et de ses qualités, nécessaires au bon équilibre de la Cité vénitienne, lieu de passage s’il en est. Le complot contre le Doge a en effet pour but de mettre au pouvoir un personnage sombre, à la tête d’une société secrète dont le programme est de débarrasser Venise de tous ses habitants d’origine étrangère. Je vous laisse lire l’ouvrage pour savoir ce qu’il en est à la fin.

 

Et les Archives dans tout ça ??

La profession de Borgatto met les archives à l’honneur : la Sérénissime l’a embauché comme chat des Archives avec pour mission principale, outre de se prélasser entre deux rayonnages, de lutter contre les dégradations causées par les rongeurs. S’il est question de livres et de manuscrits, c’est bien aux Archives que cela se passe ! Borgatto est également un félin cultivé puisqu’entre deux courses-poursuites avec les souris ou les rats, il s’instruit et compulse les archives. Certaines ne lui plaisent pas du tout, notamment celles qui traitent de sorcellerie et qui assimilent les chats à des créatures de l’Enfer. Un accord tacite est passé avec les multiples rongeurs qui habitent les lieux qui ont le droit de boulotter les archives qui disent du mal des chats. Voilà une revisite originale du 1984 d’Orwell avec une sélection des archives en fonction non pas cette fois des nécessités politiques mais des intérêts de leur gardien poilu !

Borgatto est aidé de toute une armée de félins qui lui prête patte forte en cas de problème. Quand les archives sont victimes d’une tentative d’incendie, les chats, accourus de toute la Ville, se jettent sur les flammes pour éteindre le feu faisant preuve d’une totale abnégation se sacrifiant pour que perdure la mémoire vénitienne.

Si les archives sont victimes de la fureur des hommes, c’est parce qu’un document compromettant pour ceux qui veulent renverser le Doge s’y trouve conservé. Un homme mystérieux dérobe le texte et met le feu au dépôt pour effacer toute trace de son passage. Fort heureusement, nos félins sont futés et courageux et l’affaire se termine bien, à la fois pour les archives et pour les matous qui peuvent à nouveau couler des jours heureux tapis au milieu des parchemins. Borgatto est même félicité par le premier Rat des Archives pour avoir éteint un incendie qui aurait pu décimer toute la colonie qui a encore du travail pour continuer à grignoter les grimoires…

Sonia Dollinger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s