Archivistes, que la Force soit avec vous !

Publié: 2 novembre 2014 dans Films
Tags:, , ,

Évidemment, en tant qu’archiviste, on ne pouvait passer plus longtemps sous silence L’Attaque des Clones, deuxième opus de la deuxième trilogie de Star Wars qui est en fait la première dans l’ordre chronologique des événements.

140204083350702584

Alors que le premier épisode La Menace fantôme permettait de mettre en place les personnages et d’assister à la montée du sénateur Palpatine qui devient chancelier de la République, cette suite nous offre à voir la mort lente de la République qui, devant une menace habilement orchestrée, s’offre à une dictature militaire. Le drame, qui s’achèvera dans La Revanche des Sith, est en train de se jouer dans l’épisode clef qui fait l’objet de ce présent billet.

C’est en 2002 que Georges Lucas sort L’Attaque des Clones qui se déroule dix ans après les événements de La Menace fantôme. La République galactique est affaiblie et décrédibilisée. De nombreux systèmes, encouragés en sous-main par le comte Dooku, un Jedi renégat, ancien élève de Yoda, devenu seigneur Sith, commencent à vouloir faire sécession à l’image de la fédération du Commerce. Devant la menace sécessionniste, certains sénateurs commencent à penser que la République devrait se doter d’une armée pour se défendre en cas de guerre. Pourtant, certains sénateurs restent opposés à cette montée en puissance du pouvoir militaire à l’image de l’ancienne reine de Naboo, Padmé Amidala, chef de file des opposants à la militarisation de la République.

Lorsqu’elle arrive sur Coruscant, planète qui abrite le siège de la République, Padmé est victime d’un attentat manqué. Elle est alors placée sous la protection de l’ordre des Jedis et en particulier de deux d’entre eux, Obi-Wan Kenobi et son jeune Padawan (apprenti) Anakin Skywalker, qu’elle a déjà rencontrés dans l’épisode précédent. Anakin n’est plus l’enfant qu’elle a quitté, il est fou amoureux de Padmé. C’est également un jeune homme fougueux et orgueilleux souvent en conflit avec son maitre Obi-Wan Kenobi qui tente de freiner son caractère présomptueux, mais qui a tendance à le traiter encore en enfant.

Alors que Padmé se repose, elle est de nouveau victime d’une tentative de meurtre de la part d’une chasseuse de primes qu’Anakin et Obi-Wan poursuivent dans tout Coruscant, ce qui donne lieu à une scène de course-poursuite éblouissante. Alors que la chasseuse de primes est sur le point de révéler le nom de son commanditaire, elle est tuée par une fléchette empoisonnée. Obi-Wan mène l’enquête et se retrouve sur la planète Kamino où loge une peuplade de cloneurs qui fabriquent en secret une armée destinée à devenir celle de la République… Mais le commanditaire de cette armée de clones reste mystérieux. Sur Kamino, Obi-Wan retrouve Jango Fett, le chasseur de primes qui a abattu son ancienne comparse à coup de fléchette venimeuse. Les deux hommes se battent mais Jango Fett s’échappe.

Pendant ce temps, Anakin est chargé de ramener Padmé sur Naboo pour la protéger d’un éventuel nouvel attentat. Padmé laisse ses responsabilités au Sénat à Jar-Jar Binks, ce qui, il faut le reconnaitre, n’est pas très habile… Anakin lui avoue son amour mais Padmé résiste par sens du devoir. Eternel dilemme entre passion et devoir ! Une nuit, Anakin est assailli par un cauchemar et décide de retourner sur sa planète natale Tatooine pour retrouver sa mère. Il emmène Padmé avec lui puisqu’il doit en assurer la protection. Hélas, sa mère a été enlevée par les hommes des sables et quand il la retrouve, elle meurt. Ravagé de colère, Skywalker tue les hommes des sables jusqu’au dernier. Son âme sombre semble prendre le dessus sur la sagesse enseignée par les Jedis.

Pendant ce temps, Obi-Wan poursuit Jango sur la planète Géonosis où il découvre que la Fédération séparatiste du Commerce s’est alliée au comte Dooku et construit une armée de droïdes pour détruire la République. Il en avertit le Sénat qui décide, manipulé par la peur, de se livrer au chancelier Palpatine en lui confiant les pleins pouvoirs. Sa première mesure est de lever une armée. Dans les faits, la démocratie est tombée en se livrant à un homme providentiel qui a su orchestrer sa montée au pouvoir.

L’ensemble des Jedis se retrouve sur Géonosis pour porter secours à Obi-Wan, Anakin et Padmé qui sont venus le rejoindre. Une grande bataille se livre entre les droïdes des Séparatistes et les Jedis, aidés par la toute nouvelle armée de clones voulue par Palpatine.

L’épisode se termine par un affrontement entre Obi-Wan, Anakin et Dooku. Anakin perd un bras et Yoda se mêle à la bataille. Dooku s’enfuit, Padmé et Anakin filent le parfait amour, la République semble avoir triomphé des forces séparatistes. Mais le triomphe a un goût amer car la démocratie s’est muée en un état militarisé à la solde d’un seul homme, le chancelier Palpatine. Sous cette apparente victoire se cache la défaite d’un système politique qui n’a pas su résister à la montée des périls et qui a cédé à la peur.

Et les Archives dans tout ça ??

C’est dans un passage d’anthologie pour tout archiviste que les archives sont citées. Après la mort de la chasseuse de primes, Obi-Wan récupère la fléchette empoisonnée et cherche à en identifier la provenance. Il se rend dans un bar tenu par un de ses « indics », Dex, une bestiole bizarre ressemblant à un gros crapaud à 4 bras. Dex est le seul recours d’Obi-Wan car les « droïdes archivistes » n’ont pas été capables de déterminer d’où provenait la fléchette. Quelle idée aussi de confier les archives à des droïdes ! Mais passons… Dex est formel : l’arme du crime provient de la bordure extérieure, de la planète Kamino.

Obi-Wan se rend immédiatement aux Archives et l’on se retrouve dans un univers entièrement numérique où sont archivés des milliers de fichiers.

SW1

Une archiviste au sourire pincé arrive alors : « Vous avez sollicité mon aide ? » demande-t-elle. L’archiviste en question est une vieille femme affublée de l’inévitable chignon qui n’échappe à aucun cliché, il ne lui manque que la plume et le parchemin, on s’attendrait presque à l’entendre parler latin. Ah si, notons qu’elle n’a pas de lunettes, mais ça n’existe peut-être plus dans le futur !

SW3

Obi-Wan répond qu’il « cherche un système planétaire du nom de Kamino. Je n’arrive pas à le trouver sur les cartes » précise-t-il. L’archiviste répond : « Kamino ? C’est un nom qui ne me dit absolument rien – parce que bien sûr, elle connait toutes ses archives par cœur la dame – Etes-vous certain d’avoir les bonnes coordonnées ? ». Obi-Wan rétorque : « Selon les indications que j’ai, il devrait se trouver dans ce secteur » en montrant un écran.

SW2

L’archiviste pianote sur un clavier : « Hélas, je le regrette, mais j’ai l’impression que le système que vous recherchez n’existe tout simplement pas. » C’est alors qu’Obi-Wan prononce une phrase sacrilège : « Non, c’est impossible, mais peut-être que les archives sont incomplètes ? » Pour un peu, l’archiviste en perdrait son chignon : « Si un système n’est pas référencé dans nos archives, c’est qu’il n’a jamais existé. » lance-t-elle d’un air dédaigneux avant de s’éloigner, laissant son visiteur ébahi.

SW4

Dépité, Obi-Wan fait part de ses déboires à Yoda qui est en train d’entrainer de jeunes Padawans. L’un d’entre eux émet l’hypothèse que quelqu’un a du effacer la planète Kamino des données des archives, ce qui est fort inquiétant car seul un maitre Jedi a pu avoir accès à ces données. Obi-Wan se rend dans le secteur et trouve en effet Kamino. Les archives ne sont pas infaillibles et le pouvoir peut les façonner à son image, terrible constat mais depuis Orwell et son 1984, nous savons que l’Histoire est écrite par les vainqueurs.

Caricature absolue de l’archiviste sûre d’elle et revêche, l’archiviste de Star Wars n’est pas le personnage le plus sympathique que l’on peut rencontrer. Si elle nous fait sourire, c’est sans doute parce qu’on a reconnu en elle certains d’entre nous, ceux desquels nous souhaitons nous éloigner. Contre modèle, cette archiviste sait nous montrer la voie dans laquelle nous ne devons pas nous engager.

Luttons contre le côté obscur amis archivistes, que la Force soit avec nous !

Sonia Dollinger

Publicités
commentaires
  1. […] de Star Wars est décidément fort riche en citations d’archives. Nous avons déjà évoqué l’Attaque des Clones et son archiviste mal embouchée, il est temps maintenant de se promener dans l’univers […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s