Tony Chu, un cannibale aux Archives !

Publié: 22 septembre 2014 dans BD, comics, manga
Tags:, , , , ,

Aujourd’hui, le blog accueille la contribution de notre amie et collègue Carole, qui nous fait partager sa passion pour un détective très spécial ! Merci à Carole pour sa contribution et pour cette belle découverte.

« Tony Chu a presque toujours faim, et il ne mange quasiment jamais. Voilà pourquoi : Tony Chu est cibopathe. Cela veut dire qu’il peut croquer dans une pomme, et savoir d’instinct sur quel arbre elle a poussé, ou il pourrait manger un hamburger et expérimenter quelque chose d’entièrement différent. Bizarrement, le seul aliment que Tony Chu puisse manger sans avoir de retour psychique est la betterave. Par conséquent, Tony Chu mange beaucoup de betteraves » Voilà comment débute la géniale série de John Layman et Rob Guillory : Tony chu, détective cannibale (Chew en anglais).

TOUR918

Révélant un dessin cartoonesque où l’humour se cache dans chaque détail du dessin, une histoire invraisemblable de trafic de poulets et de surhommes dotés de pouvoirs leur permettant de contrôler le monde grâce à la nourriture, cette série de comics qui en est à son tome 8, nous conduit à chaque numéro dans des univers toujours plus extraordinaires. L’œuvre est éditée par Delcourt en France et Image Comics aux Etats-Unis. On retrouve John Layman – qui a travaillé entre autres pour DC Comics – au scénario et Rob Guillory au dessin.

Posons le décor :

Nous sommes aux États-Unis, le monde vient de connaître une crise sanitaire sans précédent, une épidémie de grippe aviaire vient de tuer 116 millions de personnes dans le monde. Le commerce et la vente de poulets sont depuis interdits. Cependant, de nombreux malfaiteurs mettent en place un marché noir de poulets.

Tony Chu est flic à Philadelphie. Il a un coéquipier, Jonh Colby, avec qui il entretient des relations que l’on pourrait qualifier d’amictuelles (ou conflimicales si vous préférez). Leurs vies sont organisées au rythme des planques, rapports et enquêtes de voisinages. Rappelons que Tony est cibopathe, considéré comme une bête de foire, il cache le plus possible son don à son entourage.

Un soir pourtant, la vie de Tony va prendre un nouveau tournant. En planque devant une ancienne teinturerie soupçonnée de cacher un restaurant clandestin de poulets, les deux hommes repèrent l’arrivée d’un grand caïd du milieu, D-Bear. Prêts à intervenir, ils sont stoppés par Mason Savoy, agent de la R.A.S. (division des crimes spéciaux) qui leur explique que D-Bear est un indic de la R.A.S. et qu’ils ne doivent pas le coincer. En dédommagement, il leur propose d’aller savourer du poulet dans le restaurant clandestin en question…

Contraint à suivre les ordres (mais ravis de pouvoir déguster la meilleure volaille du marché noir avec la bénédiction et aux frais du gouvernement), Tony et John s’installent à une table du restaurant. Mais voilà, pas de betterave à l’horizon, Tony est obligé de commander du poulet, et ce qu’il va ressentir ne va pas l’enchanter…

Le chef ne cuisine pas que du poulet, il glisse en effet des morceaux de corps humains dans les plats et récupère le poulet pour le revendre.

Tony et John décident d’intervenir pour stopper ce tueur en série. John est très vite blessé et Tony se retrouve face au tueur à qui il ordonne de se rendre. L’homme préfère mourir plutôt que de retourner en prison et se tranche la gorge devant lui. Tony garde son sang froid, pour découvrir le nom de toutes ses victimes et connaître son mode opératoire, il « goûte » son suspect.

Tony réussit certes à résoudre de nombreux cas de disparitions, mais ses supérieurs sont affolés par ses méthodes macabres. Alors qu’il est sur le point d’être renvoyé, Mason Savoy intervient et engage Tony Chu à la R.A.S. afin qu’il puisse utiliser son talent pour résoudre des crimes bien particuliers. Nous apprenons que Savoy est aussi cibopathe (un des trois connus dans le monde).

Et les archives dans tout ça ??

Tony arrive dans son nouveau service, sous la coupe d’un chef qui le déteste. Il doit, pour faire ses preuves, résoudre un grand nombre d’affaires non classées. On le voit régulièrement, au cours de l’histoire, se balader avec une pile de dossiers, la goutte de sueur coulant le long de sa joue, avec son chef en arrière plan, ravi de le voir en difficulté.

TOUR919

La scène la plus marquante se trouve à la fin du premier tome. Tony se rend aux Archives de la RAS afin de consulter des scellés sur une affaire en cours. L’agent « archiviste », un gars bedonnant à lunettes, lui ouvre la salle qui conserve tous les éléments concernant son affaire. Et quand je dis « tous», c’est « tous» : Tony y retrouve le cadavre d’un chien (le chien d’une des victimes de son affaire). On apprend ainsi que la RAS doit conserver également les éléments organiques, indices indispensables aux agents cibopathes.

Et ce qui doit arriver, arrive, Tony croque les restes du toutou et résout l’affaire…

Petit rappel (certes pas très fun, mais toujours utile), d’après le code du Patrimoine, les archives sont : « l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. », allons y gaiement et rajoutons «qu’ils soient composés de matières organiques ou minérales ».

Merci Tony de repousser les limites de l’Archivistique !

Carole Thuilière

Publicités
commentaires
  1. […] elle est amoureuse de Saint-Nazaire et contribue au blog où elle nous a parlé notamment de Tony Chu, Hero Corp ou Penny […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s